Roger LAURENT
...
Nation : Belgique
Né le 21 février 1913 - Liège
Décédé le 6 février 1997 - Uccle - 83 ans
Premier Grand Prix :
Belgique 1952
Dernier Grand Prix :
Allemagne 1952
Meilleur classement :
6e
Meilleure qualification :
17e
Jamais classé en Championnat du Monde
1952
nc
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
1
17
18
19
1
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
5
1
6
7
8
9
10
11
1
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée

Roger Laurent fut l'un des pilotes de l'écurie Francorchamps, mais il brilla plus souvent en voitures de sport qu'en monoplaces, sa carrière en F1 fut relativement brève.

 

Né à Liège, Roger a d'abord commencé dans le sport motocycliste, avec beaucoup de succès, il remporte le championnat de Belgique à cinq reprises ! Il passe aux voitures à la fin des années 40 avec l'écurie Belgique, qui à cette époque faisait courir leurs pilotes sur une Veritas RS. Sa meilleure course eut lieu à Chimay pendant le Grand Prix des Nations en 1951. Il termine second de la première manche à deux minutes de son compatriote Johnny Claes, avant de s'écrouler pendant la seconde manche. Au classement final, Roger se classe malgré tout cinquième.

Peu de temps après cette course, son équipe fait acquisition d'une Talbot Lago T26C, une voiture d'un autre calibre, avec laquelle il se classe septième à Albi, mais en accusant un retard de 3 tours tout de même sur Trintignant. L'année suivante, il amène sa voiture à Helsinki pour participer au Grand Prix de Finlande. Face à une concurrence faible, composée essentiellement de Ford Special adaptées à la F2, Roger se qualifie en troisième position sur la grille à 1,3 secondes de Gunnar Carlsson, et finit par remporter sa première victoire, mais de justesse, avec un dixième d'avance seulement sur Erik Lündgren. Peu de temps après, l'écurie Francorchamps acquiert une Ferrari 500 et court en championnat de F1.

 

Mais pour son Grand Prix national, la voiture est confiée à Charles de Tornaco, Roger dut alors courir sur une HWM. Il se qualifie en avant-dernière ligne, amis gagne plusieurs places dès le premier tour, et termine finalement 12ème à 4 tours d'Alberto Ascari. Puis vient la course allemande, et cette fois c'est Roger qui hérite du volant de la Ferrari 500. Il réalise une meilleure qualification, 17ème pour 32 places, et profite d'abandons devant lui pour se classer en sixième position aux portes des points et à 2 tours des Ferrari officielles.

 

Après la F1, Roger dispute quelques courses de F2 en 1953, avec une seconde place en Finlande, à moins d'une seconde de Rodney Nuckey, et une autre seconde place au GP des Frontières, à plus d'une minute de Trintignant. La suite de sa carrière s'axe sur les voitures de sport sur Jaguar. Il termine neuvième aux 24 heures du Mans avec Charles de Tornaco. En 1954, il dispute sa dernière course de Formule 1, disputée à Syracuse et ne comptant pas pour le championnat, et se classe quatrième à 7 tours de Farina. Mais il termine également troisième des 12 heures de Reims et du GP de Zandvoort en voitures de sport. , avec en plus une quatrième place au Mans. En 1955, sa saison est amputée par un terrible accident à Bari, qui lui valut une jambe cassée. Il fait son retour en 1956, et dispute sa dernière course au Mans et termine encore une fois quatrième, avec Freddy Rousselle.

 

Roger Laurent prit part un peu plus tard à quelques courses de Formule 3 en 1965, terminant 4ème du trophée Juan Jover, avant de raccrocher définitivement. Il est décédé à Uccle le 6 février 1997 à l'âge de 83 ans.

Julien