Silvio MOSER
...
Nation : Suisse
Né le 24 avril 1941 - Zurich
Décédé le 26 mai 1974 - Locarno - 33 ans - Accident (25 avril) durant une course de voitures de sport à Monza sur Lola
Premier Grand Prix :
Grande-Bretagne 1967
Dernier Grand Prix :
Italie 1971
Meilleur classement :
5e
Meilleure qualification :
13e
Meilleur classement en Championnat du Monde : 16e en  1969
1967
nc
1968
24
1969
16
1970
nc
1971
nc
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
3
13
1
14
1
15
16
2
17
18
1
19
2
20
21
1
22
23
1
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
1
5
1
6
1
7
8
9
10
1
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Né le 24 avril 1941, ce Zurichois débute la course automobile par la course sur neige. Très vite repéré par Alfa Romeo, il se perfectionne en pilotant dans des courses de côtes, avant de s'expatrier à l'étranger pour courir sur circuit.
Sa première grande victoire, à la Temporada Argentina à la fin de l'année 1963 lui donne une certaine notoriété. Remportant de multiples victoires en Formule Junior et en F3 en 1964, il décide de monter sa propre structure : tout de suite, les succès arrivent, tant en F3 qu'en F2, où il remporte l'épreuve de Syracuse. A ses côtés, un certain Clay Regazzoni monte en puissance ...

En 1966, il continue d'arpenter les circuits Européens avec autant de victoires, mais ne peut pas participer au GP d'Allemagne, suite à la panne de son moteur.

Mais la saison 1967 voit Silvio Moser débuter en grands prix, grâce à l'appui de Charles Vögele et son équipe : engagé sur une Cooper-ATS, il ne dispute qu'une seule course cette même année, à Silverstone.
Cette expérience ne reste pas sans lendemain : Moser dispute quelques courses de la saison 1968 au volant d'une Brabham BT20. Si la rapidité n'est pas forcément au rendez-vous, la patience du Zurichois lui permet d'inscrire 2 points lors du GP des Pays-Bas.

Il décide de racheter l'équipe de Vögele en 1969, qui devient donc le Silvio Moser Racing Team. Englué dans les fonds de grilles, il peut pourtant décrocher le point de la 6ème place à Wadings Glenn, tandis qu'à Mexico une fuite d'essence à 5 tours de l'arrivée le prive de la même récompense.

Mais Silvio Moser a une idée derrière la tête : créer sa propre monoplace, dénommée Bellasi. Celle-ci débute au GP des Pays-Bas 1970, mais Moser échoue à presque 6 secondes du poleman. Ses 4 autres apparitions se solderont par autant d'échecs, à l'exception du GP d'Autriche, où il abandonne très tôt dans la course.
Sa dernière apparition en grand prix, à Monza en 1971, est tout aussi désastreuse (sa suspension le lâche après 5 boucles).
Redescendu en F2 la saison suivante, il n'y rencontre pas une immense réussite, décrochant juste la 2ème place au grand prix de la Loterie de Monza 1972.

Son retour à la scène internationale a lieu en 1974 : il compte effectuer son retour en F1, mais dispute tout d'abord quelques épreuves de voitures de sport. Mais les 1000km de Monza sont le théâtre d'une tragédie. Disputée le lendemain de son anniversaire, cette course voit Moser être victime d'une rupture de suspension. Sa Lola désemparée vient frapper de plein fouet une autre voiture, immobilisée hors du tracé. Terriblement blessé, Silvio Moser est rapatrié à l'hôpital de Locarno, où il sombre dans le coma. Il y a décédera un mois plus tard, à l'âge de 33 ans.
Baptiste