Pedro DINIZ
...
Pedro Paulo Diniz
Nation : Brésil
Né le 22 mai 1970 - Sao Paulo - 46 ans
Premier Grand Prix :
Brésil 1995
Dernier Grand Prix :
Malaisie 2000
Meilleur classement :
5e
Meilleure qualification :
8e
Meilleur classement en Championnat du Monde : 14e en  1998, 1999
1995
nc
1996
15
1997
16
1998
14
1999
14
2000
18
1
2
3
4
5
6
7
1
8
1
9
1
10
4
11
6
12
5
13
2
14
11
15
13
16
12
17
9
18
6
19
7
20
4
21
7
22
3
23
2
24
2
25
2
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
2
5
6
6
4
7
5
8
3
9
6
10
6
11
1
12
3
13
1
14
1
15
1
16
1
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Son père était l’un des hommes les plus riches du Brésil grâce au succés de sa chaîne de supermarchés et de sa compagnie de distribution CBD. Cette « chance » lui a permis de faire son entrée dans le monde de la F1.

Né le 22 mai 1970 à Sao Paulo, Pedro Paulo Diniz débute sa carière de pilote par le karting où il y décrochera deux titres en 1987 et 1988. L’année suivante, il passe en Formule Ford dans son pays natal et termine a une 6ème place finale au championnat.

Lors de son passage en Formule 3 en Amérique du Sud (1990), en Angleterre (1991 et 1992) puis en F3000 (1993 et 1994), il ne signe que quelques ponctuelles performances. Le brésilien pilote depuis 1993 pour l’écurie Forti, qui a toujours aspiré à arriver en F1.

La nouvelle écurie débute donc sa carrière en F1 avec Pedro Diniz et Roberto Moreno. La famille de Pedro ayant larguement participé financièrement à l’entrée de Forti dans la catégorie reine. Mais la voiture n’est pas vraiment prête, il s’agit plus d’une F3000 « adaptée ». La saison n’est pas bonne mais en Australie, Diniz termine aux portes des points (à 4 tours du vainqueur du jour). Pedro quite Forti, amenant avec lui le sponsor, laissant une écurie en position délicate, qui d’ailleurs ne survivra que 6 grands prix en 1996.

Tom Walkinshaw a repèré le jeune pilote (son talent ou sa malette de dollars ?) et le fait signer pour Ligier. Pour 1996, il est associé à Olivier Panis. A Monaco, le francais gagne, mais Pedro contente de 2 points cette saison (Espagne et Italie). Mais sur les circuits rapide, il parvient à faire jeu égal avec Olivier. Et les observateurs qui prétendaient qu’il était là que grâce à son argent, commencent à le prendre un peu plus au sérieux...

1997, Tom Walkinshaw rachète 51% de parts de Arrows, Pedro suit Tom et devient ainsi le co-équipier du champion du monde en titre, Damon Hill. Mais l’anglais ne pourra vraiment pas défendre ses chances, tant la voiture n’est pas une réussite, terminant seulement deux fois dans les points (mais une seconde place en Hongrie). Pour Pedro, seul une cinquieme place au Luxembourg vient recompenser sa saison.

Mais il reste chez Arrows pour l’année suivante. Associé à Mika Salo, les deux pilotes marque le même nombre de point (3). La fiabilité n’est pas bonne, il faudra attendre le 4ème grand prix pour voir une Arrows a l’arrivée. Sur la saison, l’écurie comptabilise 10 arrivées sur 32 départs.

Finalement, en 1999, il signe chez Sauber au côté de Jean Alesi. Le brésilien ne finit que 4 courses mais 3 à la 6ème place, et marque un point de plus que le francais. Cette année-là, Pedro survit à un accident qui déchire son arceau de sécurité sur le circuit du Nürburgring.

En 2000, toujours chez Sauber, il est associé a son ancien co-équipier Mika Salo. Mais le score reste vierge pour Pedro. Il fait cependant jeu égal avec le finlandais sur la piste même si ce dernier marque les seuls points (6 au total) de l’équipe.

Après cette seconde année passée dans l'écurie suisse, il décide d'arrêter le pilotage et devient actionnaire de Prost GP. Après avoir tenté de prendre le contrôle de l'écurie, il finit par se résoudre à abandonner ses actions devant le refus d'Alain Prost de céder son poste. Aujourd’hui, Diniz se concentre sur la promotion de la formule Renault en Amérique du sud.
Ludovic