Rupert KEEGAN
...
Rupert Arnold Keegan
Nation : Royaume-Uni
Né le 26 février 1955 - Westcliff-on-Sea - 61 ans
Premier Grand Prix :
Espagne 1977
Dernier Grand Prix :
Las Vegas 1982
Meilleur classement :
7e
Meilleure qualification :
13e
Jamais classé en Championnat du Monde
1977
nc
1978
nc
1980
nc
1982
nc
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
1
13
1
14
1
15
1
16
17
2
18
2
19
4
20
1
21
1
22
5
23
3
24
3
25
1
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
5
6
1
7
1
8
2
9
1
10
3
11
2
12
1
13
14
1
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Rupert Keegan avait un certain talent pour les monoplaces, mais n’aura jamais réussi à l’exprimer dans le championnat du monde de F1.

Né à Westcliff-on-Sea, Rupert est le fils de Mike Keegan, propriétaire d’une compagnie aérienne. Au début des années 70, Rupert débute sa carrière automobile de la plus belle des manières, par une victoire dans une Ford Escort Mexico. Il va ensuite passer à la Formule Ford 1600, où ses performances seront très hétérogènes, tantôt très rapide, tantôt très décevant. Mais une fin de saison intéressante lui permet de courir le championnat britannique de F3. Mais ce sera une saison ponctuée de plusieurs accidents, dont un à Thruxton qui sera pire que les précédents. Mais Rupert n’est pas décider à abandonner, il rempile pour une année supplémentaire, et cette fois, il contrôlera sa voiture d’une très belle façon, face à Bruno Giacomelli, il remporte un total de 9 victoires tout au long de l’année et s’impose d’une poigne de fer dans le championnat BP Super Visco, tandis qu’il échoue de peu dans le championnat Shell face à Giacomelli.

Une belle année qui attire l’attention de l’équipe de F1 Hesketh, et voilà Rupert dans le cockpit d’une 308E pour la saison 1977. Malheureusement pour lui, la monoplace est bien mauvaise, et la première preuve de son talent pour la conduite sera celle de se qualifier pour les 12 courses où il était engagé. En Autriche, il pense même tenir là son premier point en championnat, avant qu’il ne soit dépassé par Jochen Mass, et ne se classe 7ème. Il part l’année suivante pour l’équipe Surtees, et la situation se dégrade encore plus, puisqu’il subit la non qualification la moitié de l’année durant. Finalement, en 1979, Rupert quitte le championnat du monde pour la série Aurora, la F1 britannique, bien moins relevée. Sur une Arrows-Ford, il s’impose à 5 reprises et s’empare du titre. Il effectue son retour en F1 brièvement en 1980 sur la Williams d’une équipe privée, cela ne donnera pas de résultats, pas plus que cela n’en donnera en 1982, sur March. Rupert plaque la F1.

Dans le même temps, le pilote britannique se met aux voitures de sport, et dispute quelques courses déjà sur Lola. En 1983, il signe un partenariat avec John Fitzpatrick et disputera les 24 heures du Mans, se classant en cinquième position. Puis il dispute toute la saison 1984 sur les Porsche 956 et 962 de l’équipe, et se hisse deux fois sur le podium : troisième à brands Hatch, puis second à Mosport. En 1985, Rupert se lance dans trois courses sur circuit routier du championnat CART avec Machinists Union, il se classera une fois, à la 12ème place. L’année suivante, il tente de se qualifier pour les 500 Miles d’Indianapolis avec sa voiture et celle de son coéquipier Steve Chassey, mais ne parvient pas à se qualifier. Rupert intentera d’ailleurs un procès à son patron Dick Hammond pour ne pas lui avoir fourni du bon matériel ! Après cela, Rupert met un terme à la compétition pour devenir homme d’affaires. Il effectuera cependant un retour inattendu en 1995 aux 24 heures du Mans sur Lister.

Rupert Keegan vit toujours en Grande-Bretagne, et participe fréquemment à quelques épreuves rétro.
Julien