Jose-Froilan GONZALEZ
...
José Froilán González
Nation : Argentine
Né le 5 octobre 1922 - Arrecifes (Provincia de Buenos Aires)
Décédé le 15 juin 2013 - Buenos Aires - 90 ans - Crise cardiaque
Premier Grand Prix :
Monaco 1950
Dernier Grand Prix :
Argentine 1960
Meilleur classement :
1er
Meilleure qualification :
1er
Meilleur classement en Championnat du Monde : 2e en  1954
1950
nc
1951
3
1952
9
1953
6
1954
2
1955
17
1956
nc
1957
21
1960
nc
3
1
5
2
3
3
2
4
7
5
2
6
7
1
8
9
1
10
1
11
12
1
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
2
1
7
2
6
3
2
4
1
5
6
7
8
9
1
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Si Juan Manuel Fangio n'avait pas existé, Jose Froilan Gonzalez aurait été champion du monde.

Né à Arrecifes, Froilan court sa première course importante en 1949 avec une Ferrari. L'année suivante, pour le championnat du monde de F1, il est engagé par la Scuderia Argentina sur des Maserati, pour remplacer son compatriote Fangio parti chez Alfa Romeo. Lors de sa première course, parti en 3ème position de la grille, il échappe au carambolage provoqué par Farina, pour abandonner le tour d'après. Il court également le GP de France, mais doit abandonner. En revanche, il termine second lors d'une course hors-championnat à Albi.

La saison suivante, il court deux courses pour Talbot Lago, terminant second à Montlhéry. Enzo Ferrari le remarque et l'engage. Lors du GP de France, il laisse sa voiture à Ascari qui termine second, avec Gonzalez. Et lors du Grand Prix de Grande-Bretagne, Froilan permet à Ferrari de décrocher sa première victoire dans le championnat du monde de F1, devant Fangio sur Alfa Romeo. Il termine ensuite 3ème en Allemagne, puis second en Italie puis en Espagne pour terminer 3ème au championnat. Il décrochera également une victoire hors-championnat à Pescara. En 1952, après avoir remporté le Richmond Trophy, il part pour Maserati, ne disputant qu'une seule course en championnat, en Italie, terminant second. La saison suivante, il termine trois fois à la 3ème place.

1954 marque le retour du pilote argentin au sein de la Scuderia Ferrari. Après une 3ème place lors du GP d'Argentine à Buenos Aires, Froilan va réussir en l'espace de seulement quinze jours, à remporter les courses hors-championnat de Bordeaux, Brands Hatch et Bari. Avec le pilote français Maurice Trintignant, celui qu'on surnommait le "taureau de la pampa" remporte les 24 heures du Mans. Le pilote argentin va remporter une deuxième victoire en Grande-Bretagne, décroche deux pole positions, et avec plusieurs podiums supplémentaires, il hérite d'un titre mérité de vice-champion du monde de F1.

Par la suite, Jose ne disputera que quelques courses en Formule 1 et en voitures de sport, essentiellement en Argentine. En 1955, avec sa Maserati, il décroche la pole et termine second encore derrière Fangio. Il termine 3ème lors d'une autre course à Buenos Aires. En 1957, il termine à la 5ème place en Argentine. C'est en 1960 que l'on verra Froilan en Formule 1 pour la dernière fois, au volant d'une Dino 246. il prend sa retraite de pilote et ouvre un garage.
Julien