Jean-Pierre BELTOISE
...
Jean-Pierre Maurice Georges Beltoise
Nation : France
Né le 26 avril 1937 - Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine)
Décédé le 5 janvier 2015 - Dakar (Sénégal) - 77 ans - AVC
Premier Grand Prix :
Etats-Unis 1967
Dernier Grand Prix :
Canada 1974
Meilleur classement :
1er
Meilleure qualification :
2e
Meilleur classement en Championnat du Monde : 5e en  1969
1967
nc
1968
9
1969
5
1970
9
1971
22
1972
11
1973
10
1974
13
1
2
2
1
3
2
4
3
5
6
6
7
7
5
8
3
9
6
10
11
11
2
12
8
13
5
14
4
15
4
16
5
17
6
18
19
1
20
2
21
22
1
23
1
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
1
3
2
4
3
3
4
10
5
4
6
4
7
6
8
5
9
2
10
2
11
2
12
2
13
14
1
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée

Jean-Pierre Beltoise aurait pu aller très loin en F1, dommage que ses efforts n'aient pas été mieux récompensés.

 

Né à Paris, Jean-Pierre Beltoise débuta sa carrière dans les sports mécaniques, d'abord sur deux roues, terminant plusieurs fois champion de France de moto. Il disputa sa première course automobile en 1963, lors de la Targa Florio, avec une voiture de René Bonnet et l'année suivante, il débute également en F2. Mais lors des 12 heures de Reims, Jean-Pierre est victime d'un terrible accident qui faillit lui faire perdre l'usage d'un bras. Il revient en 1965, dans la Formule 3 avec l'écurie Matra. Il remportera deux courses, ainsi que le titre français de F3.

 

La saison suivante, il est de retour dans le championnat d'Europe de F2, avec Matra et dispute indirectement sa première course en F1, lors du GP d'Allemagne, où F1 et F2 disputaient la même course. Il terminera 8ème de la course, et premier dans sa catégorie. La saison suivante, le championnat d'Europe fait son apparition. Et Jean-Pierre remportera une autre victoire, mais c'est son coéquipier Jacky Ickx qui termine champion. Cette même saison, il dispute ses premières courses de F1 avec une Matra MS7. En 1968, Jean-Pierre remporte 5 GP de F2 et le titre européen. En F1, il mène durant 4 tours lors du GP d'Espagne, puis termine à la seconde place du GP des Pays-Bas.

 

La saison suivante, Jean-Pierre décrochera plusieurs fois un podium, dont une seconde place lors du GP de France. A la fin de la saison, il terminera à la 5ème place du classement. En 1970, Jean-Pierre terminera à la 3ème place lors des GP de Belgique et d'Italie. Il réussira à se qualifier en seconde position lors du GP de France, puis profitera des problèmes de Ickx pour mener la course sur le circuit Charade, avant d'être victime à son tour de problèmes mécaniques.

La saison suivante, il ne pourra jamais approcher un podium. Pire, il est suspecté en Argentine d'avoir été à l'origine de l'accident qui sera fatal à Ignazio Giunti. Sa super licence est menacée, il sera suspendu pendant 3 courses. A la fin de la saison, il part pour BRM.

 

Et c'est sur le circuit de la Principauté, en 1972, qu'il va remporter son unique victoire dans le championnat du monde de F1. Par temps pluvieux, Jean-Pierre, parti de la 4ème position sur la grille de départ, va mener la course du premier jusqu'au dernier tour. Une magnifique performance qui malheureusement restera sans suite durant la saison, ne terminant jamais dans les points. C'est à la fin de l'année, qu'il va remporter une autre course de F1, le World Championship Victory Race, une course hors-championnat à Brands Hatch.

 

En 1973, Jean-Pierre dispose d'une P160 version E, qui n'est ni fiable, ni performante, il ne pourra faire mieux que 4ème en course lors du GP du Canada, qu'il mènera 6 tours durant.

 

En 1974, il dispose lors de la 3ème épreuve à Kyalami en Afrique du Sud d'une nouvelle monoplace, la P201. Jean-Pierre terminera 2ème de la course, mais cette performance ne sera jamais réitérée. A la fin de la saison, Jean-Pierre quitte la F1. Mais dans le même temps, il aura remporté ses premiers et seuls succès en voiture de sport, il gagne 4 courses avec une Matra-Simca MS670C. il disputera quelques course par la suite, avec Peugeot dans les années 80 en voitures de tourisme, avant d'arrêter définitivement.

Julien