Fondateur : Gunter Schmidt (1933-2005)
Nation : Allemagne
Premier Grand Prix :
Brésil 1988
Dernier Grand Prix :
Canada 1989
Meilleur classement :
4e
Meilleure qualification :
12e
Classement en Championnat du Monde
1988
9
1989
13
Meilleur classement en Championnat du Monde (Constructeurs) : 9e en 1988
Meilleur classement en Championnat du Monde (Pilotes) : 15e en 1988 (Andrea De CESARIS)
6 points
0.30 pts / GP
3.00 pts / saison
000 871 tours parcourus
003 892 kms parcourus
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
5
12
13
4
14
1
15
1
16
1
17
2
18
2
19
20
21
22
3
23
24
25
1
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
2
4
5
6
7
2
8
1
9
1
10
11
1
12
1
13
1
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Et revoilà Gunther Schmidt !!! Après ses désespérantes tribulations au sein de son écurie A.T.S., le patron allemand était retourné à sa fabrique de jantes. Mais aussitôt qu'il s'eut refait une santé financière, il replongea dans le monde de la F1 avec sa nouvelle écurie : RIAL.

L'année 1988, celle du grand retour, se présente très bien. Schmidt a réussi à convaincre Gustav Brunner de revenir travailler avec lui, et celui-ci dessine une Rial s'approchant fortement de la Ferrari de 1987, ceci s'expliquant qu'elle avait été dessiné par Brunner lui-même ! A l'intérieur du cockpit, Schmidt installa le rapide et véloce Andrea de Cesaris. Malheureusement, de Cesaris était également réputé pour sa faculté à détruire ses voitures. Ce qui ne manqua pas d'arriver souvent durant cette saison ! Avec sa bonne humeur et sa diplomatie habituelle, Schmidt se sépara de de Cesaris malgré la quatrième place qu'il venait de lui ramener, tandis que Brunner pris également la poudre d'escampette, ulcéré par les sautes d'humeur de son patron.

Au début de la saison 1989, Schmidt décida d'inscrire deux voitures qui n'avaient guère évoluée par rapport à la saison précédente qui seraient pilotées par Christian Danner et le néophyte Volker Weidler. Malgré une quatrième place à Phoenix de Danner, le reste de la saison sera marquée par une longue collection de non qualifications. La fin de la saison sera marquée par une valse des pilotes qui ne changera rien à la situation de l'équipe.
Une fois de plus, Gunther Schmidt aura marqué la F1 par son égocentrisme démesuré, sa mauvaise humeur mais il prit à la fin de l'année 1989 la plus sage décision de sa carrière : ARRETER LA FORMULE 1 !
Axlex