Fondateur : Vincenzo Lancia (1881-1937)
Nation : Italie
Premier Grand Prix :
Espagne 1954
Dernier Grand Prix :
Belgique 1955
Meilleur classement :
2e
Meilleure qualification :
1er
Jamais classé en Championnat du Monde (Constructeurs)
Meilleur classement en Championnat du Monde (Pilotes) : 3e en 1955 (Eugenio CASTELLOTTI)
2
1
2
2
3
1
4
2
5
6
1
7
1
8
9
10
1
11
1
12
13
14
15
16
17
18
1
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
1
2
3
4
1
5
1
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Lancia a réalisé de bons débuts en F1, mais la marque connaîtra ses vrais succès en rallye et voitures de sport.

Vincenzo Lancia était pilote pour FIAT avant la première guerre mondiale, amis à ses débuts, la marque se concentrait sur la production de voitures de série. C'est son fils, Gianni Lancia (1924-2014), qui décida de faire entrer Lancia dans le sport automobile, d'abord dans les voitures de sport. En 1952, Felice Bonetto remporte l'épreuve de la Targa Florio avec l'Aurelia B20, imité l'année suivante par Umberto Maglioli. En 1953, Juan Manuel Fangio fait triompher la Lancia D24 lors de la Carrera Panamericana, ses coéquipiers Taruffi et Castelloti complètent le podium. En 1954, la Formule 1 change de réglementation, Gianni Lancia pense donc à réaliser une Lancia monoplace de F1.

C'est Vittorio Jano, déjà concepteur des Lancia D20 et D24 pour voitures de sport, qui est chargé de concevoir la voiture de Formule 1, la D50. Dans le même temps, Lancia recrute deux pilotes Ferrari, Luigi Villoresi et Alberto Ascari qui remporte les Mille Miglia avec la D24, puis Taruffi remporte la Targa Florio. Finalement, la Lancia D50 n'apparaîtra qu'en octobre, pour la dernière course de la saison. Déjà, les bolides montrent leurs capacités, Alberto Ascari décroche la pole position, mène la course durant 7 tours, et réalise le meilleur tour en course avant de devoir abandonner pour un problème d'embrayage, mais déjà les capacités de la D50 sont là.

En 1955, Eugenio Castelloti rejoint l'écurie. Lors du Grand Prix d'ouverture, Ascari se classe second en qualifications, mais aucun des voitures ne franchira la ligne d'arrivée. Les voitures sont performantes, mais manquent de fiabilité. C'est lors du Grand Prix de Naples hors-championnat que Lancia va remporter son unique succès en Formule 1, grâce à Ascari. Ce même Ascari qui lors de la course monégasque, perd le contrôle de sa monoplace qui s'en va se jeter dans la Méditerranée ! Par chance, Ascari ne souffre que de quelques bleus, dans le même temps, Castelloti donne à Lancia une brillante seconde place. Mais 4 jours plus tard, Ascari se tue lors d'essais privés à Monza, toute l'écurie est sous le choc. Villoresi décide de se retirer de toute la saison. Et pour ne rien arranger, Lancia est victime de problèmes financiers, son fondateur hésite à se retirer de la F1. En Belgique, Castelloti décroche une nouvelle pole position, amis sa boite de vitesse lui fait défaut. Puis arrive le désastre du Mans, Lancia quitte la F1. Gianni Lancia vend ses monoplaces à Enzo Ferrari qui les fait courir en 1956 et 1957. Entre les mains de Juan Manuel Fangio, Luigi Musso et Peter Collins, la Ferrari D50 remporte 5 victoires en championnat, et Fangio remporte un quatrième titre de champion du monde.

Lancia est de retour en 1965 mais cette fois en rallye, avec le coupé Fulvia. Cette voiture remporte de nombreux succès lors des rallyes de Sans Remo, de Grande-Bretagne, en Portugal, en Corse, puis lors du Rallye de Monte-Carlo en 1972, où Sandro Munari décroche le titre européen des pilotes, et Lancia le challenge international des marques. Cette voiture sera remplacée par la Stratos, qui remporte près de 17 courses, dont le Tour de France automobile en 1973. Cette voiture décroche le titre mondial en 1974 et le conservera pour les deux années suivantes encore. En 1980, Lancia se relance dans les courses sur circuit avec le coupé Beta Monte Carlo. C'est avec cette voiture que Lancia va remporter deux titres mondiaux consécutifs d'endurance en 1980 et 1981. Deux versions suivront jusqu'en 1984, mais avec moins de succès.

En 1985, la FISA décide d'arrêter la production de voitures du groupe B pour privilégier celles du groupe A. Lancia sort ainsi la Delta, qui va triompher en rallye durant les années suivantes. La Delta est tellement dominatrice qu'elle va remporter 6 titres constructeurs consécutifs de 1987 à 1992 ! Elle remrpote également 4 titres pilotes, avec Juha Kankkunen en 1987 et 1991, et Miki Biason en 1988 et 1989. Parmi les exploits de Lancia, on pourra citer la saison 1988, où les Delta remportent 10 épreuves sur 11 !

A la fin de la saison 1994, les Lancia disparaissent complètement du sport automobile.
Julien