Eric BERNARD
...
Né le 24 août 1964 - Martigues (Bouches-du-Rhône) - 57 ans
Nation : France
Premier Grand Prix :
France 1989
Dernier Grand Prix :
Europe 1994
Meilleur classement :
3e
Meilleure qualification :
8e
Meilleur classement en Championnat du Monde : 13e en  1990
1989
nc
1990
13
1991
21
1994
18
1
2
3
4
5
6
7
1
8
9
1
10
3
11
3
12
3
13
1
14
4
15
2
16
2
17
4
18
2
19
3
20
5
21
1
22
5
23
3
24
2
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
Moyenne: 17,78
1
2
1
3
1
4
5
3
6
1
7
3
8
3
9
4
10
1
11
1
12
3
13
14
15
16
17
1
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Moyenne: 9,23

Le jeune Eric, provençal comme Jean Alesi, débute par le karting en 1976. Il réussit en sept ans dans cette discipline à glaner quatre titres nationaux. En 1983, il remporte le trophée Winfield du circuit Paul Ricard au nez de Jean Alesi et de Bertrand Gachot. Il se voit donc offrir une saison de Formule Renault et il remporte le titre dans cette discipline en 1985.

 

Poursuivant logiquement la voie qu'il s'est tracée, Eric s'achète une Martini pour prendre part au Championnat de France de F3 1986 ; il termine cinquième. En 1987, la Ralt remplace la Martini et Eric remporte ses premières courses, notamment à Albi. Au championnat, il finit dans les roues de son éternel rival Jean Alesi. Ces deux pilotes ont animé la saison et se sont révélés de redoutables compétiteurs. Le pilote du midi, soutenu par Elf et Winfield, parvient à trouver un volant de F3000 pour 1988. Une belle deuxième place en fin de saison à Dijon convainc DAMS de lui confier un volant pour la prochaine saison. Ce volant, Eric va l'exploiter au mieux en gagnant une course et en finissant troisième du championnat à quelques longueurs de... Jean Alesi une fois de plus !

 

Mais dans le courant de l'année, Gérard Larrousse décide de se séparer d'un Alboreto dépassé. Il lui propose un volant par le biais d'un contrat portant sur deux Grands Prix puis, au vu de ses premiers résultats, pour la saison suivante. Durant cette première année dans le circus, Eric se montre solide prenant le départ des deux épreuves auxquels il est inscrit.

 

En 1990, Eric et la Lola-Lamborghini obtiennent de très bons résultats avec notamment une quatrième place à Silverstone. Perdant le moteur Lamborghini en 91, Eric va vivre une saison des plus délicate. Cumulant les abandons et les places en fond de grille, il ne parvient à se distinguer qu'à Mexico en prenant la sixième place. Il sera même non-qualifié au Portugal, pour la première fois de sa carrière. Au Japon, Eric est victime d'un grave accident durant les essais, se brisant les deux jambes. Forfait pour la fin de saison, il voit sa carrière brisée alors qu'il avait un avenir brillant. Il ne reviendra en F1 qu'en 1994, au volant de la seconde Ligier-Renault.

 

Auteur d'un début de saison relativement anonyme, Eric brille enfin à Hockenheim. Après un carambolage peu après le départ, il se retrouve troisième et parvient à franchir la ligne d'arrivée à cette position. Un exploit qui ne suffira pas à convaincre Ligier de le garder jusqu'à la fin de saison. Il est licencié après le Grand Prix du Portugal, et prend place dans le baquet de la Lotus en lieu et place de Johnny Herbert qui a pris place chez... Ligier ! Ce Grand Prix d'Europe, qu'il termine en dix-huitième position, est la dernière apparition d'Eric Bernard en F1.

 

Il se tourne dès lors vers les différents championnat GT, signant quelques beaux succès : un en 1997 et une série de cinq victoires consécutives en 1999.

Axlex