Jacques LAFFITE
...
Jacques-Henri Marie Sabin Laffite
Nation : France
Né le 21 novembre 1943 - Paris - 72 ans
Premier Grand Prix :
Allemagne 1974
Dernier Grand Prix :
Grande-Bretagne 1986
Meilleur classement :
1er
Meilleure qualification :
1er
Meilleur classement en Championnat du Monde : 4e en  1979, 1980, 1981
7
1
4
2
2
3
5
4
13
5
10
6
7
7
14
8
3
9
12
10
11
11
10
12
11
13
9
14
13
15
11
16
8
17
5
18
7
19
6
20
5
21
22
1
23
3
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
6
1
10
2
16
3
7
4
9
5
11
6
8
7
8
8
4
9
1
10
5
11
4
12
13
3
14
1
15
1
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Jacques Laffite fait partie des meilleurs pilotes français, un pilier de la "French Connection" des années fin 70-début 80.

Né à Paris, Jacques courut en Formule 3 dans les années 70, dont il sera champion de France. En 1972, il participe à sa première course importante : les 24 heures du Mans, qui disputera également en 1973 et en 1974, terminant 8ème cette année-là. Il se met aussi à la Formule 2 et y remporte sa première victoire à Salsbourg avec March-BMW, pour finir à la fin 3ème du championnat. Ce qui suffit pour convaincre Frank Williams pour le faire débuter en F1 en 1974.

Jacques débuta au GP d'Allemagne avec une Iso FW, écurie qui deviendra Williams l'année suivante. La voiture n'est pas compétitive, il faudra attendre l'année 1975 et la Williams pour que Jacques monte sur le podium, sur le Nürburgring. Cette même année, il remporte les 3 épreuves de voitures de sports auxquelles il participe et avec 6 victoire en F2, il remporte la couronne européenne. En 1976, il court pour l'écurie Ligier, avec qui il montera 3 fois sur le podium. Et c'est en 1977 que Jacques va remporter sa première victoire sur le circuit d'Anderstorp et manque de moins de deux secondes la victoire aux Pays-Bas. La saison 1978 est moins bonne que les précédentes, malgré 2 podiums.

En 1979, l'arrivée du moteur Ford Cosworth va permettre à Jacques de gagner les deux première épreuves de la saison et de mener au championnat jusqu'aux USA où Villeneuve passera devant lui. Une seconde place en Belgique et 3 3ème places consécutives lui valent de terminer la saison à la 4ème place du championnat. En 1980, il remporte le GP d'Allemagne et termine à la 4ème position au championnat du monde. En 1981, Ligier retourne au moteur Matra et Jacques remporte deux épreuves, monte sur 5 autres podiums. Il termine 4ème d'un championnat très serré, il n'a que 6 points de retard sur le champion du monde Nelson Piquet. Jacques nourrit de bons espoirs pour la saison 1982. Mais la voiture sera moins compétitive que les saisons précédentes. La voiture est peu fiable, il ne montera qu'une seule fois sur le podium. Déçu de ces contre-performances, il part pour Williams dès 1983.

Non seulement Jacques ne montera pas sur un podium de toute la saison, mais il est régulièrement dépassé par Keke Rosberg, manquant de sa qualifier pour deux courses en 1983. Il est relégué à la 11ème place du classement en 1983, puis 13ème en 1984. inutile de dire, que Jacques reviendra bien vite chez Ligier. EN 1985, avec la nouvelle Ligier-Renault, Jacques renouera avec les belles performances, il terminera 3 fois sur le podium. La saison 1986 s'annonce encore meilleure, d'entrée, il termine 3ème au Brésil, et à Detroit, il couvre 13 tours en tête. En Grande-Bretagne, Jacques s'apprête à disputer sa 176ème course, devenant le recordman de GP en carrière. Il court également son 132ème GP pour Ligier, un record de fidélité qui tiendra près de 20 ans. Mais il ne profitera pas longtemps de son record. Dès le départ, un carambolage élimine 4 voitures, Jacques se brise les jambes. C'est la fin de la F1, en tant que pilote. En 1990, il revient pour disputer les 24 heures du Mans, de même qu'en 1993, 1994 et 1996.

Depuis 1997, Jacques Laffite est commentateur pour la chaîne TF1, où il s'est fait remarquer par quelques phrases, notamment un "Ooooh, quel con ! Aaaah...MEEEERDE !" en voyant Schumacher heurter Villeneuve au GP d'Europe 1997, et quelques cafouillages. Notons qu'en 2003, Jacques a repris le volant pour les 24 heures de Spa-Francorchamps.
Julien