Fondateur : Jean Rédélé (1922-2007)
Nation : France
Premier Grand Prix :
Bahreïn 2021
Dernier Grand Prix :
Abou Dhabi 2021
Meilleur classement :
1er
Meilleure qualification :
3e
Classement en Championnat du Monde
2021
5
2022
nc

Meilleur classement en Championnat du Monde (Constructeurs) : 5e en 2021

Meilleur classement en Championnat du Monde (Pilotes) : 10e en 2021 (Fernando ALONSO)

155 points
7.05 pts / GP
77.50 pts / saison
000 068 tours en tête
000 300 km en tête
002 409 tours parcourus
011 885 km parcourus
1
2
1
3
4
2
5
2
6
1
7
6
8
10
9
2
10
4
11
6
12
2
13
1
14
1
15
1
16
3
17
18
2
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
Moyenne: 10,59
1
1
2
1
3
2
4
1
5
3
6
3
7
5
8
9
9
4
10
1
11
12
4
13
3
14
15
1
16
1
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Moyenne: 9,1
Filiation :
Toleman (1981-1985)Benetton (1986-2001)Renault (2002-2011)Lotus (2012-2015)Renault (2016-2020)Alpine (2021-)


Six ans après son retour, Renault décide de poursuivre son aventure en Formule 1 sous l'emblème d'Alpine. Stratégie certes commerciale, allant de pair avec la relance de la marque depuis la commercialisation de sa nouvelle A110 (en 2017), mais aussi sportive. Alpine bénéficie en effet d'un palmarès authentique : Champion du Monde des Rallyes en 1973, vainqueur aux 24h du Mans 1978 ; on observe depuis 10 ans retour de la marque sur tous les fronts : trois fois vainqueur au Mans en catégorie LMP2, passage dans la catégorie Hypercar en 2021 et vainqueur en rallye de la coupe R-GT en 2021.

 

Si l'on oublie sa première tentative ratée d'incursion en Formule 1 en 1976 avec l'A500 (dont la nouvelle monoplace fait directement référence), l'écurie française va se montrer au rendez-vous pour sa première saison dans la catégorie reine du sport automobile. Rien que sur le papier, l'écurie peut compter sur deux pilotes "maison" de talent : Esteban Ocon, auteur d'un podium avec Renault la saison précédente, et Fernando Alonso qui après une courte pause en endurance couronnée de succès, revient pour la seconde fois dans l'équipe avec laquelle il a remporté deux fois le titre suprême. Alors que certains y voient avant tout un coup médiatique, ce retour s'avère être un choix particulièrement averti de la part des dirigeants d'Alpine qui estiment que l'expérience d'Alonso peut s'avérer payante. De plus, la restructuration de l'équipe après le départ de Cyril Abiteboul illustre un désir d'apporter du sang neuf : Laurent Rossi (Groupe Renault) et Davide Brivio (auparavant chez Suzuki en Moto GP) deviennent respectivement directeur général et directeur sportif.

 

Pour autant, un élément crucial ne va pas véritablement changer pour cette saison 2021. C'est la voiture. Assez proche de la R.S.20, l'Alpine A521 va délibérément se baser sur ses acquis un an avant la nouvelle réglementation prévue par la FIA pour 2022.

 

Après un début de saison poussif, l'expérience d'Alonso va permettre à l'équipe d'aligner des résultats convenables ou du moins, dans les points. En Azerbaïdjan, le Champion du Monde va, au redémarrage de la course, remonter quatre places lors d'un final serré en l'absence des leaders du championnat. Le rythme baisse considérablement jusqu'à la moitié de saison, quand vient alors le Grand Prix de Hongrie surréaliste. Le freinage dangereux de Valtteri Bottas au premier virage d'un Hungaroring détrempé éliminant quatre voitures, Esteban Ocon se voit ouvrir une voie royale jusqu'à la première place, qu'il gardera quasiment tout le Grand Prix, cela grâce à la défense acharnée de son coéquipier sur Hamilton. Une réussite aux origines 100% normandes mais surtout, première victoire pour "Renault" depuis 2008, et première victoire d'un français dans une monoplace tricolore depuis Olivier Panis et Ligier en 1996.

 

La deuxième partie de saison, plus positive malgré un double abandon aux Etats-Unis, verra Fernando Alonso grimper sur le podium au Qatar, une première depuis 2013. Au bilan de cette "première" saison, l'équipe Alpine démontre une certaine combativité mais ne réussit pas à se montrer vraiment dangereuse pour les autres équipes, ne menant de véritable duel qu'avec AlphaTauri et Pierre Gasly pour s'assurer la cinquième place au classement constructeur en fin de saison. Malgré cinq Grand Prix supplémentaires, l'écurie marque aussi moins de points que lors de la saison précédente. Néanmoins, même si aidée par un facteur chance important, la combativité d'Ocon et Alonso en Hongrie démontre les nombreux atouts et l'ambition palpable de l'écurie française à l'orée d'une saison où les cartes pourraient bien être redistribuées.

Grégoire