Société Industrielle de Mécanique et de Carrosserie Automobile
Fondateur : Henri-Théodore Pigozzi (1898-1964) - Amédée Gordini (1899-1979)
Nation : France
Premier Grand Prix :
Monaco 1950
Dernier Grand Prix :
Belgique 1953
Meilleur classement :
4e
Meilleure qualification :
6e
Jamais classé en Championnat du Monde (Constructeurs)
Meilleur classement en Championnat du Monde (Pilotes) : 17e en 1950 (Robert MANZON), 1952 (Maurice TRINTIGNANT)
1
2
3
4
5
1
6
7
8
2
9
2
10
5
11
3
12
3
13
2
14
15
16
1
17
2
18
19
2
20
2
21
1
22
2
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
1
4
1
5
1
6
1
7
8
1
9
1
10
11
12
13
2
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Après les Talbot Lago, d'autres voitures françaises apparaîtront dans le championnat du monde de F1, les Simca Gordini.

Amédée Gordini est né en Italie, et travailla très vite dans un garage. Après la première guerre mondiale, il s'installa en France et crée sa propre société. A partir de 1934, il va s'associer avec Henri-Théodore Pigozzi, fondateur de la Simca qui à l'époque fabriquait des FIAT pour le marché français. Ainsi, les Simca Gordini font leur apparition. Amédée Gordini remporta la même année le Bol d'or à St-Germain-la-Haie. A partir de 1935, les Simca Gordini apparaissent dans des courses de voitures de sport, notamment les 24 heures du Mans, que les voitures remporteront à l'indice de performance, grâce à Maurice Aimé et Charles Plantivaux en 1938, Amédée Gordini et José Scaron en 1939. puis, la guerre éclate, les compétitions disparaissent du vieux continent.

Les Simca Gordini sont de retour en 1946, dans la catégorie des Formule 2, et les voitures remportent de nombreuses victoires, 4 pour Gordini et 2 pour Scaron dans l'année 1946. L'année suivante, Gordini engage le français Jean-Pierre Wimille, il remportera la victoire à Nîmes et à Paris, et terminera second à Nice et à Lausanne lors d'épreuves de pré-Formule 1. En 1948, l'écurie remporte cinq nouvelles victoires en F2. En 1949, l'écurie accueille un nouveau-venu en Europe, Juan Manuel Fangio, qui pour son unique course avec les voitures françaises remporte la victoire lors du GP de Pau. L'année suivante, Gordini amènent les voitures dans le championnat du monde de F1.

La première course à Monaco s'achève rapidement dans un énorme carambolage que Farina a provoqué dès le premier tour. Au GP de France, Robert Manzon décroche la 4ème place. Et en Italie, des problèmes mécaniques empêcheront Manzon et Trintignant de se classer. Tandis que la même année, les Simca Gordini remportent 4 victoires dans la catégorie F2. La saison 1951 sera très décevante, les moteurs ne cessent de casser, et quand ceux-ci daignent résister, les pilotes ne sont jamais dans les points. Lors des 24 heures du Mans, aucune des 4 voitures engagées ne termine l'épreuve. La Simca refuse de soutenir Gordini financièrement, c'est la fin de l'association.

Les Simca Gordini continueront de courir en 1952, Trintignant terminant 5ème en France. Une T15 apparaîtra deux fois en 1953, puis les Simca disparaîtront.
Julien