Euroracing
Fondateur : Walter Brun
Nation : Italie
Premier Grand Prix :
Brésil 1988
Dernier Grand Prix :
Saint-Marin 1990
Meilleur classement :
11e
Meilleure qualification :
15e
Classement en Championnat du Monde
1988
nc
1989
nc
1990
nc
Jamais classé en Championnat du Monde (Constructeurs)
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
1
15
1
16
17
1
18
1
19
3
20
21
22
1
23
3
24
2
25
7
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
11
2
12
3
13
1
14
15
1
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Walter Brun n'est pas un débutant dans la compétition automobile lorsqu'il décide de se lancer en Formule 1. Il a acquis de l'expérience en catégorie C bien avant, mais ses fréquentations souvent "trop limite" vont le faire dériver sur des problèmes bien compliqués...

Il s'associe tout d'abord avec Gianpaolo Pavanello qui a la triste réputation d'avoir emporter l'écurie Alfa Roméo dans la faillite, ce qui provoque la méfiance de ses pairs.
Mais c'est pourtant avec lui que Brun décide de monter un projet d'écurie de Formule 1.

Ainsi, les Eurobrun ER 188 firent leur première apparition lors du Grand Prix du Brésil 1988.
Ce sont des voitures bien médiocres, lourdes, pas satisfaisantes sur le plan aérodynamique, avec un degré de finition pauvre et une préparation des plus bâclées.

Les pilotes Laurrauri et Modena ne pourront rien faire d'autre que de les "promener" en course, quand toutefois ils arrivent à se qualifier, finissant bien souvent à plus de quatre tours du vainqueur...

La tension monte dans l'équipe et Walter Brun décide de quitter la direction de l'écurie, tout en gardant un pied dans l'écurie, notamment en favorisant l'arrivée de Gregor Foitek.

La voiture de 1989 n'est autre qu'une ER 188 dans sa version B. Et pendant toute la saison, ce sera la non pré-qualification.
Eurobrun ne peut même plus se permettre d'aligner deux voitures lors des Grands Prix.
Avant le Grand Prix d'Italie, Foitek est congédié et c'est Larrauri qui revient, avec le même sort, l'Eurobrun échoue en pré-qualifications.

En 1990, Eurobrun aligne de nouveau deux voitures, les finances sont dans le rouge foncé mais Roberto Moreno et Claudio Langes sont recrutés pour tenter de les piloter.
L'ER 189 est radicalement différente et ça se voit: Moreno se qualifie à deux reprises, lors du premier Grand Prix de la saison à Phoenix où il finit la course en 13ème position et à Saint-Marin où il abandonne sur un problème d'accélérateur.
Le reste étant que des non pré-qualifications à répétition.
C'est d'ailleurs lors de ce Grand Prix de Saint-Marin qu'Eurobrun est contrainte à licencier Langes, car l'équipe ne peut plus aligner deux voitures en Grand Prix.

L'arrivée en mi-saison de l'ER 189B ne changera rien et l'écurie se retira à la fin de la saison.
Alicia/Axlex