John FITCH
...
John Cooper Fitch
Nation : Etats-Unis
Né le 4 août 1917 - Indianapolis (Indiana)
Décédé le 31 octobre 2012 - Lime Rock (Connecticut) - 95 ans - Cancer
Premier Grand Prix :
Italie 1953
Dernier Grand Prix :
Italie 1955
Meilleur classement :
9e
Meilleure qualification :
20e
Jamais classé en Championnat du Monde
1953
nc
1955
nc
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
1
20
21
22
23
24
25
1
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
5
6
7
8
1
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Avec tout juste deux grands prix officiellement à son actif, les non-initiés pourraient penser qu'il s'agit encore d'un de ces pilotes insignifiants, or il n'en est rien.

Issu d'une famille aisée, à laquelle son grand père avait déjà associé la course automobile, Fitch a servi dans l'aviation alliée durant la 2e guerre mondiale avant que son chasseur ne soit abattu et qu'il ne soit fait prisonnier de guerre. A la libération, sa méforme physique l'éloigne des circuits jusqu'en 1949, mais il se refait rapidement un nom dans la catégorie SCCA. En mars 1951, il s'impose dans le grand prix Peron à Buenos Aires au volant d'une Allard-Cadillac. Suite à cette victoire le milliardaire Briggs Cunningham l'intègre à son écurie qu'il espère voir gagner Le Mans et d'autre course d’endurance. John remporte les 12 heures de Sebring et fini 3ème dans sa catégorie au Mans en 1953. Cette année le voit faire ses premiers tours de piste en Formule 1 au volant d'une HWM lors du Grand Prix d'Italie et finir 4ème à Aix-les-bains au volant d'une Cooper-Bristol. Il tenta également de se qualifier pour Indianapolis et pris le départ du Rallye Alpin de Monte-Carlo.

Il est approché par Neubauer, suite à un test de la Mercedes 300SL qu'il effectua en 1952, et accepte d'intégrer l'équipe du constructeur en 1955. Fitch, en tant que pilote de réserve de Pierre Levegh, voit donc sa vie traversée par la tragédie du Mans 1955. Il offrit encore une victoire à l'équipe, à Dundrod, avant que celle-ci ne se retire en fin de saison.

Il retourne alors aux Etats-Unis et entame une collaboration avec Chevrolet en tant qu'ingénieur. Cela ne l'empèchera pas de s'engager annuellement à Sebring jusqu'en 1964, date à laquelle il s'implique totalement dans la gestion du circuit de Lime Rock Park.
Greg