Fondateur : Amédée Gordini (1899-1979)
Nation : France
Premier Grand Prix :
Suisse 1952
Dernier Grand Prix :
Italie 1956
Meilleur classement :
3e
Meilleure qualification :
3e
Jamais classé en Championnat du Monde (Constructeurs)
Meilleur classement en Championnat du Monde (Pilotes) : 6e en 1952 (Robert MANZON)
000 001 tour en tête
000 014 kms en tête
003 792 tours parcourus
023 662 kms parcourus
1
2
2
3
6
4
5
5
2
6
5
7
6
8
4
9
6
10
6
11
7
12
2
13
6
14
7
15
5
16
4
17
6
18
5
19
5
20
1
21
4
22
2
23
2
24
25
1
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
2
3
1
4
7
5
7
6
5
7
3
8
6
9
3
10
2
11
12
13
1
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Amédée Gordini avait déjà une certaine expérience de l'automobile, quand il fit courir ses voitures en F1.

Amédée Gordini se retrouva très tôt dans l'automobile, il travaillait dans un garage dès l'âge de 11 ans. En 1934, il démarre une association avec la Simca, et fait courir ses voitures de sport jusqu'en 1939, puis des Formule 2 à partir de 1946, remportant de nombreuses victoires. Il participe au championnat du monde les deux premières saisons, sans réussir à jouer aux avants-postes, puis après le désastre des 24 heures du Mans, la Simca retire sa participation. Amédée Gordini fera donc courir ses pilotes dans ses propres voitures à partir de la saison 1952.

Avec Robert Manzon et Maurice Trintignant, Gordini accueille un nouveau pilote français, Jean Behra. Ce dernier montrera ses talents en décrochant une 3ème place lors de la première course de la saison en Suisse. Il sera imité par Robert Manzon lors du GP de Belgique, que Jean Behra mènera lors du premier tour. Puis Manzon terminera 4ème en France, puis 5ème aux Pays-Bas. Notons que dans la catégorie F2, Behra remportera deux victoires à Aix-les-bains, puis à Reims, Trintignant s'imposant de son côté à Caen. En 1953, la Gordini T16 manque de fiabilité, on comptera beaucoup d'abandons, Trintignant se classera 5ème à deux reprises en F1, tandis qu'il remporte deux victoires en F2, à Cadours et lors du GP des frontières.

En 1954, Trintignant quitte l'équipe pour Ferrari, Gordini compte désormais sur Behra pour réaliser de belles performances. Gordini participe de plus en plus à des épreuves hors-championnats, Behra en remportera deux, à Pau, puis sur le circuit de Cadours. En revanche, les performances sont toutes autres dans le championnat du monde, la T16 manque toujours de fiabilité, Bayol et Pilette se classeront au mieux 5ème en course. En 1955, Gordini utilise encore et toujours la T16, et encore et toujours apparaissent des problèmes de fiabilité. Mais cette fois, avec le départ de Jean Behra pour Maserati, aucun pilote ne réussira à marquer des points. La saison 1956 verra la Gordini T32, que Manzon mènera à la victoire à Naples. A Monaco, Hermano da Silva Ramos réussit à terminer 5ème. Performance qui reste sans suite durant toute la saison, malgré une seconde place d'André Simon à Caen.

En 1957, Gordini est en proie à de grosses difficultés financières, les voitures n'apparaîtront plus en F1, une Gordini T24S participera aux 24 heures du Mans, avant que la marque ne disparaisse de la compétition.
Julien