Guy EDWARDS
...
Guy Richard Goronwy Edwards
Nation : Royaume-Uni
Né le 30 décembre 1942 - Macclesfield - 73 ans
Premier Grand Prix :
Argentine 1974
Dernier Grand Prix :
Canada 1976
Meilleur classement :
7e
Meilleure qualification :
14e
Jamais classé en Championnat du Monde
1974
nc
1976
nc
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
1
14
15
16
17
1
18
19
1
20
1
21
22
1
23
24
5
25
1
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
5
6
1
7
1
8
9
10
1
11
1
12
13
14
2
15
16
1
17
18
19
1
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée

Guy Edwards ne connut pas une grande réussite en Formule 1, pas derrière un volant en tout cas.

 

Né à Macclesfield, Guy est le fils d'un ancien chef d'escadron de la Royal Air Force. Il fit ses études à Liverpool, puis à l'université de Durham dès 1960, où après trois années de travail il décroche une licence en sciences. Après cela, il s'inscrit dans une école de pilotage à Brands Hatch, et dès 1965, effectue ses premières courses automobiles avec entre les mains une Ford Anglia. Par la suite, il court sur Mini, avant de passer aux monoplaces et de courir le championnat de Formule 3 en 1968. Malheureusement pour lui, il n'a pas suffisamment d'argent pour conserver son volant, et doit vite abandonner pour piloter des voitures de sport dès 1969, sur Chevron. Sa meilleure performance fut une 4ème place aux 12 heures de Barcelone.

 

En 1970, il passe chez Philips Autoradio et court sur Astra, sans grand succès. Le passage chez Lola en 1971 n'apporte toujours pas les performances escomptées, malgré une première participation aux 24 heures du Mans et une 5ème place au trophée d'Auvergne. Guy décide de retenter le coup en monoplaces et fait acquisition d'une McLaren M10 pour disputer le championnat de Formule 5000 en 1972. Et l'année suivante, grâce au soutien d'un sponsor, Guy court sur Lola à la fois en voitures de sport et en F5000.

 

Et en 1974, après avoir réuni les fonds nécessaires, il s'offre un volant au sein de l'équipe de Formule 1 Embassy Hill qui utilise des Lola T370. Il se qualifie souvent en fond de grille et termine loin au classement de la course la plupart du temps. Sur le tracé d'Anderstorp, il termine à la porte des points avec une septième place derrière son patron Graham Hill. Mais sa saison sera raccourcie par un accident en F5000, où il se brise le poignet. D'où son absence des circuits pendant plus d'un an.

Il effectue son retour chez Hesketh Racing après avoir du compter sur deux sponsors bien riches. Les quelques courses qu'il dispute se déroulent de la même façon, qualifié en fond de grille il termine parmi les derniers. Le seul fait d'armes important de Guy eut lieu en Allemagne, lorsqu'il fait partie des 4 pilotes qui ont porté assistance à Niki Lauda prisonnier de sa Ferrari en feu. Un acte qui lui vaudra par ailleurs d'être décoré de la Queen's Gallantry Medal. L'année suivante, il se contente d'une participation dans le championnat du monde, son Gp national sur une exécrable Stanley-BRM, avec laquelle il ne passe pas les barrages des pré qualifications.

 

Guy préfère poursuivre la suite de sa carrière, dans un premier temps en voitures de sport sur Lola occasionnellement, mais il va également participer au championnat britannique de F1 dénommé Aurora Series. Sur March-Ford, il s'impose à deux reprises, d'abord à Oulton Park, puis thruxton. A son palmarès il ajoute une victoire à Brands Hatch en 1979, puis deux succès supplémentaires à Oulton Park et Snetterton, sur une Arrows cette fois. Puis le championnat disparaissant, Guy va se consacrer de plus en plus aux voitures de sport, en compagnie d'Emilio de Villota.

 

En 1981, il remporte enfin ses premiers succès dans la catégorie, au volant de la Lola de l'équipe GRID, lors de la Coppa Florio, puis lors des 1000 km de Brands Hatch. En 1982, il passe chez Lola Racing mais sans parvenir à réitérer ses belles performances de l'année précédente. Cette même année, il fait son retour en F1, chez March, mais cette fois, en tant que directeur commercial, et cela dure jusqu'en 1985, après que March soit devenu RAM March puis RAM, et cette nouvelle écurie mettre la clé sous la porte. En tant que pilote, il conduit de 1983 à 1985 pour John Fitzgerald en voitures de sport sur Porsche, monte sur le podium à Silverstone et Brands Hatch, et terminer 4ème au Mans.

 

Après cela, ayant délaissé sa carrière de pilote, il devient chasseur de sponsors à son compte. Dès ses débuts il frappe fort en facilitant la tâche à l'équipe de voitures de sport de Jaguar, dirigée par Tom Walkinshaw. En 1987, il convainc Castrol de sponsoriser les Jaguar dans le championnat IMSA. L'année suivante, Guy effectue son come-back en tant que pilote, dans le championnat britannique de voitures de tourisme, jusqu'en 1989 après avoir trouvé un sponsor pour le championnat.

 

En 1992, il devient chef du management au sien de l'équipe Lotus, qui détient l'un des plus grands palmarès de la F1, et se trouve dans une situation financière critique. Guy permet à Castrol de venir sponsoriser l'équipe pour l'année 1993. Mais suite à une mésentente avec Walkinshaw, il quitte l'équipe au milieu de l'année 1994. Peu de temps après, Lotus F1 met définitivement la clé sous la porte.

 

Julien