Prince BIRA
...
Birabongse Bhanudej Bhanubandh
Nation : Thailande
Né le 15 juillet 1914 - Bangkok
Décédé le 23 décembre 1985 - Londres (Grande Bretagne) - 71 ans - Crise cardiaque
Premier Grand Prix :
Grande-Bretagne 1950
Dernier Grand Prix :
Espagne 1954
Meilleur classement :
4e
Meilleure qualification :
5e
Meilleur classement en Championnat du Monde : 8e en  1950
1950
8
1951
nc
1952
nc
1953
nc
1954
17
1
2
3
4
1
5
1
6
1
7
1
8
1
9
2
10
2
11
12
1
13
14
4
15
16
17
1
18
3
19
20
21
22
1
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
2
4
1
5
1
6
2
7
8
1
9
1
10
2
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Le Prince Bira du Siam était un passionné de sport automobile qui, au milieu des années 30, décida de passer derrière le volant.

Né à Bankgok, Birabongse fit ses études en Angleterre, passant par les plus grands établissements, tel Eton et Cambridge. Pour son 21ème anniversaire, son cousin le Prince Chula lui fit cadeau d'une ERA, avec laquelle Bira va courir au sein de sa propre écurie : White Mouse Stable. Il commence à courir dans des courses de voiturettes en 1935, terminant très fréquemment sur le podium. Il remporte ses premières victoires avec le modèle B en 1936, dans des courses françaises. Il court également dans des courses de Formule Libre avec une Maserati, remportant le Campbell Trophy en 1937, et des courses de voitures de sport avec une Delahaye, triomphant lors des 12 heures de Donington. En 1938, il est au volant d'une nouvelle ERA et remporte deux courses de voiturettes et s'impose à deux nouvelles reprises en 1939, avant que le second conflit mondial ne vienne interrompre sa carrière, comme ce fut le cas pour de nombreux pilotes.

En 1946, il reprend le volant dans des courses de Formule 1, remportant une victoire lors de l'Ulster Trophy. L'année suivante, il décide de courir sur des Maserati et des Simca Gordini. Il court en Formule 1 et en Formule 2, gagnant lors de sa première participation dans cette catégorie. Il triomphe également lors du Grand Prix des Frontières. Bira a bel et bien retrouvé son niveau d'avant-guerre. En 1948, il ajoute à son palmarès le Grand Prix de Stockholm de F2, ainsi que le Grand Prix des Pays-Bas. En 1949, il est engagé par Enrico Plate dans son écurie, le prince siamois ne remportera aucune course, mais se classe sur le podium à 6 reprises. L'année suivante, le championnat du monde de F1 démarre.

Lors de la première course, Bira se place 5ème sur la grille de départ, c'est le meilleur pilote après les Alfa Romeo. Malheureusement, une panne d'essence l'oblige à abandonner. Il se rattrapera lors du GP de Monaco, échappant à un grand carambolage au premier tour, il se classe 5ème, puis termine 4ème sur le circuit de Bremgarten. A la fin de la saison, il termine second lors d'une course hors-championnat. La saison suivante commence plutôt bien, Bira remporte une épreuve de F1 hors-championnat, le Richmond Trophy. Malheureusement, en championnat, sa monoplace n'est jamais prête à temps, ce qui l'oblige à ne disputer qu'une seule course, en Espagne, qui se terminera par la casse de son moteur OSCA.

En 1952, avec le changement de réglementation, le prince de Siam court sur une Simca-Gordini, et ce sera une saison frustrante. Très souvent dépassé en compétition, il arrive en F2 à terminer second à Marseille, mais ce sera sa seule véritable performance de l'année. Il décide de partir pour Connaught en 1953, puis utilise sa propre Maserati A6GCM, mais encore une fois la déception est au rendez-vous. Après quelques courses en 1954, Bira renoue avec la réussite, en remportant le Grand Prix des Frontières de F2. Puis, il dispose d'une Maserati 250F, avec laquelle il va de nouveau rentrer dans les points en championnat, avec une 4ème place sur le circuit de Reims, il termine également second lors des courses hors-championnat de Rouen et Pescara. En 1955, il remporte le Grand Prix hors-championnat en Nouvelle-Zélande, et après quelques courses, décide de se retirer.

Le 23 décembre 1985, le prince Birabongse Bhanudej Bhanubandh est terrassé dans le métro de Londres par une crise cardiaque, à l'âge de 71 ans.
Julien