Eliseo SALAZAR
...
Nation : Chili
Né le 14 novembre 1954 - Santiago - 62 ans
Premier Grand Prix :
Saint-Marin 1981
Dernier Grand Prix :
Etats-Unis Ouest 1983
Meilleur classement :
5e
Meilleure qualification :
12e
Meilleur classement en Championnat du Monde : 21e en  1981
1981
21
1982
23
1983
nc
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
1
12
13
1
14
15
16
17
2
18
19
2
20
21
3
22
2
23
6
24
5
25
2
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
1
5
1
6
7
8
2
9
10
11
12
1
13
2
14
1
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Eliseo Salazar restera connu pour avoir reçu un coup de poing en pleine course de la part de Nelson Piquet en 1982.

Né à Santiago, Eliseo commença à courir dans de petites courses dans les années 70, terminant champion chilien de voitures de salon en 1974, avant d'acquérir le titre de champion argentin de F4 l'année suivante, puis le titre de Formule Ford 1600 en 1978. En 1979, il part en Grande-Bretagne pour disputer le championnat britannique de Formule 3. Mais au volant d'une monoplace bien moins performante que celle de ses adversaires, il ne peut espérer jouer la victoire. Cependant, Eliseo fait bonne impression et passe en 1980 au championnat britannique de Formule 1, ou Aurora F1 Championship. Au volant d'une Williams-Ford, il remporte la victoire à Silverstone et dans les deux courses disputées à Thruxton, pour finalement terminer vice-champion derrière Emilio de Villota. Et l'année suivante, il peut courir le championnat du monde.

Cependant, la March 811 est une bien mauvaise voiture, et le début de saison se résume à quelques non-qualifications, et en milieu de saison, il part pour courir sur Ensign. Il réussit à se qualifier, et sur le tracé de Zandvoort, il effectue une belle remontée jusqu'à la 6ème place, synonyme de rentrée dans les points, et donc, dans le classement mondial. En 1982, il décide de rejoindre l'équipe ATS, et encore une fois, c'est une saison décevante, sauvée par une 5ème place sur le tracé d'Imola, et marquée par le GP d'Allemagne sur le circuit d'Hockenheim. Alors que Nelson Piquet, leader, vient de lui prendre un tour, Eliseo le heurte à l'arrière, les contraignant tous les deux à l'abandon. Le champion du monde en titre le prend très mal et lui assène devant les caméras un coup de poing ! En 1983, il y a peu de volants disponibles, il part dans l'écurie RAM March, mais il rate souvent les qualifications, et à la mi-saison, il abandonne la Formule 1.

Il retourne au Chili où il remporte en 1984 et 1985 le championnat de courses de côtes. Il est de retour en Europe en 1986 pour disputer deux saisons de Formule 3000 avec quatre écuries différentes, sa meilleure performance étant une 4ème place à Birmingham. Il va ensuite passer aux courses de voitures de sport à partir de 1988, remportant la victoire lors des 1000 km du Japon sur une Spice-Ford Cosworth. Il dispute deux autres saisons avec cette voiture, il ne change de constructeur que pour les 24 heures du Mans, où il termine 8ème en 1989 avec une Jaguar. En 1994, il réalise une belle saison en IMSA au volant d'une Ferrari 333SP, il va s'imposer à trois reprises dans la saison, à Lime Rock, Watkins Glen et sur l'Indianapolis Raceway Park. Et en 1995, il commence en CART.

Avec une Lola engagée par Dick Simon, il a du mal à briller en qualifications, mais réussit à réaliser de belles remontées, il termine 4ème des 500 Miles d'Indianapolis à 5 secondes seulement de Jacques Villeneuve. Il court pour le Team Scandia, avant de passer à la série rivale du CART, l'IRL, avec une qualification en première ligne de l'Indy500. En 1997, il se retrouve plus souvent aux avants-postes, et réussit en fin de saison à remporter son unique victoire en IRL, à Las Vegas. Après une saison 1998 avec Riley & Scott un peu décevante, il passe chez Nienhouse Motorsports, et manque le podium à Atlanta. Il passe dans l'écurie Foyt à partir de 2000, et termine 3ème de l'Indy500. EN 2001, il réalise un très bon départ avec une seconde place à Phoenix, suivie d'un podium à Homestead. En 2002, il est victime d'un gros accident, il mettra quelques mois pour s'en remettre.

Une fois remis, Eliseo Salazar est parti en ALMS en 2003, et dispute des courses de rallye avec Hyundai.
Julien