Franco COMOTTI
...
Gianfranco Comotti
Nation : Italie
Né le 24 juillet 1906 - Brescia
Décédé le 10 mai 1963 - Bergame - 56 ans
Premier Grand Prix :
Italie 1950
Dernier Grand Prix :
France 1952
Meilleur classement :
12e
Meilleure qualification :
16e
Jamais classé en Championnat du Monde
1950
nc
1952
nc
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
1
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
1
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
1
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
La carrière du pilote italien débute en 1933 et sera principalement consacrée avant-guerre à la catégorie sport. Il débute sur Alfa-Romeo et on le trouve au neuvième rang à l'arrivée des Mille Miglia, puis il enlève la "Coppa Principessa di Piemonte", une course de 780 km entre Naples et Bari. En 1934 toujours sur Alfa-Romeo, il termine troisième de la Targa Abruzzi et s'aligne en Grand Prix en Italie (sixième), Tchécoslovaquie (abandon) et au Grand Prix du Comminges où il remporte l'épreuve. En 1935 il termine troisième du Grand Prix de Lorraine et deuxième de la Targa Abruzzi en Sport. Puis il va courir sur Talbot en sport et termine deuxième du Grand Prix de l'ACF à Montlhéry en 1937, abandonne au Grand Prix de la Marne (Reims) et enlève sur le circuit de Donington le Tourist-Trophy et enfin il termine deuxième du Grand Prix de Marseille-Provence sur le circuit de Miramas. En 1938 il court sur Delahaye en sport : 24 H du Mans (abandon) et en Grand Prix à Pau (troisième), à Tripoli (abandon) et au Grand Prix d'Allemagne (abandon).

Après la guerre il revient aux monoplaces et en 1948 il court sur Talbot: Grand Prix de Suisse (abandon), Grand Prix de l'ACF (quatrième), Grand Prix d'Italie (septième), Grand Prix de Grande-Bretagne (abandon), Grand Prix de Monza (abandon).

En 1950 il intègre la Scuderia Milano et abandonne au Grand Prix d'Italie. En 1951 il rejoint la Scuderia Marzotto et court en sur Ferrari avec pour résultats un abandon au Grand Prix de Reims, une douzième place au Grand Prix de l'ACF, une troisième place au Grand Prix de Naples et une deuxième place au Grenzlandringrennen en F2. En 1952, il y termine douzième du Grand Prix de l'ACF.
En 1953 il rejoint les brésiliens de l'Escuderia Banderiante mais sans grands succès et mettra fin à sa carrière peu après pour aller travailler chez le géant pétrolier BP.
Michel