Erik COMAS
...
Eric Gilbert Comas
Nation : France
Né le 28 septembre 1963 - Romans-sur-Isère (Drôme) - 53 ans
Premier Grand Prix :
Brésil 1991
Dernier Grand Prix :
Japon 1994
Meilleur classement :
5e
Meilleure qualification :
7e
Meilleur classement en Championnat du Monde : 11e en  1992
1991
nc
1992
11
1993
21
1994
23
1
2
3
4
5
6
1
7
1
8
2
9
4
10
1
11
12
5
13
3
14
2
15
3
16
4
17
2
18
3
19
3
20
4
21
9
22
5
23
1
24
2
25
4
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
1
5
5
6
1
7
5
8
6
9
6
10
5
11
1
12
13
14
15
1
16
17
1
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Au début des années 90, 3 pilotes français brillent en F3000 et s'apprêtent à courir en Formule 1 au même moment. L'un d'eux s'appelle Erik Comas.

Né à Romans, Erik commence sa carrière automobile dans des courses de karting en Rhône-Alpes et l'année suivante, il décroche le titre français de la discipline. En 1984, il achète une Renault 5 de compétition utilisée par Jean Alesi et à la fin de la saison, il remporte le volant Elf-Winfield sur le Paul-Ricard. En 1985, il est le second d'Eric Bernard dans le championnat français de Formule Renault, son coéquipier remporte le titre, tandis qu'il remporte une course. L'année suivante, Erik remporte 8 courses et s'empare du titre. L'année suivante, il part disputer le championnat français de Formule 3, à nouveau avec Bernard, cette première saison sera dominée par Jean Alesi, mais Erik remporte le championnat de Supertourisme. La saison suivante, il termine second à Monaco, mais remporte 4 courses et devient champion de France de F3.

En 1989, il est engagé par l'écurie DAMS et dispute le championnat du monde de Formule 3000, encore et toujours aux côtés d'Eric Bernard. Mais cette fois, c'est lui qui se montre le plus performant parmi les deux, après un début difficile, il termine sur le podium à Jerez, à la seconde place à Spa-Francorchamps, avant de remporter deux épreuves, au Mans et à Dijon, et termine vice-champion, derrière Jean Alesi. L'année suivante, il devient le pilote n°1 de l'équipe DAMS et remporte 4 courses à Donington, Jerez, Monza et au Mans. Avec un titre de champion du monde de F3000, Erik peut maintenant envisager sérieusement un passage en F1.

Il commence sa carrière avec l'écurie Ligier, en compagnie de l'expérimenté Thierry Boutsen. Les voitures équipées d'un moteur Lamborghini ne permettent pas aux hommes de briller. En 1992, Erik rentre dans les points pour la première fois en F1 au GP du Canada et lors de l'épreuve suivante, en France, il termine 5ème. Il marque un autre point en Allemagne, avant de connaître une fin de saison marquée par de nombreux abandons. En 1993, il décide de quitter Ligier pour courir avec l'écurie Larrousse, qui, pour la première fois, utilise ses propres monoplaces. Une voiture qui n'est pas très fiable, mais à Monza, Erik réussit à marquer un point. En 1994, il réussit à terminer 6ème sur le circuit d'Aida, puis à Hockenheim. Mais à la fin de la saison, Larrousse décide de quitter la Formule 1 et Erik ne trouve aucun volant de disponible, c'est la fin de son passage en Formule 1.

C'est au Japon qu'Erik va poursuivra sa carrière, dans le championnat GT500, avec Toyota. En 1996, il remporte sa première victoire, sur le circuit de Sendai. L'année suivante, il quitte Toyota pour Nissan et remporte la première manche de la saison avec Aguri Suzuki. En 1998, il remporte les deux premières épreuves de la saison à Suzuka et Sendai et décroche le titre. Un titre qu'il conserve l'année suivante, avec une victoire remportée sur la piste de Mine. En revanche, en 2000, il termine vice-champion derrière Michigami, malgré une victoire à Motegi, sa dernière en date dans ce championnat, passant de Nissan à Toyota en 2003, il revient chez Nissan l'année suivante.

Erik Comas court toujours le championnat japonais de GT, avec comme coéquipier Toshihiro Kaneishi sur une Nissan de l'équipe Hasemi Motorsport.
Julien