Mika HAKKINEN
...
Mika Pauli Häkkinen
Nation : Finlande
Né le 28 septembre 1968 - Helsinki - 48 ans
Premier Grand Prix :
Etats-Unis 1991
Dernier Grand Prix :
Japon 2001
Meilleur classement :
1er
Meilleure qualification :
1er
Champion du Monde en  1998, 1999
26
1
13
2
21
3
16
4
13
5
7
6
13
7
14
8
7
9
4
10
3
11
12
3
13
2
14
15
1
16
1
17
1
18
19
20
4
21
1
22
1
23
4
24
4
25
3
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
20
1
14
2
17
3
13
4
10
5
9
6
4
7
3
8
5
9
1
10
11
2
12
13
3
14
15
16
17
18
1
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée

Mika Häkkinen fut l'un des meilleurs pilotes de F1, le seul qui ait réellement tenu tête à Michael Schumacher.

 

Né à Helsinki, Mika se retrouve très vite derrière un volant. Il commence le karting à cinq ans. Deux ans plus tard, c'est sur le circuit de Keimola, près du lieu de travail de son père, que Mika va remporter sa première course de karting. Ses efforts sont récompensés en 1978, lorsqu'il remporte son premier championnat. Dès lors, les championnats s'enchaînent. Championnat régional en 1979, champion de karting mini en 1981, vainqueur du Memorial Ronnie Peterson en 1982, 4 fois champion finlandais de karting de 1983 à 1986, triple champion de Formule Ford en 1987 (finlandais, suédois et nordique).

En 1990, il remporte le championnat d'Angleterre de Formule 3 sur une Ralt-Mugen. En fin de saison, au GP de Macao, il se bat pour la victoire face au jeune Michael Schumacher, qui sur un mauvais geste l'envoie dans le décor et remporte la course. Les deux hommes auront l'occasion de se retrouver...Quoiqu'il en soit, ce palmarès impressionnant lui évite la F3000 pour courir directement en F1.

 

En 1991, il court sa première saison de F1 avec l'écurie Lotus-Judd. Lors de sa première course, il se classe 13ème sur la grille de départ, mais son moteur lâchera après 59 tours. Sur le circuit d'Imola, alors qu'il est parti 25ème, Mika va profiter de quelques abandons et de quelques dépassements pour se hisser à la 5ème place et marquer ses premiers points. Mais ces belles performances seront sans suite, la Lotus-Judd 102B étant trop mauvaise. Il est à noter que contrairement à ses nombreux coéquipiers, Bailey, Herbert et Bartels, Mika parvient toujours à se qualifier, même en fond de grille.

La saison suivante, Lotus est passé au moteur Cosworth et l'équipe, jusqu'alors sur la pente savonneuse, connaît un éphémère regain de forme. Häkkinen réussit à se classer 4ème en France et en Hongrie, où il manque le podium pour quatre secondes. Il accroche également une cinquième place et trois sixièmes places, et se classe huitième du championnat avec 11 points, une très belle performance. Impressionné, Ron Dennis décide de le prendre chez McLaren. Le début d'une grande association.

 

C'est d'abord en tant que pilote-essayeur que Mika fera ses premiers tours avec McLaren. Le Finlandais avait été en effet engagé au cas où Senna aurait décidé de quitter l'équipe fin 1992, mais le Brésilien était finalement resté au bercail. Mais après le licenciement de Michael Andretti, Mika court les 3 dernières courses de la saison. Pour sa première sortie au Portugal, il se qualifie devant son équipier Senna, le roi de la pôle ! Au Japon, il décroche le premier podium de sa carrière, avec une belle 3ème place.

En 1994, Mika est officialisé pilote titulaire, avec le nouveau moteur Peugeot. Au début, le moteur est capricieux, le pilote finlandais le cassera 4 fois en course. Lors du tragique GP de Saint-Marin, il court ses premiers tours en tête et finit troisième. Un mois plus tard en Espagne, il peut prétendre à la victoire contre Damon Hill, mais le moteur Peugeot casse avant le drapeau à damiers. Il réussit à enchaîner 4 courses en terminant à la 3ème place (2ème en Belgique après la disqualification de Schumacher) Au final, il est 4ème au classement général. Le timide Finlandais devient ainsi, à 26 ans, l'un des fers de lance de la nouvelle génération emmenée par Schumacher.

 

En 1995, McLaren se retrouve avec le moteur Mercedes. La saison sera bien moins bonne. La MP4/10 est un gigantesque flop, et l'équipe McLaren se retrouve dans le ventre mou du peloton, à se battre contre Jordan et Ligier. Mika ne montera que deux fois sur le podium, à Monza et Suzuka. Lors de la dernière course à Adélaïde, il est victime d'un terrible accident qui le plonge dans le coma pendant 2 jours. En fait, sans la trachéotomie que lui pratiquèrent les médecins à même le sol quelques minutes après l'accident, Mika n'aurait sans doute pas survécu.

Néanmoins, grâce à un rétablissement rapide, Mika réussira à prendre le départ de la saison 1996. Cette année-là, il y aura un petit mieux chez McLaren-Mercedes, il termine plus souvent les courses, monte trois fois sur le podium, mais ce n'est pas la même saison qu'en 1994, les MP4/12 étant encore bien loin de pouvoir rivaliser avec les Williams-Renault. A noter l'arrivée dans l'équipe britannique d'un nouveau coéquipier, l'Ecossais David Coulthard. Les deux hommes resteront ensemble chez McLaren pendant six ans et formeront une paire très efficace, bien aidée par une bonne entente personnelle.

 

En 1997, après un podium d'entrée en Australie, Mika va connaître une année pénible avec de nombreux abandons. McLaren semble enfin revenu au niveau des top teams, mais la voiture manque de fiabilité. Au GP du Luxembourg disputé au Nürburgring, Mika signe sa première pôle position en carrière. Il va mener tranquillement une bonne partie de la course, avant que son moteur ne rende l'âme, en même temps que celui de Coulthard ! Ce dernier aura d'ailleurs plus de chance que le Finlandais cette saison-là, avec deux victoires. Finalement, la saison de Mika se termine par un succès lors du GP d'Europe à Jerez, offert il faut l'admettre par un Villeneuve qui n'avait plus rien à perdre et qui s'effaça dans le dernier tour au profit du Finlandais. A la fin de la saison, le moteur Renault se retire, ce qui redistribue les cartes pour les années suivantes.

 

Avec l'absence du motoriste français et les Ferrari moins performantes, McLaren-Mercedes se retrouve avec une voie royale vers la consécration, et Mika va bien profiter de la situation. Il remporte ainsi sans coup férir les deux premières courses, malgré un incident avec son équipier Coulthard à Melbourne. Alors qu'il était largement en tête, le Finlandais est rappelé aux stands par erreur par son équipe et repart derrière l'Ecossais, qui lui laissera ensuite volontairement la tête. Ainsi, Mika se voit offrir les lauriers pour la deuxième fois consécutive... Après un léger passage à vide, il remporte coup sur coup les GP d'Espagne et de Monaco, ce qui lui permet de caracoler en tête du championnat.

C'est à ce moment là que son rival Michael Schumacher va remporter trois succès d'affilé sur sa Ferrari et revenir titiller le Finlandais en haut du classement général. Häkkinen réplique finalement avec deux victoires en Allemagne et en Autriche, avant de connaître une série noire : sixième place en Hongrie après des problèmes techniques, accrochage à Spa et quatrième place à Monza tandis que les Ferrari signent le doublé. La fin de saison entre Häkkinen et Schumacher, entre McLaren et Ferrari sera très tendue, et c'est finalement Mika et l'équipe de Ron Dennis qui en sortiront vainqueur, avec deux succès au Nürburgring et à Suzuka. Seize ans après Keke Rosberg, Mika est, à 30 ans, le second Finlandais champion du monde Formule 1.

 

En 1999, les Ferrari gagnent en performance, mais Mika résiste et arrache des victoires difficiles à Interlagos, Barcelone et Montréal qui lui permettent de devancer de justesse Schumacher.

A Silverstone, coup de théâtre : son grand rival se retrouve dans le mur de pneus, les jambes cassées, la saison écourtée avant l'heure. Eddie Irvine devient le leader de la Scuderia et, à la surprise générale, il va donner du fil à retorde à Mika. La deuxième partie de saison du Finlandais est chaotique : accident à Hockenheim, accrochage avec Coulthard (!) en Autriche, sortie de route piteuse à Monza alors qu'il caracolait en tête. Seule une victoire à Budapest lui permet de ne pas se faire distancer. Avant la dernière manche à Suzuka, il compte néanmoins quatre points de retard sur Irvine. Pire, le Nord-irlandais peut compter sur le retour de Schumacher. Mais Mika, très fébrile tout au long de la saison, va ici sortir le grand jeu pour l'emporter facilement et décrocher son second titre mondial.

 

En 2000, les Ferrari ont atteint leur niveau optimum, et les McLaren-Mercedes, bien que toujours performantes, commencent à souffrir de la comparaison. Pire, face à Schumacher, c'est Coulthard qui apparaît en début de saison comme le n°1 de McLaren. Häkkinen semble démotivé et, en dehors d'une victoire à Barcelone, ses courses sont transparentes. Mais il ne se laisse pas faire et va remonter la pente au cours de l'été. Il remporte les GP d'Autriche et de Hongrie, et réussit en Belgique à se retrouver en tête 6 points devant Schumacher, après une victoire marquée par un magnifique dépassement sur le Kaiser. Mais le baron rouge re-dépassera le pilote finlandais, qui doit céder le titre mondial au pilote Ferrari lors de l'avant-dernière épreuve au Japon.

 

La saison 2001 sera encore moins bonne. Cette fois-ci, les Ferrari sont vraiment intouchables, et McLaren-Mercedes se retrouve même menacée dans sa position de dauphin par les BMW-Williams. Victime d'une voiture moins fiable, la victoire semble pourtant se profiler en Espagne pour Mika, avant que l'embrayage ne gâche tout. Il réussira tout de même à remporter deux autres victoires, en Grande-Bretagne et aux USA. Mais au vu de cette saison, le pilote finlandais décide de prendre une année sabbatique, qui se transformera au cours de la saison 2002, en retraite.

 

En 2004, de nombreuses rumeurs annoncent son retour en F1 chez Williams ou chez BAR-Honda. Mais il effectue finalement des tests avec une berline Mercedes de DTM. Le Finlandais fait son retour à la compétition dans cette catégorie en 2005, avec le team AMG-Mercedes. Il l'emporte dès sa troisième course à Spa, mais ne peut renouveler cet exploit par la suite. La saison 2006 sera très difficile pour Mika: pas une victoire et une décevante 6ème place au championnat. En 2007, Mika l'emporte au Lausitzring et à Mugello, mais ne finit que huitième au final, après avoir été pénalisé lors de l'épreuve de Barcelone pour un accrochage litigieux.

 

Suite à cette saison décevante, Häkkinen prend sa retraite définitive, à l'âge de 39 ans.

Tony