Royaume-Uni
Fondateur : Richard Branson
Nation : Royaume-Uni, Russie (2011)
Premier Grand Prix :
Bahreïn 2010
Dernier Grand Prix :
Brésil 2011
Meilleur classement :
14e
Meilleure qualification :
16e
Classement en Championnat du Monde
2010
12
2011
12
Meilleur classement en Championnat du Monde (Constructeurs) : 12e en 2010, 2011
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
1
16
1
17
2
18
7
19
9
20
23
21
19
22
8
23
6
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
4
14
4
15
4
16
7
17
11
18
8
19
7
20
3
21
1
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Filiation : Virgin (2010-2011) -> Marussia (2012-2015) -> Manor (2016-)

L'écurie britannique Manor est créée en 1990 par John Booth et s'engage en Formule Renault. Cette équipe devient au fil des années une des références de cette catégorie. En l'an 2000, le Finlandais Kimi Raïkkönen se révèle au volant d'une Manor et remporte le championnat de Formule Renault. Au début des années 2000 de futurs pilotes de F1 comme Antonio Pizzonia, Kazuki Nakajima ou Luca di Grassi passent par cette équipe. Mais le plus fameux d'entre eux est Lewis Hamilton qui pilote pour Manor entre 2002 et 2004.

En 2004 l'écurie s'engage en F3 Euroseries et obtient les années suivantes de jolis résultats avec Hamilton, di Grassi, di Resta, Hirate etc... En 2007, l'équipe de F3 passe sous le contrôle de Tony Shaw tandis que Booth garde la main sur la structure de Formule Renault.

 

En 2009, le président de la FIA Max Mosley lance un appel d'offre afin d'intégrer trois nouvelles écuries au championnat du monde de Formule 1 en 2010. John Booth décide de poser la candidature de Manor en collaboration avec Wirth Research, l'entreprise du concepteur Nick Wirth, ancien directeur technique de Simtek et Benetton.


Le projet est finalement sélectionné par la FIA le 12 juin 2009. Toutefois, Manor a besoin de fonds pour mener son projet à bien. L'aventure intéresse fortement le patron de la multinationale Virgin Richard Branson. Ce dernier a accepté de sponsoriser Brawn GP en 2009, mais n'a pas pu prendre le contrôle de cette équipe. A l'automne, l'accord entre Branson et Booth est conclu. Virgin Group prend le contrôle de 20% de l'équipe rebaptisée Virgin Racing. Celle-ci a deux bases principales: une à Dinnington, l'autre à Bicester, siège de Wirth Research. Parmi les autres commanditaires on retrouve la banque LDC, Carbon Green, le constructeur russe Marussia etc... L'équipe Manor de F3 conserve quant à elle son existence propre.

 

Alex Tai est placé à la tête de l'équipe tandis que Wirth est directeur technique. Au niveau des pilotes, Virgin engage l'Allemand Timo Glock, 28 ans et déjà une belle expérience, ainsi que le débutant Luca di Grassi. Débutant est un bien grand mot pour di Grassi, qui tape à la porte de la F1 depuis des années et n'a cessé de rouler sa bosse en GP2. Les pilotes essayeurs sont Luiz Razia et Alvaro Parente. Ce dernier perd vite sa place au profit d'Andy Soucek. Pour ce qui est de la voiture, Wirth tente un pari très audacieux: concevoir une monoplace sans avoir recours à la soufflerie, mais uniquement grâce à la mécanique des fluides numériques. Un choix qui laisse sceptique les observateurs. Quoiqu'il en soit, le VR-01, propulsée par un V8 Cosworth, est présentée au public le 3 février 2010.

L'équipe connait quelques déboires au cours de l'hiver. Tout d'abord Branson limoge Tai pour le remplacer par John Booth. Surtout, la V1-01 rencontre en essais de très nombreux problèmes de fiabilité, et rend comme prévu de nombreuses secondes aux écuries du ventre mou. L'objectif de Branson est évidemment limité lors de cette première saison. Il s'agit seulement de vaincre les deux autres nouvelles équipes, Lotus et HRT.

 

Le début de saison de Virgin est ainsi très difficile. Évidemment cantonnées au fond de grille, les VR-01 sont à peu près au même niveau que les Lotus, à environ cinq secondes des meilleures voitures. Surtout, la fiabilité est catastrophique, lors des quatre premières courses, seul di Grassi voit l'arrivée à une reprise, en Malaisie ! Mais il y a pire. Après la première course, Wirth révèle que les Virgin n'ont pas un réservoir suffisamment grand pour contenir l'essence nécessaire pour finir un Grand Prix ! Ainsi di Grassi doit rouler au pas pour finir le GP de Malaisie... Cette erreur ne renforce pas le crédit de la nouvelle équipe, loin de là. Wirth doit donc revoir la voiture dont la nouvelle version apparaît au GP d'Espagne entre les mains de Glock.

Vers l'été les Virgin, à défaut d'être plus rapides, deviennent fiables et abandonnent désormais rarement. Mais la situation financière soulève quelques inquiétudes, surtout après des déclarations malveillantes de Bernie Ecclestone, sous-entendant que HRT et Virgin Racing seraient au bord de la faillite. Durant la pause estivale du mois d'août l'écurie déménage dans une nouvelle usine à Banbury. La fin du championnat n'apporte guère de réjouissances. Seul événement, l'arrivée du Belge Jérôme d'Ambrosio en tant que pilote de réserve. Le bilan de cette première saison est des plus médiocres: non seulement Virgin n'a pas inscrit un point, ce qui était attendu, mais elle finit en plus bonne dernière du championnat des constructeurs, derrière HRT qui a réussi à finir plus de Grand Prix que l'équipe britannique.

 

Pour la saison 2011, la priorité de Branson est de renflouer les caisses de l'écurie. Il conclut ainsi un accord avec le constructeur russe Marussia qui rachète 40% de la structure, rebaptisée "Marussia Virgin Racing" et désormais engagée sous licence russe. Côté pilotes, Glock conserve sa place mais di Grassi est remplacé par d'Ambrosio, choisi grâce à la générosité de ses sponsors.


Les performances de la MVR-02 ne sont pas au rendez-vous et les Virgin sont toujours au même niveau que les HRT. En juin, Virgin cesse sa collaboration avec Wirth Research et signe par la suite un accord avec McLaren afin de pouvoir utiliser leur soufflerie. Avec comme meilleur classement une 14e place, Virgin termine, comme en 2010, ce championnat à la 12e et dernière place.

Fin 2011, Marussia prend le contrôle de l'équipe et, avec l'accord de la FIA, renomme l'écurie "Marussia F1 Team".
Tony