Jo GARTNER
...
Josef Gartner
Nation : Autriche
Né le 24 janvier 1954 - Vienne
Décédé le 1 juin 1986 - Le Mans (France) - 32 ans - Accident durant les 24 H du Mans sur Porsche
Premier Grand Prix :
Saint-Marin 1984
Dernier Grand Prix :
Portugal 1984
Meilleur classement :
5e
Meilleure qualification :
22e
Jamais classé en Championnat du Monde
1984
nc
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
2
22
2
23
2
24
25
1
26
1
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
1
5
6
7
8
9
10
11
2
12
13
14
15
1
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Né à Vienne, ce jeune Autrichien aurait pu connaître une carrière encore plus brillante, avant d'être emporté par sa passion.

Il débute sa carrière comme la plupart de ses compatriotes de l'époque : par la formule SuperVee. De 1976 à 1978, il dispute divers championnat au volant de ces voitures avec, en point d'orgue, une 3ème place au championnat Européen de la spécialité.

Ces bons résultats le propulsent en F3 : il court principalement en Allemagne, mais dispute aussi quelques épreuves dans le très relevé championnat d'Angleterre de F3. Parallèlement, il continue à courir en SuperVee : il remporte la manche disputée en ouverture du grand prix d'Allemagne de F1 1979.

En 1980, Jo Gartner passe en F2. Mais les résultats se font attendre, puisqu'en 3 saisons, l ' Autrichien n'inscrit que 2 points. C'est la saison 1983 qui sera le déclic pour la carrière de Jo Gartner : il obtient sa première victoire en F2, lors de l'épreuve reine : le grand prix de Pau. Sporadiquement, Jo Gartner court également en sport prototypes, sans résultats significatifs.
Les bonnes nouvelles s'accumulent pour le Viennois : en plus de 2 courses en F2, de sa participation aux 24 heures de Spa, où il termine 4ème, il décroche un contrat avec l'équipe Osella-Alfa Roméo. Son courage et sa ténacité font merveille : malgré les nombreux abandons dont il est victime, et un matériel complètement dépassé, Gartner impressionne et décroche même la 5ème place au grand prix d'Italie. Mais à cause d'une stupide clause du règlement de la FIA, Gartner ne peut profiter des 2 points qu'il a chèrement acquis, car son équipe, Osella n'avait inscrit qu'une voiture au début du championnat ?
De plus, ses bons résultats ne lui permettent pas de trouver un volant en F1 : il doit se rabattre sur l'endurance. Tant aux Etats-Unis qu'en Europe il excelle (il est par exemple 4ème des 24 heures du Mans 1985), mais ces résultats ne lui permettent pas de revenir en formule 1 en 1986.

En sport-protos, il réalise tous les espoirs que l'on plaçait en lui : il remporte les 12 heures de Sebring en début de saison, et fait partie des favoris des 24 heures du Mans 1986. Malheureusement, la belle histoire prend fin de façon tragique en pleine nuit Mancelle, lorsque la Porsche de Jo Gartner s'écrase hors de la piste, du côté de Mulsanne.
Un des pilotes Autrichiens les plus talentueux venait de perdre la vie.
Baptiste