Eugène CHABOUD
...
Eugène Marius Chaboud
Nation : France
Né le 12 avril 1907 - Lyon (Rhône)
Décédé le 28 décembre 1983 - Montfermeil (Seine-Saint-Denis) - 76 ans
Premier Grand Prix :
Belgique 1950
Dernier Grand Prix :
France 1951
Meilleur classement :
5e
Meilleure qualification :
10e
Meilleur classement en Championnat du Monde : 22e en  1950
1950
22
1951
nc
1
2
3
4
5
6
7
8
9
1
10
1
11
12
13
1
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
1
5
6
7
1
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Eugène Chaboud fut surtout pilote dans les épreuves françaises avec, tout de même, quelques participations en-dehors de l'Hexagone.

Né à Lyon, Eugène était un brillant athlète dans sa jeunesse. C'est à la suite d'une rencontre avec Jean Trémoulet qu'il commença à s'intéresser de plus en plus à la compétition automobile. Et en 1936, il commence à courir sur une Delahaye dans des courses de côtes et de voitures de sport, remportant sa première victoire, l'année suivante, dans une course de côte disputée à Montlhéry, après avoir terminé second à deux reprises en voitures de sport. Et c'est en 1938 qu'il va remporter sa victoire la plus prestigieuse, avec son ami Trémoulet, il mène sa Delahaye 135CS à la victoire lors des 24 heures du Mans. L'année suivante, il participe à son premier Grand Prix, celui de l'ACF, comptant pour le championnat d'Europe des conducteurs de l'AIACR, mais son moteur casse avant la fin et prend sa revanche lors du rallye de Chamonix, où il triomphe au volant d'une Lancia. Les deux amis vont se séparer. Puis en 1939, la guerre éclate, aucune course ne sera courue pendant plus de 6 ans.

Il reprend la compétition automobile très vite après la guerre, dès la première épreuve disputée au Bois de Boulogne en septembre 1945, il termine troisième lors de la Coupe des prisonniers derrière Wimille et Sommer, alors qu'il est au volant d'une Delahaye bien moins puissante. L'année suivante, toujours sur une Delahaye de l'écurie France dont il est le directeur sportif et le premier pilote, il remporte le Grand Prix de Belgique de voitures de sport et brille dans de nombreuses compétitions locales. En 1947, l'écurie acquiert une vieille Talbot Lago datant de 1939. Mais l'handicap dû à l'âge de la monoplace n'empêchera pas Eugène de s'imposer à Marseille et à Perpignan au volant d'une voiture vieille de 8 ans ! Il terminera également sur le podium du Grand Prix de l'ACF. A la fin de la saison, il devient champion de France, mais par la suite, Louis Chiron prendra le poste de pilote, Eugène et Charles Pozzi décident de quitter l'écurie et en 1948, Chaboud créé l'écurie Leutitia.

Il continue de courir au volant de Delahaye, terminant 3ème lors d'une course disputée à Montlhéry, tandis qu'à l'échelle internationale, sa meilleure performance de l'année est une 4ème place lors de la Coupe des Nations à Genève en début de saison. Mais en 1949, les voitures n'étant plus compétitives, il délaissa un peu l'automobile, tout en disputant les 24 heures du Mans et réussira à mener la course un temps avant que la voiture ne prenne feu. En 1950, le championnat du monde de Formule 1 est créé, Eugène court en Belgique, puis partage en France la voiture de Philippe Etancelin et termine 5ème. La même année, il termine second du rallye de Monte Carlo au volant d'une Simca. Il dispute la course française de F1 en 1951 et termine 8ème. Puis en 1952, pendant les 24 heures du Mans, alors qu'il ne reste plus que deux heures à conduire, il est victime d'un accident et se retrouve coincé sous sa voiture. Il décide alors qu'il est temps de raccrocher les gants et après quelques rallyes en 1953, il décide d'abandonner complètement sa carrière de pilote.

Eugène Chaboud est décédé le 28 décembre 1983, dans la ville de Montfermeil, à l'âge de 76 ans.
Julien