Fondateur : Morris Nunn
Nation : Royaume-Uni
Premier Grand Prix :
France 1973
Dernier Grand Prix :
Italie 1982
Meilleur classement :
4e
Meilleure qualification :
3e
Classement en Championnat du Monde
1973
nc
1974
nc
1975
13
1976
12
1977
10
1978
14
1979
nc
1980
nc
1981
11
1982
nc
Meilleur classement en Championnat du Monde (Constructeurs) : 10e en 1977
Meilleur classement en Championnat du Monde (Pilotes) : 16e en 1981 (Marc SURER)
19 points
0.19 pts / GP
1.90 pts / saison
004 458 tours parcourus
021 231 kms parcourus
1
2
1
3
4
5
1
6
2
7
2
8
2
9
3
10
4
11
4
12
2
13
4
14
5
15
10
16
6
17
4
18
14
19
3
20
9
21
9
22
7
23
13
24
4
25
4
26
1
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
1
4
5
5
6
6
2
7
3
8
3
9
4
10
3
11
4
12
6
13
3
14
3
15
16
17
1
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Morris Nunn se retrouve impliqué dans le sport automobile tout à fait par hasard, quand il devient acquéreur d'une Cooper-Climax ayant appartenu aux frères Ashmore. Après quelques années d'apprentissage sur cette voiture, il décide de courir le championnat anglais de Formule 3 à partir de 1965, engagé par Nunn-Lewis Racing. L'année suivante, une seconde monoplace est attribuée à Ken Crook. En mai, sur le circuit de Mallory Park, Mo Nunn s'impose. L'année suivante, il remporte deux nouvelles épreuves, puis s'impose sur l'Oulton Park en 1968. L'année suivante, il est engagé par le Team Lotus, et court épisodiquement en Formule 2.
En 1971, Mo Nunn commence à concevoir sa propre monoplace de F3, la LNF1n qui débute à Brands Hatch avec Bev Bond comme pilote. Ce dernier termine second à ses débuts, puis s'impose à trois reprises. En 1972, il engage les pilotes Mike Walker et Rikky von Opel, qui vont à eux deux remporter dix épreuves sur l'ensemble des trois championnats anglais de F3.

En 1973, à la demande de Rikky von Opel, Mo Nunn conçoit une monoplace de Formule 1. La N173 fait ses débuts au Grand Prix de France, et participe à six courses dans la saison, mais avec un manque total de réussite. Au début de la saison 1974, le pilote du Liechtenstein dispose d'une version légèrement améliorée du modèle original, mais très vite, il quitte Ensign pour Brabham. Grâce à Teddy Yip, Nunn trouve d'autres pilotes, d'abord Vern Schuppan, puis Mike Wilds. Mais les non-qualifications vont s'accumuler, seul Schuppan réussit à se classer en course, une piètre quinzième place en Belgique, à 3 tours du vainqueur Fittipaldi. Ensign débute la saison 1975 avec la même voiture, confiée à deux pilotes néerlandais Wundering et Van Lennep, grâce au sponsor HB Bewake. Mais cela n'arrange rien à la situation. Il faut attendre le Grand Prix de France pour voir la nouvelle N175, avec laquelle Van Lennep réussit à marquer un point lors du Grand Prix d'Allemagne.

En 1976, Ensign accueille le pilote Chris Amon, qui réussit à terminer cinquième lors de la Race of Champions avec une voiture vieille de deux ans ! Disposant de la nouvelle N176, Chris termine cinquième en Espagne, puis réalise une étonnante troisième place en qualifications sur le circuit d'Anderstorp. A la suite de l'accident de Lauda en Allemagne, Amon se retire, et c'est Jacky Ickx qui va assurer la suite de la saison sans plus de succès. La saison se termine par un accident où la voiture est détruite et le pilote blessé. L'année 1977 est enfin une bonne saison pour Ensign. Avec Clay Regazzoni et Patrick Tambay, l'écurie progresse à petits pas, les monoplaces rentrent dans les points à six reprises, pour un total de dix points sur l'année. Mais les difficultés financières obligent Nunn à conserver les monoplaces de la saison dernière et à reprendre le système des pilotes payants. Et les résultats s'en trouvent complètement différents, avec un score vierge jusqu'à l'avant-dernière course, Derek Daly sauve l'honneur en terminant sixième au Canada.

En 1979, la monoplace N179 est dotée d'un nouveau système de radiateurs frontaux qui doit théoriquement refroidir le moteur. Mais dans la pratique, non seulement le moteur ne refroidit pas plus, mais le pilote souffre de la chaleur dans son cockpit ! Quatre fois seulement la voiture apparaîtra en piste, sans qu'un miracle se réalise. En 1980, lors du Grand Prix des Etats-Unis Ouest, le sort s'acharne sur l'écurie. Alors qu'il était quatrième, Regazzoni est victime d'un terrible accident qui le laisse paralysé. En 1981, Marc Surer dispose d'une version modifiée, et réalise au Brésil une formidable quatrième place, en réalisant par la même occasion le meilleur tour en course ! A Monaco, il marque un point, imité par son remplaçant Salazar aux Pays-Bas. En 1982, Roberto Guerrero ne fait pas évoluer les choses. A la fin de l'année, Mo Nunn est contraint de vendre les monoplaces à Teddy Yip, qui en fait la Theodore N183 avec laquelle Cecotto marquera un point à Long Beach, avant que l'écurie ne cesse la F1 à la fin de l'année.

Le team Ensign fera une dernière apparition en 1985, pour l'épreuve de CART à Portland, avec Chico Serra, avant de se retirer définitivement.
Julien