Michele ALBORETO
...
Nation : Italie
Né le 23 décembre 1956 - Milan (Lombardie)
Décédé le 25 avril 2001 - Lausitz (Brandebourg-Allemagne) - 44 ans - Accident durant des essais pour les 24 H du Mans
Premier Grand Prix :
Saint-Marin 1981
Dernier Grand Prix :
Australie 1994
Meilleur classement :
1er
Meilleure qualification :
1er
Meilleur classement en Championnat du Monde : 2e en  1985
2
1
2
2
6
3
13
4
11
5
11
6
8
7
6
8
15
9
6
10
8
11
9
12
6
13
6
14
10
15
8
16
8
17
6
18
5
19
5
20
6
21
8
22
3
23
7
24
12
25
7
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
5
1
9
2
9
3
10
4
8
5
6
6
10
7
5
8
5
9
7
10
7
11
3
12
7
13
3
14
3
15
2
16
2
17
1
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée

Depuis 1953, l'Italie attendait un pilote champion du monde. Michele Alboreto aurait pu marquer ce renouveau, mais ce ne sera pas le cas.

 

Né à Milan, Michele commence sa carrière automobile dans les années 70. En 1978, il décroche ainsi le titre de champion d'Italie de FIAT Abarth. En 1980, avec une March-Alfa Romeo de Formule 3, il remporte 4 courses et le titre européen de la catégorie. Cette même année, il fait ses premiers pas dans les courses de voitures de sport. Avec Lancia, il dispute quatre courses, et terminera second à trois reprises. L'année suivante, Ken Tyrrell décide de le recruter dans son écurie de F1.

 

Les heures de gloire de Tyrrell ont passé, Michele ne réalise pas d'exploits au volant de la 010 puis de la 011. Il trouvera plus de satisfaction dans les voitures de sport, il remporte une victoire aux 6 heures de Watkins Glen. Il dispute également le championnat de Formule 2 avec l'écurie Minardi et remporte le GP de l'Adriatique. La saison 1982 sera bien meilleure, Michele monte sur son premier podium à Imola, une course marquée par le boycott de plusieurs écuries, suite à un désaccord entre la FISA et les constructeurs. Puis à la fin de la saison, il remporte une éclatante victoire à Las Vegas. IL remporte également 3 courses de voitures de sport. La saison 1983 sera moins bonne, sauf à Detroit, où le pilote italien remporte la victoire. Impressionné par ce jeune pilote, Enzo Ferrari l'engage à la Scuderia pour la saison 1984.

 

Cette saison est dominée par les McLaren-TAG-Porsche, mais Michele ne se laisse pas faire, il est souvent aux avants-postes et quand la voiture n'abandonne pas, le pilote est toujours classé. En Belgique, il remporte la victoire, puis montera 3 fois sur le podium en fin de saison. La saison 1985 sera mémorable, dans le bon comme dans le mauvais sens. Lors des dix premières épreuves de la saison, Michele a déjà remporté 2 victoires, au Canada et en Allemagne, et termine souvent sur le podium. Menant le championnat, les Italiens ont bon espoir de voir leur compatriote triompher au plus haut niveau. Mais étrangement, la saison va très mal se terminer, par 5 abandons et Prost qui remporte le titre. Cet échec marquera fortement Michele, qui ne remportera plus aucune course.

 

En 1986, Alboreto n'est plus le jeune pilote triomphant qu'il était. Il ne monte sur le podium qu'une seule fois, tandis que son coéquipier Johansson le dépasse. La situation ne s'arrangera pas la saison suivante, face à Gerhard Berger, qui le dépasse aisément en vitesse pure et au classement, tandis que Berger remporte les deux dernières courses de la saison, Alboreto se contente de trois podiums et de rien d'autre. En 1988, comme l'année précédente, Berger le dépasse, Michele réussit quelques beaux coups, mais sur la distance, il ne tient plus. A la fin de la saison, il sera remercié par ses employeurs.

 

Michele fait son retour chez Tyrrell, en décrochant une 3ème place à Mexico, mais bien vite va s'installer un conflit entre sponsors, son écurie étant soutenue par Camel tandis que Marlboro soutenait le pilote. Alboreto casse le contrat et part pour l'écurie Larrousse, équipée de monoplaces Lola. Celui qui se battait avant pour la victoire, doit maintenant se battre pour garder sa place sur la grille de départ. En 1990, il part pour l'écurie Arrows. Il se qualifie toujours, mais n'apparaît jamais dans les points. En 1991, l'écurie prend le nom de son sponsor, Footwork. En 1991, son score restera vierge, et en 1992 il marquera 6 points. En 1993, il court pour Lola, puis pour Minardi en 1994, marquant un point à Monaco, avant finalement, de jeter l'éponge.

 

En 1995, Michele décroche un volant dans le championnat de DTM avec Alfa Romeo, il terminera 22ème du classement. En 1996 et en 1997, il fera quelques apparitions dans le championnat d'IndyCar Series avec le team Scandia. A Loudon, Michele décroche la seconde place sur la grille de départ puis termine la course à la troisième place. Cette saison-là, Michele va renouer avec la victoire après 12 années de disette, et pas dans n'importe quelle course : les 24 heures du Mans, avec Stefan Johansson et Tom Kristensen. Dès 2000, il participe au championnat American Le Mans Series. ET al saison suivante, il remporte les 12 heures de Sebring.

 

Mais le 25 avril 2001, sur le circuit du Lausitzring, Michele Alboreto effectue des essais avec son Audi, mais un accident viendra mettre un point final à sa carrière. Il avait 44 ans.

Julien