Fondateur : Paul Emery (1916-1993)
Nation : Royaume-Uni
Premier Grand Prix :
Grande-Bretagne 1956
Dernier Grand Prix :
Italie 1962
Meilleur classement :
11e
Meilleure qualification :
19e
Classement en Championnat du Monde
1958
nc
1961
nc
1962
nc
Jamais classé en Championnat du Monde (Constructeurs)
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
1
19
1
20
1
21
22
1
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée

Les Emeryson n'ont pas pu réaliser de grandes prouesses en Formule 1, sans doute faute de moyens suffisants.

 

Les premières voitures de courses baptisées Emeryson sortirent des ateliers dans les années 30, et étaient alors conçues par George Emery. Il faudra cependant attendre la fin de la seconde guerre mondiale pour que son fils Paul reprenne tout en main et permette à Eric Winterbottom de faire courir aux monoplaces leurs premières courses. Winterbottom remportera d'ailleurs une course mineure à Gransden Lodge cette année-là. Emery a pour objectif de s'impliquer en Formule 1, mais faute de moyens, il faut se contenter des courses de Formule 3.

 

En 1953, Emery se lance dans la Formule 2 avec une voiture équipée d'un moteur Alta, puis plus tard par Aston Martin. Durant les quelques courses auxquelles il participe en Grande-Bretagne avec Peter Jopp, il est contraint à l'abandon ou à être classé loin du leader, excepté sa 4ème place lors du Curtis Trophy en fin d'année. Puis en 1954, un modèle de Formule 1 sort enfin des usines, et Emeryson participe à plusieurs courses hors championnat. Emery ne termine pas mieux qu'à la 7ème place. En 1955, Emery réalise un belle performance lors du London Trophy en se classant deuxième d'une manche, terminant 5ème au final.

 

En 1956, Paul Emery court sa première courses en championnat du monde avec sa monoplace, celui de Grande-Bretagne. Qualifié en 23ème position, Emery se traîne en queue de peloton jusqu'à ce qu'un problème d'allumage vienne stopper sa monoplace au bout d'une douzaine de tours seulement. En-dehors du championnat, cette année est ponctuée de problèmes au niveau moteur. Par la suite, la voiture ne participera qu'à une seule course, le Glover Trophy, avant d'être reléguée aux courses de côtes. Quant à son concepteur, il courut sur des Connaught en 1958 et 1959.

 

En 1960, l'équipe prend un nouveau départ avec des anciens de Connaught qui courent en F2, avec une cinquième place pour George Wicken lors du Lewis-Evans Trophy. L'année suivante, l'équipe nationale belge fait acquisition de plusieurs monoplaces qu'elle utilise dans des courses hors championnats, avec une 4ème place de Bianchi à Bruxelles. Mais en championnat, c'est une autre paire de manches, Bianchi Gendebien et Pilette échoue aux qualifications à Monaco et Monza, et l'équipe abandonne Emeryson. En 1962, Seidel termine la course néerlandaise avec 28 tours de retard ! L'équipe est ensuite rachetée par l'américain Hugh Powell, et Tony Settember devient pilote avec John Campbell-Jones. Settember termine au mieux 11ème en championnat, et 4ème lors du Crystal Palace Trophy.

 

L'année suivante, les voitures sont rebaptisées du nom de la nouvelle écurie Scirocco-Powell. Paul Emery continuera avec son fils Peter la construction de voitures de courses, essentiellement pour la Formule Junior Elfin.

Julien