David PURLEY
...
Nation : Royaume-Uni
Né le 26 janvier 1945 - Bognor Regis
Décédé le 2 juillet 1985 - Bognor Regis - 40 ans - Accident d'avion
Premier Grand Prix :
Monaco 1973
Dernier Grand Prix :
France 1977
Meilleur classement :
9e
Meilleure qualification :
16e
Jamais classé en Championnat du Monde
1973
nc
1977
nc
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
1
16
17
18
1
19
1
20
2
21
1
22
23
2
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
5
6
7
8
1
9
10
11
12
1
13
1
14
1
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
David Purley tentera à son tour de briller en Formule 1 avec sa propre écurie et sa propre voiture. Il fut un assez bon pilote durant sa carrière.

Né à Bognor Regis, David est le fils du propriétaire de la fabrique de réfrigérateur Lec. Il rejoignit l’armée britannique et devint officier parachutiste. Sa carrière aurait pu se briser le jour où son parachute eut beaucoup de mal à s‘ouvrir ! mais s’en sortit fort heureusement sauf. Après avoir rompu les rangs, il commence sa carrière de pilote automobile à la fin des années 60, inspiré d’un de ses compatriotes Derek Bell. Et en 1968, David se lance au volant d’une AC Cobra. Mais cette voiture sera bien vite endommagée, et David préfère la remplacer par une Chevron plutôt que de la réparer. C’est à partir de 1970 que David va courir en monoplaces. Il acquiert une Brabham de F3 et court au sein de l’équipe Lec Refrigeration Racing. Il décroche son premier succès peu de temps après ses débuts lors du Grand Prix des Frontières à Chimay, où il bat James Hunt de quelques dixièmes de secondes seulement. Cette course sera sa favorite, puisque David récidivera en 1971 et 1972 pour réaliser le hat-trick en Belgique.

En 1971, il délaisse sa Brabham pour une Ensign, et réalise de meilleurs résultats dans le championnat britannique, il s‘impose d’abord à Lyden, puis en toute fin d’année sur le circuit de Brands Hatch. L’année suivante il se concentrera sur la Formule 2, l’ensemble de la saison ne sera pas mirobolant, David termine avec trop de retard pour être classé, avec l’exception qui confirme la règle, un podium à Pau, il termine 3ème derrière Gethin et Depailler, mais avec 6 tours de retard ! Il passe ainsi à la Formule Atlantique, et dans le même temps, inscrit sa March dans quelques épreuves de F1. Son parcours sera anonyme, jusqu’à cette course néerlandaise, où il tente le tout pour le tout pour sauver Roger Williamson du brasier qui suivit son accident. Malheureusement, il est trop tard pour Williamson qui succombe à ses blessures, mais le courage qu’a montré David n’a échappé ni aux autorités, qui lui ont attribué la George Medal, la seconde plus grande récompense attribuée à un citoyen britannique, ni au monde de la F1 en admiration devant un tel geste.

David effectue son retour en F2 en 1974 avec l’équipe de Peter Harper, laquelle a également loué une Token RJ02 pour l’engager en F1 au GP de Grande-Bretagne, mais David manque de se qualifier. En F2, les résultats de David sont plus brillants qu’à ses débuts, il termine second à 3 reprises, et termine également second du GP de Macao de F3. Le pilote LEC part disputer deux saisons de Formule 5000, sur une Chevron-Ford, il remporte deux succès en 1975, puis s’impose à 6 reprises en 1976 et décroche le titre. David revient en F1 en 1977, mais cette fois, avec sa propre voiture, conçue par Mike Pilbeam, la CRP1, avec laquelle il termine 6ème lors de la Race of champions. Pour sa première course en championnat, en Belgique, David étonne en se hissant jusqu’à la 3ème place en course, mais un problème au ravitaillement le contraint à rétrograder à la 13ème place.

Puis lors des pré qualifications en Grande-Bretagne, David est victime d’un terrible accident, suite à un problème d’accélérateur. Sa survie est miraculeuse : en freinant de 173 à 0 km/h sur seulement 50 cm, David Purley a encaissé 179.8 G, quand il en faut moins de 20 pour tuer un homme ! Cela marquera bien entendu la fin de l’aventure en F1 pour l’équipe LEC, dont le budget est limité, et pour son pilote, qui doit subir plusieurs mois de rééducation. David courra sur Porsche dans des petites épreuves, puis en Aurora FX en 1979, terminant au pied du podium à Snetterton, avant de raccrocher la compétition automobile. Cela étant, le pilote LEC n’a pas tout à fait abandonné son amour de la vitesse et du danger, il s’exercera désormais dans les airs, avec un Pitts Special, il effectuera des acrobaties.

Mais le 2 juillet 1985, en voulant exécuter une cascade, David Purley perd le contrôle de son avion qui s’écrase dans la mer. Il avait 40 ans.
Julien