Gimmi BRUNI
...
Gianmaria Bruni
Nation : Italie
Né le 30 mai 1981 - Rome - 35 ans
Premier Grand Prix :
Australie 2004
Dernier Grand Prix :
Brésil 2004
Meilleur classement :
14e
Meilleure qualification :
16e
Meilleur classement en Championnat du Monde : 25e en  2004
2004
25
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
1
16
4
17
5
18
3
19
5
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
3
14
15
2
16
3
17
1
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée

Né le 30 Mai 1981 à Rome, Gianmaria Bruni faisait partie de la génération montante du sport automobile italien. Désormais, c'est en Grand Tourisme qu'il démontre ses qualités.

Venu, comme tant d'autres, à la compétition par le karting, il est sacré champion d'Italie, en Formule Renault Campus, en 1998. L'année suivante, il gagne l'EuroCup Formule Renault. Bruni participe les deux saisons suivantes à la F3 britannique, où son meilleur résultat sera une quatrième place au classement général en 2002. En 2003, il est vice champion de l'Euro F3000 et il est parallèlement pilote essayeur chez Minardi.

 

C'est ainsi que Gianmaria débute en F1 au sein de la « petite Scuderia » en 2004. Hélas, comme bon nombre de ses prédécesseurs dans ce baquet, il ne peut jamais briller à cause d'un piètre matériel. Pire encore, son équipier Zsolt Baumgartner, qui pour tout le monde n'était qu'un sympathique faire-valoir, va se révéler meilleur que prévu et Bruni aura bien du mal à le dominer. L'Italien passe donc son année en fond de grille. Il se fait quand même remarquer à deux reprises, mais pas vraiment positivement. Ainsi, à Monza, il est victime d'un terrifiant incendie aux stands, lors du ravitaillement en essence. Heureusement, il s'en sort avec plus de peur que de mal. A Shanghai, il fut à nouveau victime d'un incident peu banal : une de ses roues se détache en plein virage ! Gianmaria doit donc rentrer au garage sur trois roues, et à Paul Stoddart qui par radio lui recommande la prudence, il lance un « va te faire f***** » qui fut entendu en direct par les téléspectateurs du monde entier !

 

Après cette piètre saison, Gimmi décide de redescendre une marche et s'engage pour 2005 dans le nouveau championnat GP2, au sein du team Coloni. Il gagne rapidement sa première course, à Barcelone, dès le mois de mai. Mais en septembre, il quitte Coloni pour aller chez Durango. Avec cette équipe, il réussit à signer une pôle position, à Spa Francorchamps. Il finit le championnat à la dixième place.

Pour 2006, Bruni s'engage dans la nouvelle équipe Trident Racing. Il fait une belle saison, couronnée de deux succès : à Imola et à Hockenheim. Il se classe au final septième du général.

 

Cependant, n'ayant désormais plus aucune chance de revenir en F1, Bruni abandonne la monoplace pour l'Endurance et s'engage en American Le Mans Series pour 2007. Il court ainsi en GT2 avec une Ferrari 430 GT de l'écurie Risi Competizione, aux côtés d'Éric Hélary. Ne disputant que quatre courses dans l'année, il ne finit que vingtième au classement final. Il apparaît également dans le championnat FIA GT, toujours au volant d'une Ferrari GT2, cette fois-ci pour l'écurie AF Corse. Associé à Stéphane Ortelli, il remporte une victoire dans sa catégorie à Nogaro et finit troisième de son championnat.

En 2008 Bruni reste chez Risi Competizione et fait ses débuts aux 24 heures du Mans. Associé à Mika Salo et Jaime Melo, l'Italien se classe dix-neuvième de la course et remporte l'épreuve dans la catégorie GT2. Il dispute encore le FIA GT, toujours chez AF Corse, cette fois-ci associé au Finlandais Toni Vilander. Avec cinq succès dans la saison, le duo décroche le titre de champion du monde dans la catégorie GT2.

Début 2009 Gimmi Bruni apparaît désormais comme l'un des meilleurs pilotes de Grand Tourisme au monde et apparaît dans une multitude de championnats. En FIA GT, il amène avec Vilander sa Ferrari à la victoire à trois reprises, notamment aux 24 heures de Spa. Mais au final ils sont battus sur le fil par la Porsche de l'écurie belge Prospeed Competition. Délaissant Risi, c'est avec AF Corse qu'il dispute aussi les 24 heures du Mans. Associé aux deux Argentins Luis Pérez Companc et Matias Russo, il finit seulement sixième de sa catégorie. Avec le même duo il avait déjà terminé second des GT2 aux 12 heures de Sebring plus tôt dans l'année. Décidément insatiable, Bruni dispute cette année-là également les Le Mans Series, toujours sur une Ferrari, mais du team britannique JMW Motorsport. Avec Rob Bell il gagne deux courses au Portugal et à Silverstone, et finit vice-champion.

 

Pour 2010, Bruni passe dans la catégorie GT et court désormais aux USA dans les American Le Mans Series. Il revient pour cela chez Risi Competizione qui engage toujours des Ferrari. Sa saison commence très bien, puisqu'associé à Melo et Pierre Kaffer il remporte la victoire dans sa catégorie à Sebring. En revanche au Mans, le même équipage est contraint à l'abandon après quelques heures. Les 24 heures de Spa se terminent par un résultat semblable. Cependant la saison se déroule idéalement aux USA puisque Bruni et Melo remportent deux courses à Miller et Mid-Ohio et jouent ainsi le titre. En Le Mans Series, Bruni et Melo se retrouvent sur des Ferrari d'AF Corse, cette fois en GT2, et signent deux succès sur le circuit de l'Algarve et à Silverstone. L'équipage finit troisième au classement général.

Tony