Alberto ASCARI
...
Alberto Antonio Ascari
Land : Italien
Geburtsdatum 13 Juli 1918 - Milan (Lombardie)
Sterbedatum 26 Mai 1955 - 36 jahre - Monza (Lombardie) - Accident durant des essais privés
Großer Preis Debüt :
Monaco 1950
Letzt Großer Preis :
Monaco 1955
Beste Platzierung :
1.
Beste Qualifikation :
1.
Weltmeister in  1952, 1953
14
1
7
2
3
3
2
4
1
5
1
6
2
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
1
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
1
30
31
32
33
34
Platz in Startaufstellung
Durchschnitt: 3,72
13
1
4
2
3
2
4
1
5
1
6
7
1
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
1
31
32
33
34
Platz an Ziel
Durchschnitt: 3,43

La carrière d'Alberto Ascari dans le championnat du monde fut courte, mais très dense en résultats.

 

Né à Milan, Alberto est le fils d'Antonio Ascari, qui compte parmi les grands pilotes de l'entre-deux-guerres, et qui se tue sur le circuit de Monthléry en 1926 alors qu'il menait la course. Alberto avait alors 7 ans. En 1937, il commence dans les courses de moto avant de passer sur quatre roues en 1940 lors des Mille Miglia. Enzo Ferrari étant un ancien coéquipier à son père, il engage Alberto pour piloter une des Auto Avio Construzioni.

Il débute en Grand Prix en 1947 avec Maserati, remportant le Grand Prix de Modène. En 1948 , il gagne le Grand Prix de San Remo et s'impose lors de trois courses en 1949.

 

Pour la première saison du Championnat du Monde, Ferrari ayant préféré courir à Mons (les primes de départ étaient plus importantes) plutôt qu' à Silverstone, Ascari débute à Monaco. Echappant à un énorme carambolage qui élimine neuf voitures, Ascari termine deuxième, place qu'il occupe à nouveau à Monza. Il termine cette saison à la cinquième place du championnat.

En 1951, les Ferrari commencent à prendre l'ascendant sur les Alfa Romeo. Après deux deuxièmes places, Ascari remporte sa première victoire sur le Nürburgring, et enchaine avec une deuxième victoire lors de la course suivante à Monza et se place comme un prétendant au titre. La dernière manche se déroule dans les rues de Barcelone. Il réalise la pole position mais rétrograde à la quatrième place en course à cause d'un mauvais choix de pneus, il est vice-champion derrière Fangio.

 

En 1952, Fangio victime d'un violent accident ne peut courir, et avec des voitures compétitives, le festival commence.

Ascari ne dispute pas la première épreuve en Suisse, mais est l'un des rares (pour ne pas dire le seul) européen à courir les 500 Miles, lorsque ceux-ci comptaient pour le championnat du monde. C'est une grosse déception, dix-neuvième sur la grille, il abandonne au bout de quarante tours. De retour en Europe, Ascari remporte les six dernières épreuves du championnat, réalisant à la fin de la saison le score parfait : 36 points retenus sur 36 possibles, avec un total impressionnant de 53.5 points. En 1953, Ascari poursuit sa belle série en remportant les trois premières épreuves européennes, réalisant une série de sept victoires consécutives (neuf en ne comptant pas Indy500) et finissant la saison en champion avec 34.5 points retenus sur 36 possibles.

 

En 1954, Ascari signe pour Lancia mais doit conduire pour Maserati et Ferrari avant que la voiture ne soit prête. Il ne court que quatre épreuves et ne marque que 1.14 points. Sa seule satisfaction sera, le 2 mai, de remporter les Mille Miglia avec Lancia. En 1955, les Lancia D50 sont compétitives, Alberto parcourant douze tours en tête lors de la première épreuve. A Monaco, Alberto est victime d'un accident peu banal : au 81ème tour, sa voiture plonge dans la Méditerranée ! Alberto s'en tire avec quelques bleus.

 

Mais quatre jours plus tard, Alberto n'aura pas la même chance sur le circuit de Monza, il se tue en testant une Ferrari 750 de sport qu'il doit partager avec Eugenio Castellotti le dimanche suivant. Comme son père, il est décédé à l'âge de 36 ans le 26 du mois : le symbole de la superstition d'Alberto Ascari.

Julien