Eugenio CASTELLOTTI
...
Nation : Italie
Né le 10 octobre 1930 - Lodi
Décédé le 14 mars 1957 - Modène - 26 ans - Accident durant des essais sur Ferrari
Premier Grand Prix :
Argentine 1955
Dernier Grand Prix :
Argentine 1957
Meilleur classement :
2e
Meilleure qualification :
1er
Meilleur classement en Championnat du Monde : 3e en  1955
1955
3
1956
6
1957
nc
1
1
3
2
2
3
3
4
1
5
6
7
1
8
1
9
1
10
11
1
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
2
1
3
1
4
1
5
1
6
7
1
8
9
1
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Bon pilote de voitures de sport, Eugenio Castellotti ne fit qu'un passage trop court en F1.

Né à Milan, cet Italien courut toute sa carrière sur des Lancia et des Ferrari. Il commença dans les courses de voitures de sport en 1953, terminant à la 3ème place de la Carrera Panamerica. L'année suivante sera pratiquement identique à la précédente, il ne termine que la dernière course qu'il dispute, le Tourist Trophy, à la 3ème place. Et c'est en 1955 que Lancia le lance dans la Formule 1.

Il débute la saison avec une Lancia D50. Lors de sa deuxième sortie, à Monaco, il se classe 2ème d'une course marquée par l'accident spectaculaire de son coéquipier Alberto Ascari qui plonge dans la Méditerranée au 81ème tour. 4 jours plus tard, le double champion du monde se tue en testant une voiture réservée à Eugenio, ce dernier se retrouve donc pilote n°1. En Belgique, il est en pole-position. Enzo Ferrari décide de le prendre avec lui, il terminera 3ème en Italie avec Ferrari. Eugenio terminera la saison avec une 3ème place lors de la Targa Florio.

La saison suivante, Ferrari hérite des D50 de l'écurie Lancia. C'est donc avec des voitures qu'il connaît qu'Eugenio va courir la saison de F1. Cette saison sera moins bonne que la précédente puisqu'il doit composer avec Fangio, Collins et Musso. A Monaco, il reprend la voiture de Juan Manuel Fangio et termine 4ème, puis décroche la seconde place au GP de France après avoir mené la course. En voitures de sport, il décroche ses premières victoires lors des 12 heures de Sebring et lors de l'épreuve mythique des Mille Miglia. En 1957, la saison démarre bien puisqu'il remporte les 1000 kms de Buenos Aires.

Sur le circuit de Modène, il testait une Ferrari quand un accident mit prématurément et définitivement fin à sa carrière.
Julien