Hersham Walton Motors
Fondateur : John Heath (1914-1956) - George Abecassis (1913-1991)
Nation : Royaume-Uni
Premier Grand Prix :
Suisse 1951
Dernier Grand Prix :
France 1954
Meilleur classement :
5e
Meilleure qualification :
6e
Jamais classé en Championnat du Monde (Constructeurs)
Meilleur classement en Championnat du Monde (Pilotes) : 19e en 1952 (Paul FRERE)
1
2
3
4
5
1
6
7
2
8
2
9
3
10
3
11
2
12
1
13
6
14
3
15
5
16
3
17
2
18
19
2
20
21
22
1
23
24
25
2
26
2
27
1
28
1
29
30
31
1
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
1
5
1
6
1
7
3
8
2
9
3
10
1
11
1
12
1
13
1
14
3
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
L'équipe Hersham & Walton Motors fut parmi les premières équipes britanniques des années 50 à vouloir contrer les italiens Alfa Romeo et Ferrari.

A la fin de la seconde guerre mondiale, les pilotes George Abecassis et John Heath fondent leur équipe en 1948, et leur première monoplace était une voiture de sport équipée d'un moteur Alta. En 1949, Heath remporte la victoire lors de la Manx Cup et termine second du Grand Prix de l'ACF disputé à Comminges. L'année suivante, Heath propose à Alf Francis la construction de monoplaces de F2 que les fondateurs vont piloter dans les plus grandes nations européennes, et accessoirement dans quelques courses de Formule 1 hors championnat, avec un autre pilote le jeune Stirling Moss qui a attiré l'attention de ses nouveaux patrons de par ses exploits en F3. Le 29 mai, le belge Johnny Claes remporte la première victoire d'une voiture HWM lors du GP des Frontières à Chimay. Le reste de l'année verra Stirling Moss monter sur le podium à trois reprises et Lance Macklin terminer troisième une fois à son tour. Moss a d'ailleurs beaucoup impressionné à Rome lorsqu'il se bat en course pour la troisième place face à des F1.

Pour l'année 1951, une nouvelle monoplace est construite, et tout au long de l'année, les pilotes HWM vont aligner les places d'honneur, avec pas moins d'une douzaine de podiums à leur actif, l'un d'entre eux fut celui de Stirling Moss au Grand Prix des Pays-Bas, une course hors championnat de F1. Par ailleurs, les monoplaces britanniques prennent part à leur premier GP du championnat du monde de F1 en Suisse, Moss termine en huitième position. Il faut attendre la fin de l'année pour que l'équipe puisse enfin accrocher une nouvelle victoire à son palmarès, en outre la course de Winfield : HWM réalise un magnifique triplé, Moss devant Abecassis et Hamilton. En 1952, le changement de règlementation fait que F1 et F2 sont désormais confondues. Une semaine avant le début de la saison, Lance Macklin et Tony Rolt réalise un doublé encourageant lors du Daily Express International Trophy. Mais le championnat débute mal, Collins et Abecassis sont accidentés, Moss et Macklin se retirent. Paul Frère offre à l'équipe une seconde victoire en F2 lors du Gp des Frontières, et termine 5ème de son GP national. Ce furent les seuls points d'un pilote sur HWM cette saison.

Mais l'ensemble de la saison fut bien en-deça des espoirs des patrons de HWM qui se retrouvent sans budgets pour la saison 1953, une situation critique et les pilotes doivent se contenter des anciennes voitures. Et malgré tous les efforts que les pilotes ont pu déployer pour sauver l'honneur, notamment les 2ème et 3ème place de Paul Frère (à moins de 2 secondes de Graffenried) et Peter Collins lors de l'Eifelrennen, l'ensemble de la saison est bien maigre. En 1954, nouveau coup dur pour l'équipe anglaise, le championnat redevient la propriété des Formule 1. Une nouvelle monoplace est construite pour tenter de se battre aux avant-postes en course, mais hormis la troisième place de Ton y Gaze dans le GP de Nouvelle-Zélande, ce sera un échec. En championnat, Lance Macklin dispute le GP de France, et doit abandonner sur une casse moteur. Ce fut le dernier GP en championnat disputé, Ted Whiteaway ratant la qualification à Monaco l'année suivante. Ce dernier continue de courir épisodiquement à titre privé sur HWM, sans grand succès.

Le 29 avril 1956, John Heath trouve la mort pendant les Mille Miglia, George Abecassis abandonne l'équipe pour se concentrer dans les affaires. Quelques particuliers continueront de courir jusqu'au début des années 60, puis HWM disparaît.
Julien