Martin BRUNDLE
...
Martin John Brundle
Nation : Royaume-Uni
Né le 1 juin 1959 - King's Lynn - 57 ans
Premier Grand Prix :
Brésil 1984
Dernier Grand Prix :
Japon 1996
Meilleur classement :
2e
Meilleure qualification :
3e
Casque
Meilleur classement en Championnat du Monde : 6e en  1992
1984
nc
1985
nc
1986
11
1987
18
1988
nc
1989
20
1991
17
1992
6
1993
7
1994
7
1995
13
1996
11
1
2
1
3
2
4
1
5
10
6
6
7
11
8
10
9
7
10
10
11
14
12
11
13
4
14
11
15
9
16
9
17
10
18
7
19
8
20
4
21
6
22
1
23
2
24
2
25
2
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
2
7
3
8
4
12
5
10
6
7
7
9
8
7
9
7
10
6
11
5
12
2
13
1
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Martin Brundle était un pilote prometteur à ses débuts et aura une carrière honorable en F1. Il ne manque qu'une victoire.

Né à King's lynn, Martin fera très forte impression lors du championnat de Formule 3 britannique en 1983 où la première moitié de saison sera dominée par Ayrton Senna, mais où, par la suite, il remportera à son tour 7 victoires et donna du fil à retordre au pilote brésilien. Même s'il perd le titre, ses performances ne sont pas passées inaperçues, pas de Ken Tyrrell au moins qui décide de le faire courir directement en F1 en 1984.

Dès sa première course, au Brésil, il termine à la 5ème place, puis sur le circuit de Detroit il termine second à moins d'une seconde de Piquet. Puis il connaîtra deux coups durs cette année-là : un accident durant les essais du GP à Dallas met fin à sa saison, puis il voit ses belles performances rayées par la disqualification de Tyrrell pour avoir fait courir des voitures non conformes au règlement. L'année suivante, il ne terminera pas une seule fois dans les points avec cette écurie. En 1986, Martin renoue avec les points en terminant 5ème au Brésil et en Grande-Bretagne, puis au pied du podium en Australie. En 1987, il choisit de courir pour l'écurie allemande Zakspeed : c'est un mauvais choix, même s'il termine 5ème à Imola, puisque le reste de la saison sera décevant et Martin ne trouvera aucun volant de libre pour 1988.

Jaguar viendra à son secours, l'écurie l'avait déjà fait courir quelques courses dans le championnat de voitures de sport, il avait remporté les 1000 kms de Spa-Francorchamps en 1987. Il court donc pour une saison complète et termine à la première place à 5 reprises, terminant second à 3 occasions, pour finalement s'octroyer le titre de champion du monde de voitures de sport. Il courra une course pour l'écurie Williams, en remplacement de Mansell, où il termina 9ème, puis 7ème suite à la disqualification des Benetton. En 1989, Martin part courir chez Brabham, une écurie sur le déclin, Martin ne fera pas mieux que 5ème au Japon. Il décide donc de quitter à nouveau la F1 pour les voitures de sport.

Martin ne prendra pas le titre, mais remporte deux victoires avec sa Jaguar, à Silverstone et surtout aux 24 heures du Mans, avec John Nielsen et Price Cobb. Il revient en 1991 avec Brabham, mais ce sera encore pire, le moteur Yamaha l'empêche tout simplement de jouer les premiers rôles, malgré sa 5ème place au Japon. Et en 1992, sa carrière va enfin prendre une bonne direction, il est engagé par Benetton. Martin sera dépassé par son coéquipier, le jeune Michael Schumacher, mais les performances vont s'enchaîner pour le britannique qui, après un début de saison difficile, terminera 5 fois sur le podium.

En 1993, il fait le choix d'aller rejoindre l'écurie Ligier, il réussira à terminer sur le podium lors du GP de Saint-Marin et à marquer quelques points supplémentaires. Il part pour McLaren en 1994, avec une monoplace équipée d'un moteur Peugeot et avec laquelle il terminera second dans les rues de la Principauté et 3ème en Australie. Puis c'est le retour chez Ligier, en 1995, il réussit à terminer à la 3ème place sur le circuit de Spa-Francorchamps. En 1996, il court pour Jordan, mais sans réussir à monter sur le podium. Martin décide finalement de quitter la F1, tout en continuant à courir les 24 heures du Mans.

Martin Brundle est, depuis, commentateur de télévision.
Julien