Franck LAGORCE
...
Nation : France
Né le 1 septembre 1968 - L'Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne) - 48 ans
Premier Grand Prix :
Japon 1994
Dernier Grand Prix :
Australie 1994
Meilleur classement :
11e
Meilleure qualification :
20e
Jamais classé en Championnat du Monde
1994
nc
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
2
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée

Le jeune Franck a tout juste 12 ans lorsque démarre sa carrière en kart. Il y passera de nombreuses années sans toutefois obtenir de titres, mais des victoires importantes qui lui permettent de prendre la 2ème place du trophée Elktron 1987.

 

Ce bon résultat lui ouvre les portes de la Formule Ford, spécialité dans laquelle il va passer deux années au sein du Graff Racing sans toutefois décrocher la moindre victoire. Néanmoins, on remarque déjà son bon coup de volant et il décide, pour la saison suivante, de passer en Formule Renault. Deuxième du championnat, la F3 lui ouvre ses portes avec le team Promatecme. Dès sa première saison, il remporte deux bouquets, avant d'en glaner trois nouveaux et le titre de Champion de France en 1991. Dès 92, il passe en F3000, au sein de la puissante écurie DAMS, aux côtés du performant Olivier Panis. Pendant que son coéquipier remporte le titre, Franck n'est pas en reste : il remporte deux victoires et se classe finalement 4ème. L'année suivante, il laisse échapper le titre international au profit de Jules Bouillion, en raison de certaines fautes. Néanmoins, il prend la 2ème place finale, et espère voir se concrétiser ses rêves de Formule 1.

 

En 1994, Ligier passe sous le contrôle d'un consortium dirigé par Flavio Briatore, le grand boss de Benetton. En septembre, il nomme Franck comme pilote essayeur de l'écurie bleue. Puis, à la fin de l'année, Flavio, ne trouvant pas satisfaisant les résultats d'Eric Bernard, licencie celui-ci pour mettre à sa place le jeune Lagorce. Enfin, Franck va pouvoir faire ses preuves... mais il devra le faire rapidement puisqu'il ne reste plus que 2 épreuves à disputer.

Ses débuts se feront donc à Suzuka, un des circuits les plus réputés du circus. Après un apprentissage rapide de la piste, Franck se classe 20ème des qualifications, juste derrière son équipier, Olivier Panis (de nouveau), ce qui est une belle performance quand on se remémore qu'Olivier est la grande révélation de l'année. Sa course s'arrêtera, malheureusement pour lui, dès le 10ème tour, suite à un accrochage avec Pierluigi Martini. Quinze jours plus tard, Franck est à Adélaïde pour tenter d'impressionner son boss afin d'avoir une chance d'obtenir un baquet pour la saison suivante.

Il signe à nouveau le 20ème temps en qualifs, mais ce coup-ci il voit le drapeau à damier avec joie : "Quelle belle sensation que de voir le drapeau à damier d'un Grand Prix de Formule 1! Je suis très content de ma performance et aussi celle d'Olivier et de toute l'équipe. Mon seul problème a été un tête-à-queue à l'entrée de la grande ligne droite."

 

Malheureusement, Briatore préfèrera cantonner Franck dans un rôle de pilote essayeur pour 1995, lui préférant le trio Panis-Brundle-Suzuki. Pour 1996, le pilote francilien doit à nouveau se contenter d'un contrat d'essayeur, mais chez Forti cette fois. Choix malheureux quand on sait que l'écurie italienne mettra la clef sous la porte en cours de saison.

 

L'après Formule 1 de Franck sera fait de courses diverses et variée sur des voitures qui le sont tout autant. Ainsi on le croisera en FIA-GT, en Procar belge en compagnie de la charmante Vanina Ickx... Mais le nouvel amour de Franck a pour nom Le Mans. C'est en 1994 que Franck découvre la classique mancelle aux côtés de l'expérimenté Henri Pescarolo. Son entente avec le barbu des 24H se confirmera lorsque Franck sera incorporé à la structure Pescarolo Sports en 2002. Souvent malheureux dans cette course, son meilleur résultat à ce jour est une 5ème place acquise en 1998 au volant d'une Nissan avec Nielsen et Krumm.

Axlex