Bill VUKOVICH
...
William Vucerovich
Nato 13 Dicembre 1918 - Alameda (Californie)
Morto 30 Maggio 1955 - 36 anni - Indianapolis (Indiana) - Accident durant les 500 Miles
Nazione : Stati Uniti
Primo Gran Premio :
Indianapolis 1951
Ultimo Gran Premio :
Indianapolis 1955
Miglior piazzamento :
1o
Migliore posizione di partenza :
1o
 
Migliore posizione nel campionato del mondo : 6o nel  1954
1951
nc
1952
22
1953
7
1954
6
1955
25
1
1
2
3
4
1
5
6
7
1
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
1
19
1
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Posizione sulla griglia di partenza
Media: 10,6
2
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
1
17
18
19
20
21
22
23
24
1
25
26
27
28
1
29
30
31
32
33
34
Posizione all'arrivo
Media: 14,6

Entre 1950 et 1960, les 500 Miles d'Indianapolis étaient considérés comme épreuve de F1. Durant cette période, Bill Vukovich est, incontestablement, l'un des meilleurs pilotes.

 

Bill grandit dans la ferme familiale en Californie. C'est à l'âge de 18 ans qu'il s'essaye à la course automobile. Après de bons résultats en stock cars, il passe aux Midgets dès 1938. Sa première course se termine plutôt mal, un accident lui vaut une clavicule cassée, mais il reprend la course sept semaines plus tard. Puis la guerre éclate, les courses sont annulées. Après quelques années à réparer des jeeps, Bill est de retour en compétition. En 1946 et 1947, il devient champion de la côte Ouest avant de s'approprier le titre national de Midgets en 1950. Pour un pilote américain aussi performant, son regard se tourne naturellement vers les 500 Miles d'Indianapolis.

 

C'est en 1950 qu'il va tenter, avec une Maserati 8CTF, une première participation à Indianapolis. Mais comme de nombreux pilotes, il ne parvient pas à se qualifier. Qu'à cela ne tienne, il peut enfin courir ses premiers Miles en course l'année suivante, avec une Trevis. Partant depuis la vingtième place sur la grille de départ, il doit abandonner très tôt durant la course à cause d'une fuite d'huile. Mais le « rookie » impressionne déjà.

 

En 1952, le revoilà au volant d'une Kurtis Kraft, le « must » de l'époque. Lors du pole-day, il se classe huitième, mais tout au long des essais en mai, c'est lui le plus rapide ! Lors de la course, Bill s'empare du commandement dès le septième tour. Lors du 192ème tour, la victoire semble se profiler pour « Vuckie », mais sa barre de direction le trahit, il termine sa course dans le mur, offrant la victoire à Troy Ruttman. Néanmoins, malgré cette échec, Bill a mené durant 150 tours et a réalisé le meilleur tour en course.

 

L'épreuve de 1953 est une démonstration de l'écrasante supériorité de Bill Vukovich sur le Brickyard. Meilleur temps aux essais, il réussit à s'imposer lors du pole-day. Puis lors de la course, Bill va mener dès le début de la course, abandonnant le commandement au quart, avant de le reprendre au tour 54, pour ne plus jamais le lâcher. Il réalise aussi le tour le plus rapide. Bill vient d'inscrire son nom au palmarès d'une des plus grandes épreuves, et de quelle manière : pole-position, victoire avec plus de trois minutes d'avance sur son dauphin, record du tour et 195 tours en tête !

 

En 1954, Bill est moins bien placé sur la grille de départ, dix-neuvième. Il faut attendre le 61ème tour pour le voir en tête. Après avoir cédé la place de leader à Jimmy Bryan, Bill le repasse au 150ème tour pour terminer la course en vainqueur, avec plus d'une minute d'avance sur Bryan. Cette deuxième victoire consécutive le hisse au sommet, à côté de Wilbur Shaw, Mauri Rose.

 

A cette époque, une malédiction veut que personne ne réussisse à gagner trois fois d'affilée les 500 miles. Mais Bill tente, bien sûr, de conjurer le mauvais sort pour 1955. Cinquième sur la grille, il mène la course très rapidement. Mais au 57ème tour, alors qu'il tente d'éviter un carambolage devant lui, sa Kurtis Kraft passe au-dessus du mur, réalise des tonneaux, termine sa course dans une voiture d'un spectateur et s'enflamme. Bill Vukovich est tué sur le coup.

Julien