Kevin MAGNUSSEN
...
Nation : Danemark
Né le 5 octobre 1992 - Roskilde - 23 ans
Premier Grand Prix :
Australie 2014
Dernier Grand Prix :
Singapour 2016
Meilleur classement :
2e
Meilleure qualification :
4e
Meilleur classement en Championnat du Monde : 11e en  2014
2014
11
2016
16
1
2
3
2
4
2
5
1
6
4
7
3
8
2
9
10
1
11
2
12
13
2
14
3
15
3
16
4
17
18
1
19
20
2
21
3
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
1
2
3
4
1
5
6
3
7
1
8
4
9
4
10
2
11
4
12
1
13
3
14
2
15
2
16
3
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée

Le fils de...

Kevin est le fils de Jan Magnussen qui a piloté pour McLaren puis Stewart GP en Formule 1 entre 1995 et 1998. Selon Jackie Stewart, Jan devait être un « nouvel Ayrton Senna ». En deux saisons au sein de l'équipe du champion écossais, il n'inscrivit qu'un seul point, se faisant laminer par son équipier Rubens Barrichello. Espoir déçu, le Danois a entamé une seconde carrière en Endurance et a remporté de beaux succès dans les différentes catégories qu'il a traversées.

 

Jan a aussi été un très jeune papa. Il n'a que 19 ans à la naissance de Kevin. A la sortie de l'enfance, celui-ci suit les traces paternelles et commence à courir en karting. En 2006, il remporte le championnat d'Europe du Nord de la catégorie ICA Junior (aujourd'hui nommé KF3).

 

A 16 ans, en 2008, il passe à la monoplace et remporte le championnat danois de Formule Ford. Déjà certains « chasseurs de têtes » du monde de la F1 commencent à s'intéresser à ce jeune homme. Après quelques courses en ADAC Formel Masters, il s'engage en 2009 dans le championnat d'Europe du Nord de Formule Renault 2.0, qui regroupe les anciens championnats allemand et néerlandais. Au sein de la grande équipe Motopark Academy, il se fait remarquer par sa grande régularité et fini vice-champion derrière le Portugais António Félix da Costa.

 

Le protégé de McLaren

Début 2010, Magnussen intègre le programme de développement des jeunes pilotes de McLaren. L'équipe anglaise cherche avec cette structure à former un nouveau Lewis Hamilton, une sorte de « champion maison », de « produit » diraient les esprits forts. Désormais sa carrière va être pilotée par les dirigeants de Woking. Pour cette nouvelle saison, il dispute le championnat d'Allemagne de Formule 3 au volant d'une Dallara, toujours pour Motopark Academy. Il parvient à dominer ses coéquipiers et finit troisième du championnat, avec trois victoires.

 

En 2011, il attaque véritablement les choses sérieuses en s'engageant dans le prestigieux championnat britannique de F3, au sein de la célèbre équipe Carlin Motorsports. Un début de saison moyen l'empêche de convoiter le titre, remporté par son équipier le Brésilien Felipe Nasr. Mais avec sept victoires, il se révèle comme un des meilleurs pilotes de la discipline. Hélas, lors du célèbre Grand Prix de Macao, il est impliqué dans un gros carambolage au cours duquel il s'envole dans les airs, heureusement sans dommage physique...

 

Formule Renault 3.5. (2012-2013)

Pour 2012, Magnussen demeure chez Carlin mais intègre le championnat de Formule Renault 3.5., considéré par beaucoup comme la vraie antichambre de la F1 à la place d'un GP2 sur le déclin. Il domine nettement son équipier Will Stevens, mais rencontre aussi sur son chemin d'autres jeunes loups très talentueux tels Sam Bird, Jules Bianchi, Robin Frijns ou une vieille connaissance, António Félix da Costa. Il se contente d'une unique victoire à Spa-Francorchamps, et de la septième place finale.

En fin de saison, il a l'honneur d'effectuer ses premiers tours de roue en Formule 1 pour McLaren, à l'occasion des essais pour jeunes organisés après le Grand Prix d'Abou Dhabi.

 

En 2013 il persiste en Formule Renault 3.5., mais cette fois-ci avec l'équipe française DAMS. Son principal rival est le Belge Stoffel Vandoorne. Cette lutte est très importante, car Vandoorne est comme lui un poulain de McLaren. Il s'agit donc d'impressionner ses tuteurs. Après de bons débuts, Kevin marque le pas au cours de l'été, avant d'empocher les trois dernières courses de la saison et de remporter à 21 ans son premier championnat d'importance.

 

Au même moment, les dirigeants de McLaren songent à le faire débuter en Formule 1 au sein de la petite écurie Marussia. Mais au cours de l'automne, le deuxième pilote de l'équipe Sergio Pérez est mis sur la sellette. L'équipe a connu une saison très difficile et le jeune Mexicain ne s'est pas montré à la hauteur des espoirs placés en lui. Aussi Martin Whitmarsh et Sam Michael songent à le remplacer par un autre espoir, Magnussen ou Vandoorne. Le Danois ayant triomphé du Belge, il est finalement choisi pour devenir en 2014 le deuxième pilote de McLaren-Mercedes.

 

2014: nouvel Hamilton ou nouveau Pérez ?

A 21 ans, Magnussen se retrouve propulsé dans une des meilleures écuries du monde, sans aucune expérience en Formule 1. Son coéquipier sera Jenson Button, champion du monde attaquant sa quinzième saison de Grands Prix. Comme il était prévu, toute la presse attend qu'il devienne un second Hamilton. La pression mise sur ses épaules est donc très grande, car l'exemple de Pérez, viré après une seulement une saison au sein de l'équipe, lui montre qu'il n'a guère le droit à l'erreur.

Malheureusement, comme en 2013, la McLaren ne peut rivaliser avec les meilleurs, malgré le moteur Mercedes. La saison s'annonce compliquée mais le jeune danois montre rapidement qu'il n'est pas là par hasard : quatrième sur la grille en Australie et troisième en course, deuxième après la disqualification de Ricciardo ! Ce podium obtenu dès sa première course n'est pas sans rappeler Jacques Villeneuve en 1996 et Lewis Hamilton en 2007... La suite de la saison sera malheureusement plus difficile pour Magnussen, qui peine à marquer des points jusqu'à Monaco. Suivent quatre belles qualifications récompensées par des points, avant de rentrer à nouveau dans le rang. Son pilotage est quelque peu mis en cause, notamment en Hongrie où il sort de la piste en qualification et en Belgique où il zigzague et bloque en piste, manquant de peu l'accrochage avec Alonso. Sous des conditions météo terribles, son Grand Prix du Japon se résume à une série de tête-à-queue et à une perte de sept places par rapport à sa position sur la grille. Il inscrit quatorze points dans les quatre dernières courses et termine sa première saison à la onzième place, mais avec près de la moitié des points de Button. Dans l'hiver, McLaren signe Fernando Alonso et conserve Button, ce qui amène Magnussen à se contenter du rôle de troisième pilote pour 2015.

 

Lors des essais de présaison, Alonso se blesse et déclare forfait pour Melbourne, McLaren fait donc appel à son ancien pilote pour le remplacer le temps d'un week-end. Qualifié dernier, son moteur Honda explose dès son tour de mise en grille et sa saison s'arrête là... Kevin passe donc 2015 sur le muret des stands, en tentant de se trouver un volant pour 2016. En fin d'année, il se fait durement renvoyer par Ron Dennis et comprend qu'il doit chercher ailleurs. Il espère d'abord signer chez la nouvelle écurie Haas mais Grosjean et Gutiérrez sont retenus, puis regarde même vers le DTM et le WEC. La chance tournera avec le rachat de Lotus par Renault, qui se sépare de Pastor Maldonado, et qui appelle Magnussen pour devenir l'équipier de Palmer.

 

2016: retour en jaune

La RS.16 est néanmoins grandement basée sur la Lotus de 2015 et Kevin passe son début de saison en milieu de grille, malgré une belle performance en Russie où il termine septième et est nommé « pilote du jour ». A Monaco, sur une piste humide, il est victime d'un accrochage avec Kvyat, puis sort de la piste à Mirabeau et abandonne pour la première fois de la saison.

Tony / Paolo