George RUSSELL
...
George William Russell
Born the 15 february 1998 - King's Lynn (Norfolk) - 24 years
Nation : United Kingdom
First Grand Prix :
Australia 2019
Last Grand Prix :
Spain 2022
Best result :
2th
Best grid place :
2th
Helmet
Helmet
Helmet
#63
Best ranked in the World Championship : 4th in  2022
2019
20
2020
18
2021
15
2022
4
1
2
2
1
3
1
4
5
2
6
7
1
8
1
9
1
10
4
11
4
12
3
13
7
14
8
15
3
16
8
17
8
18
7
19
5
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Rank on starting grid
Average: 14,55
1
1
2
2
3
2
4
2
5
6
7
1
8
2
9
1
10
3
11
5
12
1
13
8
14
6
15
10
16
7
17
4
18
1
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Rank on finish line
Average: 13,21

George Russell débute sa carrière en karting en 2006 à l'âge de 8 ans et s'illustre rapidement avec un premier titre en 2009. Il devient champion de la série Junior European KF3 en 2012, deux ans après Alex Albon, et un an avant Max Verstappen et Lando Norris : toute cette nouvelle génération de pilotes talentueux et précoces qui se suivront jusqu'en F1. Il débute la monoplace en 2014 avec le double programme Formule Renault 2.0 et F4 Anglaise. Il confirme son potentiel en finissant quatrième du premier et champion du second ! Il gagne ainsi le prestigieux prix McLaren Autosport BRDC Award, et se voit ouvrir les portes du relevé championnat F3 European qu'il finira sixième, puis troisième en 2016.

 

Ses résultats convainquent Mercedes de l'intégrer à sa filière de jeunes pilotes. Fort de ce soutien, George passe en GP3 en 2017 et, malgré la pression des résultats, se révèle au monde entier en remportant le titre en tant que rookie ! En récompense, il prend part à deux séances d'essais libres F1 pour Force India en fin de saison. Son ascension est sans faute et il fait la même démonstration en 2018 en gagnant le titre F2 en tant que rookie, de haute lutte face à Norris. Il suit les pas de Charles Leclerc, le seul avant lui à avoir remporté coup sur coup GP3 et F2. La suite logique est la F1 et il est annoncé en fin de saison 2018 pour trois ans chez une autre équipe partenaire de Mercedes : Williams. L'équipe mythique anglaise n'est plus que l'ombre d'elle-même avec la dernière place en 2018, le défi est de taille pour le jeune espoir britannique !

 

2019 : début en fond de grille

George fait équipe en 2019 avec Robert Kubica, de retour sur la grille huit ans après son terrible accident de rallye. Sans surprise, la Williams est à nouveau la voiture la plus lente du plateau, il est bien difficile pour le rookie de se mettre en évidence ! Pourtant il arrive à devancer son expérimenté coéquipier dès les premières qualifs en Australie, avant dernier. Il boucle sa première course en F1 à deux tours du vainqueur, encore avant-dernier devant Kubica. Ainsi les courses passent et George disparait peu à peu des radars après avoir fait les gros titres en catégories inférieures les années passées. Kubica est son seul étalon, mais qui revient lui-même après une longue absence, il est donc difficile d'évaluer son niveau au volant de cette Williams. Il conserve toutefois tout le soutien de Mercedes qui suit son apprentissage hors de la pression du résultat.

 

Fin juillet, le grand prix d'Allemagne disputé sous la pluie offre son lot d'opportunité après plusieurs abandons : les Williams terminent douze et treizième, le meilleur résultat de la saison. Mieux, les Alfa Romeo devant sont disqualifiées et promeuvent les Williams de deux places... Pas de chance pour George, Kubica devançait cette fois son coéquipier sur la ligne d'arrivée et récolte ainsi le petit point final. George finira la saison en étant le seul pilote sans point ! Pour autant il aura complètement dominé son coéquipier, le battant à toutes les qualifications et ne terminant que deux fois derrière lui lorsque les deux pilotes étaient à l'arrivée. A noter aussi que George aura réussi l'exploit à douze reprises de devancer une monoplace à l'arrivée autre que celle de Kubica, de quoi conforter les espoirs que Mercedes a placé en lui.

 

2020 : des coups d'éclat et une pige réussie chez Mercedes

En 2020, il fait équipe avec le vice-champion de F2 en titre, Latifi, dont le talent est parfois contesté. La Williams n'a que trop peu progressé même si elle s'est rapprochée du milieu de peloton.... Surtout avec George à son volant. Qualifié dix-septième pour la première course en Autriche en juillet, il ne verra pas l'arrivée à cause d'un problème mécanique, c'est seulement le troisième abandon de sa carrière. Lors de la deuxième qualification de l'année, George éblouit le paddock en passant très près d'un passage en Q3 ! Il se qualifie en onzième position, un excellent résultat pour Williams, qui n'avait pas fait mieux depuis le Grand Prix d'Italie 2018. La course le verra rentrer dans le rang, seizième, ne pouvant rivaliser en rythme pur.

 

George guette des opportunités et se classe notamment douzième à Silverstone, ou encore onzième au Mugello. Mais les points se refusent toujours à lui. Il fait de nouveau sensation à Imola en se qualifiant treizième puis en remontant dixième au fil des évènements. Hélas, surpris par ses pneus froids sous safety car, il perd le contrôle de sa voiture qui s'écrase contre le mur. Nouvel abandon cruel pour le jeune anglais dépité qui estime avoir fait la « plus grosse erreur de sa carrière » bien qu'il reçoive le soutien de bon nombre de ses pairs.

 

Soudain une opportunité en or se présente pour le Grand Prix de Sakhir en fin d'année : Lewis Hamilton est positif au covid-19, donc forfait, et il est choisi pour le remplacer. Le voilà d'un coup propulsé de l'ombre à la lumière ! Malgré le peu de préparation et sa taille inadaptée à la voiture, il exploite au mieux cette opportunité de briller et offre une concurrence sévère à Valtteri Bottas, son coéquipier, qui ne le devance que de vingt-six millièmes en qualification. Pour l'anecdote, c'est la première fois de sa carrière qu'il est battu par un coéquipier dans cet exercice. Le jeune anglais prend sa revanche le lendemain : grâce à un meilleur départ il prend les commandes de la course au premier virage ! Il mènera ainsi plus de 60 tours sur la configuration ultra rapide de Sakhir jusqu'à l'intervention de la voiture de sécurité après l'accident de Jack Aitken, son remplaçant chez Williams. Las, Mercedes si préparé d'ordinaire, confond les pneus et monte ceux de Bottas sur sa monoplace... Celui-ci doit rentrer à nouveau aux stands et ressort cinquième, couteau entre les dents. Il s'offre d'abord un dépassement musclé sur Bottas puis il fond sur le trio de tête, si près d'une première victoire... Jusqu'à une crevaison lente ! Décidément peu en veine, George doit se contenter d'une neuvième place finale.

 

Bien qu'il marque à cette occasion ses premiers points en carrière, George est dépité et regrette l'énorme occasion manquée. En revanche pour le paddock, c'est l'évidente confirmation de toute l'étendue de son talent et de son potentiel. Il termine la saison de retour chez Williams avec une anonyme quinzième position. Ses trois points lui permettent d'être classé dix-huitième au championnat du monde.

 

2021 : année canon et promotion

George poursuit l'aventure Williams en 2021 pour la troisième année consécutive. Bien que le rythme de course soit toujours en retrait, il quitte définitivement les fonds de grille de départ et fait sensation en qualification en s'abonnant aux Q2. Mieux encore pour le double rendez-vous autrichien, il fera deux passages en Q3, dixième puis huitième. Hélas toujours pas de points le dimanche. Le tournant de la saison intervient en Hongrie : profitant du carambolage au départ, il roule toute la course dans le top dix et termine enfin à la régulière à la neuvième position. Il égale ainsi son meilleur résultat en carrière obtenu chez Mercedes l'année passée, un plaisir toutefois amer puisqu'il termine derrière son coéquipier Latifi.

 

La machine Russell est lancée et le jeune anglais enchaine alors quatre arrivées dans les points lors de cinq Grand Prix. Le point d'orgue de sa saison intervient en Belgique : sublimant sa monoplace en qualification sous la pluie, il signe la deuxième position sur la grille, entre les duellistes Verstappen et Hamilton. Le lendemain, la course tourne à la mascarade à cause d'une pluie ininterrompue, les pilotes ne rouleront que deux tours derrière la voiture de sécurité. George reste ainsi en deuxième position et signe son premier podium, pour sa cinquantième course ! Les choses s'accélèrent dans la foulée : il est enfin annoncé chez Mercedes pour 2022, aux côtés de Hamilton, une promotion méritée pour l'anglais déterminé, fidèle travailleur dans l'ombre pendant trois années.

 

Sa fin de saison est décevante, dominé deux fois en qualification par son coéquipier, puis soldée par deux abandons, un accrochage en Arabie saoudite et une casse de boite de vitesses à Abu Dhabi. Des adieux un peu ratés avec Williams mais George se tourne déjà à 100% vers le challenge de taille qui l'attend pour 2022 lorsqu'il sera au volant d'une voiture capable de viser la victoire à chaque Grand Prix.

 

[...]

Vincent