Fondateur : Alain Prost
Nation : France
Premier Grand Prix :
Australie 1997
Dernier Grand Prix :
Japon 2001
Meilleur classement :
2e
Meilleure qualification :
3e
Classement en Championnat du Monde
Meilleur classement en Championnat du Monde (Constructeurs) : 6e en 1997
Meilleur classement en Championnat du Monde (Pilotes) : 9e en 1997 (Olivier PANIS)
35 points
0.42 pts / GP
7.00 pts / saison
000 037 tours en tête
000 160 kms en tête
007 430 tours parcourus
035 578 kms parcourus
1
2
3
3
2
4
2
5
2
6
4
7
1
8
7
9
7
10
4
11
13
12
10
13
18
14
21
15
20
16
13
17
9
18
11
19
10
20
6
21
2
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
2
1
3
2
4
2
5
9
6
7
7
7
8
12
9
11
10
12
11
13
12
3
13
3
14
4
15
2
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Filiation : Ligier (1976-1996) -> Prost (1997-2001)

C'est en 1997, que le Grand Prix Circus, voit poindre l'arrivée d'une équipe française dans le paddock. Alain Prost, le " Professeur " se lance dans l'aventure de la gestion d'une équipe de F1. Il rachète l'écurie Ligier qu'il rebaptise à son nom.

Première saison : c'est la JS-45 qui prendra le départ des courses, propulsée par le moteur " Mugen Honda ". Elle est chaussée de pneus Bridgestone. Le début de saison est prometteur. Dès le GP d'Australie, l'équipe engrange 2 points. Panis monte sur le podium au Brésil... Les bons résultats s'enchaînent ( 1ère ligne à Imola, bons résultats à Monaco, Barcelone .

Malheureusement, cet élan sera brisé par l'accident d'Olivier Panis au Canada. Il va beaucoup manquer à l'équipe, il s'est fracturé les deux jambes... C'est Jarno Trulli qui prendra la relève. Des résultats moyens suivront, ormis une 4ème place de l'Italien en Allemagne. La belle machine est brisée, et le retour de Panis n'y changera pas grand chose.

Néanmoins, pour sa première saison, l'équipe d'Alain Prost finira à la 6ème marche du classement constructeur, bilan inespéré avant le début du championnat. Elle aura utilisé 3 pilotes : Panis, Nakano, et Trulli.

L'année 1998 est pleine d'espoirs. Cette fois, c'est une voiture " maison " l'AP-O1 qui sera lancée dans la bataille. Peugeot fournit un moteur V10. Tout semble prêt, à l'aube de cette seconde saison dans l'arène.

Ce sera une année catastrophique pour le clan des " bleus ". Abandons en série, en cascade. Lorsque les voitures joignent l'arrivée, il n'y a pas de quoi s'extasier sur les résultats obtenus. Une des seules bonnes performances de l'équipe est une 6ème place de Jarno Trulli en Belgique, dans des conditions particulières.

A l'issue de cet exercice, le bilan est terrible : 9ème et dernière place au classement constructeurs. Les deux pilotes Panis et Trulli ont passé une année très difficile, sans véritable satisfaction...

L'AP-02 porte de gros espoirs, à la veille de la saison 1999. Peugeot apporte un nouveau V10. Panis et Trulli toujours présents, espèrent une bien meilleure saison que la précédente, ce qui ne devrait pas être un objectif insurmontable...

Les résultats resteront moyens. Quelques Top 10 obtenus au Brésil, à Monaco, au Canada, où Panis aura réussi une belle qualification dans des conditions difficiles.

La suite de la saison sera plus anonyme. Au Nurburgring, Trulli finira second, à l'issue d'une très belle course, mais ça sera tout. Les deux dernières courses ne verront pas les AP-02 rallier l'arrivée.

Au final, l'équipe d'Alain Prost finira 7ème avec seulement 9 points engrangés. Encore du travail en perspective pour le Team...

Les deux dernières saisons disputées par le clan Prost seront du même acabit.
Des résultats souvent faibles, en qualifications comme en course. Peugeot va lâcher l'écurie, fin 2000. C'est le V10 Ferrari qui prendra la relève pour 2001.

La fiabilité n'est toujours pas là. Les abandons succèdent aux abandons...

Fin 2000, l'équipe n'a marqué aucun point au championnat... C'est la crise...
Alesi et Heidfeld n'ont pas été à la fête...

L'année 2001 sera la dernière de cette triste épopée. 5 pilotes se succéderont au volant des AP-04, pour cause de résultats insuffisants ( Mazzacane ), d'accident ( Burti ) ou de brouille avec le " Boss "( Alesi ). Alain Prost connaît de graves problèmes financiers qui vont amener l'équipe à ne pas pouvoir faire d'essais privés, lors de cette saison. La voiture ne pourra donc pas être développée...
L'équipe obtient quelques places honorables ( des places dans les 10 premiers, 6ème à Monaco, 5ème au Canada ). Mais c'est le chant du cygne... La saison 2002 débutera sans l'équipe française, mise en liquidation judiciaire.

Une fin amère. Alain Prost aura beaucoup perdu dans l'aventure...
Werner