Manfred WINKELHOCK
...
Nation : Allemagne
Né le 6 octobre 1951 - Waiblingen
Décédé le 12 août 1985 - Toronto (Canada) - 33 ans - Accident durant les 1000 km de Mosport sur Porsche
Premier Grand Prix :
Afrique du Sud 1982
Dernier Grand Prix :
Allemagne 1985
Meilleur classement :
5e
Meilleure qualification :
5e
Meilleur classement en Championnat du Monde : 24e en  1982
1982
24
1983
nc
1984
nc
1985
nc
1
2
3
4
1
5
1
6
4
7
3
8
3
9
1
10
1
11
5
12
3
13
4
14
2
15
4
16
17
3
18
2
19
3
20
1
21
3
22
1
23
1
24
3
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
1
5
6
7
3
8
1
9
2
10
2
11
2
12
1
13
14
15
1
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Longtemps considéré comme le pilote Allemand le plus talentueux depuis Wolfgang Von Trips, le père de Markus, et le frère de Joachim a été fauché en pleine ascension.

Né le 6 août 1952, soit 8 ans avant son frère, il ne débute en compétition qu'à l'âge de 20 ans dans des courses de côtes. Repéré par BMW, il remporte son premier championnat en 1973, avec la coupe Scirocco.

Le BMW Junior Team l'intègre dans le championnat d'Allemagne de tourisme en 1977. Après deux saisons passées dans ce championnat, il passe en Formule 2, dans le championnat d'Europe. Il effectue des débuts honorables, qui lui permettent d'accéder à la formule 1 en 1980, avec l'équipe Arrows. Sa seule apparition, à Imola est difficile : il n'est pas qualifié et est relégué à plus de 2.5 secondes de son équipier Riccardo Patrese.

Il retourne dans le championnat Européen de formule 2 pour la saison 1981, et manque la victoire à Hockenheim pour quelques centaines de mètres ?

Mais cette désillusion n'empêche pas Manfred de trouver un volant en Formule 1, grâce à son compatriote Günther Schmidt et son équipe ATS.

Cette saison 1982 n'est pas une sinécure pour Manfred Winkelhock, qui doit composer avec un matériel peu performant. Pourtant, il réussit l'exploit de terminer 5ème du GP du Brésil, grâce aux disqualifications des deux premiers Piquet et Rosberg. Il aurait pu aussi terminer 6ème à Imola, sans sa disqualification pour poids non conforme. En sa faveur, on peut également noter que son coéquipier Eliséo Salazar est dominé.

Günther Schmidt lui réitère néanmoins sa confiance pour la saison 1983. Seul pilote de l'équipe, il se voit confier l'ATS D6, dessinée par Gustav Brunner, elle-même pourvue du moteur BMW Turbo. A son volant, Manfred Winkelhock dévoile tout son talent : qualifié la moitié du temps dans le top 10, il montre d'évidentes qualités en course. Mais un manque de réussite, conjugué à quelques écarts de trajectoires ne permettent pas à Manfred Winkelhock de ramener des points à l'équipe ATS (son meilleur résultat est une 8ème place à Brands Hatch).

En rempilant une 3ème saison chez ATS, Winkelhock espère montrer encore plus toutes ses qualités. Mais cette année 1984 ne sera pas aussi bonne que la précédente : Manfred ne peut se qualifier qu'à 3 reprises dans les 10 premiers, et peine par la suite à atteindre les milieux de grille. De surcroît, la fiabilité perfectible de son ATS D7 ne lui permet pas d'espérer rentrer dans les points. En fin de saison, l'arrivée chez ATS d'un certain Gerhard Berger lui fait de l'ombre dans l'équipe de Günther Schmidt, et il passe chez Brabham pour la dernière épreuve de l'année à Estoril.

Cette expérience sans lendemain conduit Winkelhock à partir chez Ram, équipe de fond de grille. En cette saison 1985, il est également sous contrat avec Porsche en voitures de sports, au sein du Team Kremer. En F1, malgré toutes ses qualités, il ne parvient pas à décoller des fonds de grille. D'autre part, la faiblesse de son moteur Hart Turbo ne lui permet que de terminer 2 grands, loin des leaders.

Chez Porsche, il connaît une meilleure réussite : associé au Suisse Marc Surer, il remporte l'épreuve de Monza, et termine second de celle du Mugello. Mais cette réussite prend fin de façon tragique au milieu du mois d'août 1985 : sur le circuit de Mosport Park, la Porsche Kremer de Manfred Winkelhock sort de la piste, vient s'écraser dans un mur de béton et effectue plusieurs tonneaux. L'infortuné Winkelhock, tiré de la carcasse de sa Porsche, est transféré à l'hôpital de Toronto terriblement blessé. Il y décède le lendemain des suites de ses blessures.
Aujourd'hui, son fils Markus, engagé par Midland F1, entretien la flamme d'une des plus célèbres familles du sport automobile Allemand.
Baptiste