Philippe STREIFF
...
Nation : France
Né le 26 juin 1955 - La-Tronche (Isère) - 61 ans
Premier Grand Prix :
Portugal 1984
Dernier Grand Prix :
Australie 1988
Meilleur classement :
3e
Meilleure qualification :
5e
Meilleur classement en Championnat du Monde : 14e en  1986
1984
nc
1985
15
1986
14
1987
15
1988
nc
1
2
3
4
1
5
6
7
8
9
2
10
1
11
1
12
4
13
2
14
1
15
5
16
2
17
11
18
4
19
4
20
2
21
3
22
6
23
1
24
4
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
1
3
1
4
1
5
2
6
2
7
5
8
6
9
3
10
4
11
5
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée

Philippe Streiff réalisa en Formule 1 quelques belles courses compte tenu de son matériel, et sa carrière connut un coup d'arrêt brutal.

Né à la Tronche, Philippe remporta son premier succès important à la fin de l'année 1977, le Volant Motul sur le circuit de Nogaro. L'année suivante il faisait ses premiers pas en Formule Renault. Tandis que Philippe Alliot remporta le titre, Philippe s'imposa sur le circuit Paul-Ricard. Il passe ensuite au championnat européen de Formule 3 en 1979, sur une Martini-Renault engagée à titre privée, et décroche un succès sur le Zolder en 1980. IL retourne en France disputer le championnat national de F3, et fort déjà de son expérience dans l'EuroSeries, il mène sa Martini à la victoire à deux reprises et s'empare du titre, tandis qu'il termine 4ème du championnat européen.

 

Il passe à la vitesse supérieure en 1982, disputant le championnat de Formule 2 avec la petite écurie française AGS. Pour sa première saison, il termine deux fois sur le podium et 6ème du championnat, puis 4ème les deux saisons suivantes, avec de nombreux podiums et (enfin) une victoire lors de la dernière course du championnat de F2, à brands Hatch en 1984. De bien belles performances au volant d'une voiture dont le budget n'atteint pas celui de ses concurrents directs, notamment Ralt.

 

C'est également en 1984 qu'il va faire ses premiers pas en Formule 1, engagé comme troisième pilote lors du GP du Portugal avec Renault. En 1985, il court la saison de F3000 avec l'équipe AGS, puis sera engagé à la fin de la saison par Guy Ligier pour remplacer Andrea de Cesaris. C'est sur une Tyrrell qu'il court à Kyalami, puis en Australie, de nouveau avec une voiture bleue, il va monter sur son unique podium en F1. Dès lors, Philippe va devenir pilote de F1 à plein temps, bénéficiant d'un volant de titulaire chez Tyrrell, grâce au soutien du motoriste français Renault.

 

Cette saison 1986 sera moyenne, Philippe sera la plupart du temps dépassé par son coéquipier Brundle, mais il parvient néanmoins à se rentrer deux fois dans les points, en Grande-Bretagne et en Australie où, alors qu'il réitérait sa performance en étant 3ème, une panne d'essence l'oblige à rétrograder de deux places. En 1987, il termine au pied du podium à Hockenheim. Et l'année suivante, il décide de rejoindre la petite écurie AGS avec qui il a déjà couru en F2/F3000. L'ambiance est au beau fixe au sein de l'équipe, à défaut d'une voiture capable de rentrer dans les points.

 

Mais en 1989, tout s'écroule. Lors des essais du GP du Brésil, il est victime d'un terrible accident. Les secours arriveront tard et sortant Philippe avec très peu de délicatesse, compte tenu de ses cervicales broyées. La sanction sera immédiate, Philippe deviendra paraplégique. Après des mois de rééducation, Philippe peut de nouveau conduire en 1995 une Renault Espace spécialement adaptée à son handicap. Un concept qui, grâce aux financements d'associations des personnes handicapées, et agréé par le ministère des transports, permet à une personne handicapée de pouvoir malgré tout conduire et passer le permis. Dans le même temps, il fonde l'association CESA, qui vient en aide aux personnes handicapées en rapport avec le sport automobiles. De bonnes actions, récompensées par la légion d'honneur en 1995.

 

Depuis 1993, la société Philippe Streiff Motorsports fait courir chaque année les Masters de Bercy, un rendez-vous incontournables entre grands pilotes et futurs talents.

Julien