Henri LOUVEAU
...
Henri Ernest Louveaux
Nation : France
Né le 25 janvier 1910 - Suresnes (Hauts-de-Seine)
Décédé le 7 janvier 1991 - Orléans (Loiret) - 80 ans
Premier Grand Prix :
Italie 1950
Dernier Grand Prix :
Suisse 1951
Meilleur classement :
-
Meilleure qualification :
11e
Jamais classé en Championnat du Monde
1950
nc
1951
nc
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
11
12
13
1
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Durant les quelques années qui suivirent la fin de la guerre et précédèrent le championnat du monde, Henri Louveau va récolter bon nombre de places d'honneur en France.

Né à Suresnes, Henri commence sa carrière dans les sports mécaniques sur deux roues et remporte d'ailleurs un titre de champion de France. Puis à la fin des années 30, il passe aux courses de voitures, à commencer par Liège-Rome-Liège, puis par les 24 heures du Mans sur Simca en compagnie de Victor Camerano, où il termine dix-septième au général, et quatrième dans sa catégorie.
Puis la guerre éclate, Henri rejoint l'armée française et combat en Algérie. Aussitôt la paix revenue, il reprend la compétition automobile lors des premières courses organisées dès 1945. Sur une Maserati 6CM, il remporte sa première victoire lors de la Coupe de la Libération avec un tour d'avance sur le deuxième. En 1946, il court plusieurs courses dans l'Héxagone, toujours sur Maserati, pour le compte de la Scuderia Automovilistica Milan. Parmi ses principales performances, on citera ses secondes places acquises à Saint-Étienne derrière Sommer, à Perpignan derrière Wimille et à Albi avec un tour de retard sur Nuvolari, et une nouvelle victoire dans le Circuit des trois villes (Lille, Roubaix, Tourcoing), en reprenant la monoplace de Raymond Sommer.
L'année suivante, Henri court à la fois sur Maserati 4 CL et sur une Delage D6.70 au sein de l'équipe Gersac. Comme en 1946, il aligne les nombreuses places d'honneur. Il se classe troisième à Pau et Marseille, puis deuxième au Grand Prix du Roussillon, ainsi qu'au Grand Prix de l'Automobile Club de France, qui se disputait à Lyon. Il conserve ces monoplaces pour l'année 1948, mais face aux nouvelles voitures, Henri n'est plus aussi compétitif, il termine la Coupe du Salon au pied du podium. En 1949, après une décennie d'absence, les 24 heures du Mans sont de retour, et le pilote français engage une Delage en compagnie de l'espagnol Juan Jover. Ils terminent tous deux à une brillante deuxième place, avec seulement un tour de retard sur la Ferrari de l'équipage Chinetti-Selsdon, et remporte la victoire dans la catégorie des moteurs de 2001 à 3000cc. En ce qui concerne les monoplaces, sa meilleure position fut une cinquième place lors du Grand Prix de Tchécoslovaquie à Brno.

En 1950, il participe une nouvelle fois au Mans et termine en septième position, sur la dernière marche du podium dans sa catégorie. Plus tard dans l'année, il est engagé par Louis Rosier pour courir le Grand Prix d'Italie, comptant pour le championnat du monde de F1, sur une Talbot Lago. Qualifié quatorzième, il doit abandonner pour des problèmes de freins. L'année suivante commence par quelques participations dans des courses hors championnat, toujours au sein de l'équipe Rosier. Il termine en quatrième position à Syracuse, puis sur l'autodrome de Linas Montlhéry. Puis vient la première épreuve du championnat, sur le circuit de Bremgarten, où la météo est défavorable pour le dimanche. Au trente-et-unième tour, Henri percute violemment un réverbère, avec de graves lésions aux épaules et aux jambes. Le pilote français prend alors la décision de mettre un terme à sa carrière. Il se reconvertit dans la location de voitures dans la capitale.

Henri Louveau est décédé le 7 janvier 1991 à Orléans, peu de temps avant son 81ème anniversaire.
Julien