Fondateur : Rodney Clarke (1915-1979) - Mike Oliver
Nation : Royaume-Uni
Premier Grand Prix :
Grande-Bretagne 1952
Dernier Grand Prix :
Etats-Unis 1959
Meilleur classement :
3e
Meilleure qualification :
5e
Classement en Championnat du Monde
1958
nc
1959
nc

Jamais classé en Championnat du Monde (Constructeurs)

Meilleur classement en Championnat du Monde (Pilotes) : 10e en 1956 (Jack FAIRMAN)

1
2
3
4
1
5
6
7
1
8
3
9
2
10
3
11
1
12
5
13
3
14
2
15
2
16
5
17
2
18
7
19
1
20
4
21
3
22
2
23
24
1
25
26
27
1
28
29
1
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
1
3
3
4
2
5
6
1
7
8
2
9
10
2
11
2
12
2
13
1
14
15
1
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée

Les Connaught seront des voitures très performantes dans les petites épreuves, mais elles auront du mal à faire leur percée en championnat du monde de F1.

 

En 1950, Rodney Clarke et Mike Oliver décident de fonder Connaught Engineering (Le nom est basé sur le garage de Clarke nommé "CONtinential AUTomobiles") avec comme financier le pilote Ken McAlpine. Alors qu'il était prévu au départ de construire une voiture de sport, le projet aboutit finalement à une monoplace de Formule 2 qui effectue ses débuts en juillet 1951. Un mois après, McAlpine réussit à se classer deuxième au volant de la Connaught A lors du Daily Mail Trophy.

 

En 1952, les Connaught prennent part à des courses de F2 plus importantes et débutent en championnat du monde de F1 à Silverstone. Des débuts qui sont encourageants, Dennis Poore termine quatrième et Ken Downing cinquième. Les monoplaces remportent également deux succès en F2, Downing à la Madgwick Cup et Poore au Newcastle Journal Trophy. Les bons résultats de cette voiture attirent l'attention de Johnny Claes qui achète une Connaught A pour l'Equipe Nationale Belge en 1953. Cette année-là, les voitures sont toujours efficaces en F2, grâce aux nombreuses performances de Roy Salvadori, notamment une victoire lors de la Madgwick Cup, mais en revanche le manque de fiabilité empêche les pilotes de rentrer dans les points en F1.

 

En 1954, le changement de réglementation pousse Connaught à délaisser la compétition, mais de nombreux pilotes continuent d’utiliser les monoplaces, ils seront cinq à courir le Grand Prix de Grande-Bretagne. L'un d'eux s'appelle Don Beauman, et dans la majorité de cas, est le pilote le plus rapide sur Connaught. A la fin de l'année, Oliver conçoit le modèle B, et délaisse le moteur Lea Francis pour un Alta 2.5 L.

 

Cependant en 1955, le modèle A est toujours utilisé, Beauman termine troisième du Glover Trophy. Lors du Grand Prix de Grande-Bretagne apparaît également une version Streamliner, mais aucune des monoplaces ne rallient l'arrivée. Puis à la fin de l'année, c'est la plus grande réussite pour Connaught: Tony Brooks s'impose lors de la course hors-championnat à Syracuse, c'est la première victoire importante d'un constructeur britannique depuis 1924.

 

Cette belle performance se poursuit en 1956, en Grande-Bretagne, Jack Fairman termine quatrième, puis cinquième sur le circuit de Monza, tandis que son coéquipier Ron Flockhart termine sur le podium. Malheureusement, l'argent commence à se faire rare dans les caisses de l'équipe. Malgré la quatrième place de Stuart Lewis-Evans à Monaco, l'usine doit mettre la clé sous la porte. Le manager de Lewis-Evans, Bernie Ecclestone, achète deux monoplaces, permettant à Fairman et Bueb de courir à Silverstone.

 

Paul Emery concevra le modèle C, qui sera utilisé par Bob Said à Sebring en 1959, ce sera la dernière apparition de Connaught en F1. La monoplace sera modifiée et Said tentera de courir les 500 Miles d'Indianapolis, sans succès.

Julien