Raymond SOMMER
...
Nation : France
Né le 31 août 1906 - Mouzon (Ardennes)
Décédé le 10 septembre 1950 - Cadours (Haute-Garonne) - 44 ans - Accident durant une course de F3 sur Cooper
Premier Grand Prix :
Monaco 1950
Dernier Grand Prix :
Italie 1950
Meilleur classement :
4e
Meilleure qualification :
5e
Meilleur classement en Championnat du Monde : 15e en  1950
1950
15
1
2
3
4
1
5
6
7
1
8
1
9
10
11
12
1
13
14
15
16
1
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
1
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Raymond Sommer fut un bon pilote, que ce soit avant ou après la guerre de 39-45, seul le championnat de F1 lui a fait défaut.

Né à Mouzon, Raymond commença sa carrière automobile dans les années 30, et frappa très fort d'entrée. En 1932, il conduit son Alfa Romeo lors des 24 heures du Mans pendant près de 21 heures, laissant le reste à Luigi Chinetti, et remporte l'épreuve. Il remporte aussi la même année le Grand Prix de Marseille. L'année suivante, il remporte une nouvelle victoire aux 24 heures du Mans, en compagnie d'un grand de l'époque, Tazio Nuvolari. Il dispute de nombreux Grand Prix, se classant souvent sur le podium, retrouvant la victoire en 1935 à Comminges. L'année suivante, il remporte deux épreuves de voitures de sport, le Grand Prix de l'ACF avec Jean-Pierre Wimille et les 24 heures de Spa-Francorchamps. Il remporte deux nouvelles épreuves en 1937, avec Talbot Lago cette fois-ci. Puis à la fin de l'année 1939, l'Europe est en guerre.

Raymond reprend la compétition automobile en 1946, dans des épreuves de Formule 1 et de Formule 2. Très vite, Raymond démontre qu'il n'a rien perdu malgré ses longues années d'inactivité, il remporte le GP de Marseille, puis 4 autres épreuves de F1 avec une Maserati. En 1947, il court pour trois firmes différentes, sans réussir à s'imposer, malgré trois podiums. L'année suivante, il remporte le GP des Nations avec Simca Gordini, puis est engagé par Ferrari, avec qui il remporte deux épreuves de F2. En 1949, il court de nouveau sur des voitures françaises, remportant une victoire pour Simca, une pour Talbot. L'année suivante, le championnat du monde de F1 débute.

Peu de temps avant de courir pour la première fois en championnat, Raymond s'impose de nouveau dans un Grand Prix de Formule 2 avec Ferrari. Et c'est avec une voiture de la Scuderia qu'il va courir le Grand Prix de Monaco. Lors du premier tour, Giuseppe Farina provoque un carambolage qui élimine 9 voitures. Raymond y échappe, et il finit la course en 4ème position. Les deux courses de F2 qui suivent sont dominées par le pilote français. Mais cette performance n'aura pas lieu en championnat, Raymond court le GP de Suisse avec Ferrari, puis il dispute les 3 épreuves restantes avec Talbot Lago. En Belgique, il profite du ravitaillement des Alfa Romeo pour mener la course, avant que son moteur ne cède.

Le 10 septembre 1950, Raymond Sommer est victime d'un accident qui lui sera fatal lors d'une course de Formule 3, disputée sur le circuit de Cadours. Il avait 44 ans.
Julien