Olivier PANIS
...
Olivier Denis Panis
Nation : France
Né le 2 septembre 1966 - Oullins (Rhône) - 50 ans
Premier Grand Prix :
Brésil 1994
Dernier Grand Prix :
Japon 2004
Meilleur classement :
1er
Meilleure qualification :
3e
Casque
Casque
Meilleur classement en Championnat du Monde : 8e en  1995
1994
11
1995
8
1996
9
1997
9
1998
nc
1999
16
2001
14
2002
14
2003
15
2004
14
1
2
3
3
2
4
3
5
5
6
6
7
5
8
13
9
14
10
19
11
20
12
17
13
6
14
15
15
5
16
7
17
7
18
5
19
3
20
1
21
2
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
1
3
2
1
3
4
4
8
5
8
6
11
7
11
8
13
9
5
10
14
11
8
12
5
13
3
14
3
15
1
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée

Olivier Panis faisait partie de la génération des jeunes prodiges français du début des années 1990.
Champion de Formule Renault en 1989, vice-champion de France de F3 en 1991, il passa à la F3000 l'année suivante. Il remporta le championnat international en 1993 et cet exploit lui ouvrit les portes de la F1 avec Ligier en 1994.

Sa première saison fut satisfaisante, la voiture étant ultra-fiable, mais hélas peu compétitive. Sa meilleure performance fut une seconde place au GP d'Allemagne, devant son équipier Bernard.

1995 sera plus difficile, la voiture ayant perdu sa fiabilité, son meilleur résultat sera une nouvelle seconde place au GP d'Australie.

L'année 1996 sera celle de l'exploit de Monaco. Ce week-end là, il pleut sur la principauté et Olivier n'est que 14ème sur la grille. Mais la course sera une hécatombe et Olivier remontera tranquillement jusqu'à prendre en tête au 60ème tour, après l'abandon d'Alesi. Il résistera jusqu'au bout à Coulthard pour remporter sa première victoire, la dernière à ce jour d'un pilote français en F1. A la fin de l'année, Alain Prost rachète Ligier qui devient Prost Grand Prix et Olivier est de la partie.

Son début de saison 1997 sera excellent avec une troisième place au Brésil et une seconde position à Barcelone. Avant le GP du Canada, il est troisième au classement général. Hélas, sur le circuit de Montréal, il est victime d'un terrible accident où il se brise les jambes. Il ne reviendra en course qu'au GP d'Europe, avec un point à la clé.

La saison 1998 sera un désastre et Olivier ne marquera pas un point. En 1999, la Prost s'améliore en performances pures et en fiabilité. Mais Olivier ne marque que 2 points, le courant entre lui et la direction se détérioraient, de plus il souffre de la comparaison avec Trulli. Il finira par être écarté...

A la fin de l'année, il quitte Prost pour aller chez McLaren, comme pilote essayeur. Cette année loin des grand prix lui sera bénéfique puisqu'il fera d'excellents chronos au volant de la monoplace grise.

Olivier fait son retour en 2001 chez BAR, malgré une voiture moyennement performante et une fiabilité plus que médiocre, il parvient quand même à accrocher 5 points et fait jeu égal avec son équipier Villeneuve.

La saison 2002 sera plus difficile, avec une monoplace ratée, Olivier ne marque que 3 points. De plus il connaît 7 abandons consécutifs entre Melbourne et Monaco, il décide de partir chez Toyota. Le team nippon n'est en F1 depuis que depuis un an et le français espère faire mettre à profit son expérience.

Pour sa première année chez les rouges et blancs, la saison d'Olivier est un peu mitigé. Bien qu'il réussit de belles performances (souvent devant son équipier DaMatta et à maintes reprises dans le top 10) il abandonne souvent la faute à une fiabilité douteuse, il finit 15eme...

La saison 2004 est plus difficile, la Toyota est moins compétitive, et malgré les efforts d'Olivier (véloce en qualifs), les courses seront très difficile pour lui, à l'exception des GP de Monaco, USA et de Belgique, tous au terme d'une hécatombe. Il est remplacé par Trulli pour la fin de saison.


C'est la dernière saison d'Olivier en F1, il est maintenant essayeur Toyota jusqu'en 2006...

 

Depuis 2008, il participe au Mans Series avec Courage/ Oreca.

Tony et Xman