Roy SALVADORI
...
Francesco Salvadori
Nation : Royaume-Uni
Né le 12 mai 1922 - Dovercourt (Essex)
Décédé le 3 juin 2012 - Monaco - 90 ans
Premier Grand Prix :
Grande-Bretagne 1952
Dernier Grand Prix :
Afrique du Sud 1962
Meilleur classement :
2e
Meilleure qualification :
2e
Meilleur classement en Championnat du Monde : 4e en  1958
1952
nc
1953
nc
1954
nc
1955
nc
1956
nc
1957
19
1958
4
1959
nc
1960
nc
1961
17
1962
nc
1
1
2
1
3
1
4
5
2
6
2
7
1
8
3
9
1
10
5
11
4
12
7
13
5
14
4
15
1
16
2
17
2
18
2
19
1
20
21
22
23
24
25
26
27
1
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
1
2
1
3
1
4
2
5
5
6
1
7
4
8
1
9
1
10
2
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Roy Salvadori n'eut pas autant de réussite que ses compatriotes en F1, il reste néanmoins un bon pilote.

Né à Davercourt, Francesco commença à courir pour le plaisir en 1946, mais à partir de l'année suivante, il commence à professionnaliser sa carrière, au volant de multiples monoplaces, tel une Alfa Romeo, une Frazer Nash, une Jaguar, etc. il dispute ses premières courses de Formule 1 en 1948 et 1949 sur Maserati. En 1952, il participe à sa première course du championnat du monde de F1 (qui à partir de cette année adoptait le même système que pour la F2) en Grande-Bretagne au volant d'une Ferrari 500 engagée par Caprara. Avec cette voiture, il dispute également plusieurs courses de F2 britanniques et décroche en fin d'année la victoire lors du Memorial Joe Fry. L'année suivante, il décide de passer chez Connaught pour véritablement démarrer en F1. Si en championnat, sa monoplace ne lui permet jamais de rallier l'arrivée, il brille dans les courses mineures, décrochant la victoire lors de la Madgwick Cup.

En 1954, il est engagé par Syd Greene qui fait courir Roy sur une Maserati 250F. il dispute les courses française et britanniques en F1, mais devra abandonner à chaque fois. Dans les épreuves hors-championnats, il monte plusieurs fois sur le podium, et remporte le Curtis Trophy. La même année, il court en voitures de sport avec Aston Martin. En 1955, il ajoute à son palmarès 3 victoires en courses hors-championnat, le Glover Trophy, le Curtis Trophy et le Daily Telegraph Trophy. L'année suivante, Roy termine sa première course en championnat du monde depuis 4 ans, mais loin des leaders. Il remporte le Vanwall Trophy, et en F2, il réalise un carton plein avec 4 victoires en 4 courses sur une Cooper T43, qu'il développe et avec laquelle il court 2 courses en 1957, réussissant à se classer dans les points à Aintree, bien qu'accusant 5 tours de retard sur Brooks et Moss. A l'inverse, il remporte moins de succès en F2, une seule victoire lors de la Woodcote Cup.

L'année 1958 sera incontestablement la meilleure année en F1 pour Roy. Cooper bénéficie du moteur Coventry-Climax qui sera le meilleur moteur des années 60. Le pilote dispute aussi sa première saison véritablement complète. Sur le circuit de Zandvoort, il se classe 4ème, puis réussit à monter sur le podium lors de sa course nationale. La course allemande se termine avec une seconde place pour Roy, qui avec une 5ème place en Italie, marque un total de 15 points, et termine 4ème au championnat du monde. La saison suivante, Aston Martin, présent en voitures de sport, envisage de venir en F1, et Roy fait partie de cette aventure. Les voitures utilisent le moteur à l'avant, ce qui est obsolète alors. Cependant, en Grande-Bretagne, il réalise le meilleur temps des essais qualificatifs, ex æquo avec Jack Brabham qui part en pole position. Il terminera deux courses à la porte des points. Mais l'événement de cette saison, est sa victoire lors de la grande épreuve des 24 heures du Mans, en compagnie de l'américain Carroll Shelby.

En 1960, il court une dernière course avec Aston Martin en F1, sans succès. Il court sur une Cooper-Climax de l'écurie High Efficiency Motors, sans arriver dans les points. L'année suivante, il est engagé par l'écurie Yeoman Credit Racing, et après quelques belles courses hors-championnat, il termine 6ème en Grande-Bretagne et en Italie, prenant ses deux derniers points en championnat du monde. 1962 sera sa dernière saison dans l'élite du sport automobile, au volant d'une Lola de l'écurie Bowmaker, il ne pourra jamais terminer une course en championnat, et termine trois fois second en-dehors du championnat. Roy courra occasionnellement en voitures de sport par la suite, avec un podium lors du Tourist Trophy en 1963, avant de mettre un terme à sa carrière de pilote en 1965, pour devenir le team manager de Cooper en 1966 et 1967.

Roy Salvadori se retire ensuite à Monaco dans un appartement d'où il peut jouir d'une vue magnifique sur le Grand prix de Formule 1.

Il décède en juin 2012, quelques jours seulement après son ancien compère Carroll Shleby.
Julien et Tony