Jos VERSTAPPEN
...
Johannes Franciscus Verstappen
Nacione : Países Bajos
Nacido el 4 marzo 1972 - Montfort (Utrecht) - 48 años
Primer Gran Premio :
Brasil 1994
Último Gran Premio :
Japón 2003
Mejor clasificación :
3a
Mejor calificación :
6a
Mejor clasificación en Campeonato del Mundo : 10a en  1994
1994
10
1995
nc
1996
16
1997
nc
1998
nc
2000
12
2001
18
2003
22
1
2
3
4
5
1
6
1
7
2
8
1
9
5
10
3
11
5
12
9
13
5
14
9
15
6
16
13
17
9
18
16
19
11
20
7
21
2
22
1
23
1
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Posición sobre la parrilla de salida
Media: 16,3
1
2
2
3
1
4
2
5
2
6
2
7
4
8
2
9
9
10
3
11
7
12
6
13
2
14
5
15
2
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Posición a la llegada
Media: 10,53

La carrière de Jos Verstappen commença brillamment, mais arrivé en F1, il ne connaîtra plus une aussi grande réussite.

 

Né à Montfort, Johannes commence sa carrière automobile dans le karting en 1980, mais dès sa première course, il est victime d'un accident qui l'envoie à l'hôpital. Mais cet incident ne le dissuade pas de continuer dans le karting, et en 1983, il décroche son premier titre néerlandais de la discipline. Il conserve sa couronne l'année suivante, puis en 1986 triomphe dans le championnat du Benelux. Il décroche deux titres européens en 1989, puis remporte le championnat belge en 1991. Il décide l'année suivante de passer à la Formule Opel, il remporte le titre du Benelux, celui des Pays-Bas en s'imposant huit fois sur neuf courses, et remporte deux victoires à Zolder en Euroseries. Enfin, il termine quatrième du championnat néo-zélandais de Formule Atlantique. Il mérite bien son titre de pilote néerlandais de l'année. Mais surtout, il passe à la Formule 3 en 1993.

 

Il dispute donc le championnat d'Allemagne de Formule 3 sur une WTS Dallara-Opel, et va installer sa suprématie dans cette série. Il s'impose à huit reprises et avec 269 points, remporte le titre. Mais ce qui va le pousser un peu plus vers la Formule 1, c'est sa victoire lors de la course de Masters Series de Zandvoort, ainsi que sa troisième place lors de la course monégasque. L'équipe Footwork (Arrows) décide de le tester, et les résultats sont suffisants pour que Benetton le prenne comme coéquipier de Michael Schumacher.

 

Lors du Grand Prix d'Allemagne, alors qu'il est aux stands, de l'essence gicle, un incendie se déclare et Jos se retrouve prisonnier d'un brasier infernal. Il est légèrement brûlé au visage, et lors de la course suivante, en Hongrie, il termine pour la première fois sur le podium, avec une troisième place derrière Schumacher et Hill. Et en Belgique, c'et la disqualification de son coéquipier qui transforme sa quatrième place en second podium en carrière.

 

En 1995, Jos est prêté par Briatore à la petite écurie Simtek. Au volant d'une voiture aux performances assez médiocres, Jos réussit néanmoins à réaliser des temps raisonnables en qualifications. En Argentine, Jos se pointe en sixième position, quand sa boite de vitesse l'oblige à abandonner ce qui aurait pu être le tout premier point de l'écurie. A l'issue du Grand Prix de Monaco, Simtek décide de mettre la clé sous la porte.

 

En 1996, il passe chez Arrows, l'écurie qui l'a fait débuter en essais privés, et dès sa troisième course en Argentine, réussit à marquer un point au volant de la FA17. En revanche, la monoplace n'est pas souvent fiable, il ne pourra jamais étoffer son total de points. Mais il réaffirme sa réputation de pilote solide en faisant du petit bois de son équipier Riccardo Rosset. Sa saison est surtout marquée par son effroyable accident à haute vitesse au Grand Prix de Belgique, dont il sort miraculeusement sans blessure grave.

 

Pour 1997, il passe chez Tyrrell, mais l'écurie n'est plus du tout compétitive, en qualifications, il se retrouve souvent en fond de grille, et ne termine jamais dans les points. Il ne peut faire mieux qu'une huitième place obtenue sous la pluie à Monaco. A la fin de la saison, l'écurie est rachetée par Craig Pollock, qui congédie le pilote hollandais au profit de Ricardo Rosset.

 

Cependant, Jos finit par trouver un volant en milieu de saison, quand Stewart décide de renvoyer le pilote danois Jan Magnussen pour manque de résultats. Mais au volant de la SF02, Jos ne réalise pas de miracles, d'autant plus que le courant passe mal entre lui et son triple champion du monde de patron. L'année suivante, Harvey Postlethwaite, qui planche sur un retour en Formule 1 de Honda comme constructeur, décide de prendre Jos pour développer la RA99. Mais durant l'année, Postlethwaite succombe à une crise cardiaque, le projet est abandonné.

 

En 2000, il réalise son come-back avec l'écurie Arrows. Et Jos va pour une fois avoir de la chance car l'Arrows A21 est à la surprise générale une bonne monoplace. Certes, il ne peut pas prétendre aux points régulièrement, mais il sort des fonds de grille auxquels il est si habitué. Le seul point noir est la mauvaise fiabilité de la voiture, mais il réussit tout de même à terminer cinquième au Canada, avant de terminer au pied du podium à Monza. Il finit le championnat au douzième rang, son meilleur résultat depuis six ans !

 

L'année suivante, les résultats seront moins bons. L'écurie Arrows, qui commence à connaître de graves soucis financiers, est sur le déclin. L'A22 se révèle bien moins bonne que sa devancière. Toutefois, Jos n'est pas ridicule et réalise quelques belles performances. A Sepang, sous la pluie, il occupe longtemps une place dans les points avant de terminer au septième rang. En Autriche, peu chargé en essence, il prend un excellent départ, dépasse de nombreux concurrents et se retrouve deuxième au seizième tour ! Il finira finalement sixième et inscrira à cette occasion son seul point de la saison. En 2002, il est tout de même remplacé par Heinz-Harald Frentzen. Le pilote néerlandais se retrouve encore une saison sans volant.

 

Il est de retour en F1 en 2003 avec Minardi, mais c'est un nouvel échec. La petite Scuderia, en grand manque de liquidités, est incapable de fournir une bonne voiture à ses pilotes. Jos retrouve ainsi les dernières lignes sans espoir d'inscrire quelques points. Au moins parvient-il à faire parler son expérience afin de ramener souvent la voiture à l'arrivée. A la fin de cette saison, il est remercié par Minardi. Il est longtemps pressenti pour obtenir un volant chez Jordan en 2004, mais est finalement devancé sur le fil par Giorgio Pantano.

 

Abandonnant définitivement l'hypothèse d'un retour en F1, Jos Verstappen préfère dès lors s'occuper de son agence de voyage et s'implique dans le circuit de kart de son père, catégorie dans laquelle court son fils Max.

Mais fin 2005, Verstappen fait son retour à la compétition. Il est en effet engagé en A1GP pour la saison 2005-2006 par l'équipe nationale néerlandaise. Au milieu de nombreux jeunes pilotes, il n'est absolument pas ridicule et remporte même une épreuve à Durban. Avec son écurie, il finit la compétition la septième place avec 69 points.

 

Après une nouvelle année sabbatique, le voici de retour en 2008, cette fois-ci en Endurance. Il est engagé en LMP2 au volant d'une Porsche du Van Merksteijn Motorsport. Associé au propriétaire de l'équipe, Peter van Merksteijn, il remporte dans sa catégorie les 1000 Km de Catalogne et les 1000 Km de Spa-Francorchamps. Aux 24 heures du Mans, l'équipage 100% batave Verstappen-Bleekemolen-van Merksteijn termine dixième et premier dans la catégorie LMP2.

Julien & Tony