Daniil KVYAT
...
Nation : Russie
Né le 26 avril 1994 - Oufa (Bachkortostan) - 22 ans
Premier Grand Prix :
Australie 2014
Dernier Grand Prix :
Abou Dhabi 2016
Meilleur classement :
2e
Meilleure qualification :
4e
Casque
Meilleur classement en Championnat du Monde : 7e en  2015
2014
15
2015
7
2016
14
1
2
3
3
4
4
5
3
6
4
7
6
8
3
9
2
10
3
11
7
12
4
13
1
14
6
15
1
16
4
17
4
18
1
19
1
20
1
21
1
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
1
2
1
3
3
4
1
5
2
6
2
7
8
7
9
7
10
5
11
2
12
3
13
6
14
3
15
1
16
17
1
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée

Le Russe de Red Bull

Daniil Kvyat est né en 1994 à Oufa, dans la république de Bachkirie, membre de la Fédération de Russie. Il s'installe toutefois assez jeune en Italie, et sa carrière s'inscrit donc en partie dans la péninsule.

 

Il s'initie à la course par le karting en Russie, puis en Italie. En 2009 il participe au championnat d'Europe KF3 et termine troisième.

 

En 2010, il commence sa carrière en monoplace à l'âge de 16 ans. Il dispute ses premières courses dans le championnat d'Asie-Pacifique de Formule BMW, sans particulièrement briller. Au cours de l'année il participe au championnat d'Europe avec l'équipe américaine EuroInternational. Il se fait surtout remarquer par une certaine régularité mais ne monte que sur un seul podium. Toutefois, une immense opportunité s'ouvre devant lui lorsqu'il est intégré au programme Red Bull de formation de jeunes pilotes dirigé par le redouté Helmut Marko. Désormais Kvyat est un protégé de la marque de boissons, championne du monde de Formule 1 pour la première fois cette année-là.

 

Une rapide ascension

En 2011, le jeune Russe passe en Formule Renault 2.0, après quelques courses dans cette discipline la saison précédente. Il rejoint l'écurie finlandaise Koiranen GP et va disputer le championnat d'Europe du Nord de la catégorie, ainsi que l'EuroCup. Un de ses équipiers est Carlos Sainz Junior, autre protégé de Red Bull. Les deux hommes vont se bagarrer durant toute l'année. Dans le championnat d'Europe du Nord, Sainz a l'avantage devant Kvyat qui finit vice-champion. En EuroCup, les deux hommes sont battus par le Néerlandais Robin Frijns, mais là encore Sainz précède son équipier. Toutefois, avec neuf victoires dans les deux championnats confondus, Daniil a démontré un potentiel certain. Il effectue aussi une excursion en Toyota Racing Series, et remporte une épreuve.

 

Pour 2012, tandis que Sainz passe en Formule 3, Kvyat demeure en Formule Renault, toujours chez Koiranen. Il dispute cette année-là le « championnat des Alpes », l'ex-championnat suisse. Il va remporter sept courses et obtient le titre de justesse devant le Français Norman Nato. En EuroCup, il remporte sept courses, mais échoue à la deuxième place derrière le Belge Stoffel Vandoorne, un protégé de McLaren. Toutefois cette année est très satisfaisante et le jeune homme s'affirme comme un des plus sûrs espoirs du sport automobile.

 

Marko décide de placer Kvyat en GP3 pour 2013. Il rejoint la prestigieuse écurie Arden, où il retrouve son rival Carlos Sainz. Celui-ci va cependant manquer sa saison, et les principaux rivaux de Kvyat sont l'Argentin Facu Regalia et l'Américain Conor Daly. Son début de championnat est somme toute assez moyen. Mais à la fin de l'été, il remporte les épreuves de Spa-Francorchamps, Monza puis enfin d'Abou Dhabi, ce qui lui permet de remporter le titre dans la catégorie. Il effectue aussi quelques escapades dans le championnat d'Europe de Formule 3 pour le compte de Carlin et remporte même une course à Zandvoort.

 

Le deuxième Russe en Formule 1

Champion GP3, Kvyat pourrait alors intégrer le GP2, la dernière marche avant la Formule 1. Toutefois, suite au retrait de Mark Webber et au remplacement de ce dernier par Daniel Ricciardo, Red Bull a un poste à pourvoir chez Toro Rosso, son écurie B de Formule 1. António Félix da Costa et Carlos Sainz Jr. sont à l'origine favoris pour obtenir ce baquet, mais leurs saisons 2013 sont médiocres. Helmut Marko et Franz Tost, le directeur de Toro Rosso, décident donc de recruter ce jeune Russe de 19 ans, discret certes, mais dont les progrès sont constants. Il dispute ainsi les séances d'essais du vendredi des Grands Prix des États-Unis et du Brésil, et réalise de bons chronos.

 

Bien sûr cette promotion n'est pas dénuée d'arrière-pensées économiques. En 2014 doit se tenir le premier Grand Prix de Russie de Formule 1. Red Bull a besoin d'un ambassadeur afin de permettre à la marque de pénétrer le marché russe. De plus, le président Vladimir Poutine et Bernie Ecclestone encouragent la création de liens entre la Russie et la Formule 1. Quatre ans après le « pionnier » Vitaly Petrov, Daniil Kvyat est donc le nouvel étendard du sport automobile russe. A lui de montrer ce dont il est capable. Son équipier est le Français Jean-Éric Vergne qui a déjà deux saisons de Formule 1 derrière lui. Il doit aussi apprivoiser le nouveau moteur V6 turbo Renault utilisé par Toro Rosso.

 

Son début de saison est très positif puisqu'il atteint la Q3 dès l'Australie et termine neuvième le lendemain, devenant au passage le plus jeune pilote à inscrire des points. Il marque également des points en Malaisie et en Espagne, avant de connaître trois abandons en quatre courses, à Monaco, au Canada, en Autriche et même un incendie en Allemagne. Ses derniers points sont inscrits à Spa, tandis que Vergne enchaîne les grosses performances. Au Japon, Vettel annonce qu'il quittera Red Bull fin 2014 et Kvyat est immédiatement désigné comme son successeur pour 2015.

 

Même si aucune grosse erreur n'est à signaler, Kvyat n'a marqué que huit points, alors que JEV en compte 22. A seulement 21 ans, il quitte Toro Rosso et rejoint donc la grande sœur Red Bull. Aux côtés de Daniel Ricciardo, la tâche de remplacer Vettel s'annonce délicate. La Red Bull de 2015 est moins performante que celle de 2014 et sa saison commence de manière catastrophique, car sa voiture tombe en panne dans son tour de sortie des stands. Il inscrit deux points en Malaisie mais son fragile moteur Renault part en fumée en Chine. Il récolte quelques miettes les courses suivantes, avant de signer une belle quatrième place à Monaco. Suivent ensuite trois belles autres performance : sixième à Silverstone, quatrième à Spa, et surtout deuxième à Budapest. Les résultats du russe s'inscrivent ensuite en dents de scie, alternant le bon et le moins bon. Au Japon, il se fait une grosse frayeur en partant en tonneaux en qualifications et détruisant sa RB11. Aux États-Unis, alors qu'il pouvait signer un beau résultat, il glisse sur un vibreur gorgé d'eau et termine dans le rail. Ses quelques erreurs gâchent sa fin de saison, même s'il termine septième au classement des pilotes, se payant même le luxe de devancer Ricciardo de trois points. Il aborde donc la saison 2016 en confiance, toujours aux côtés du souriant australien.

 

Reléguer chez Toro Rosso

La malchance de 2015 se répète en 2016 à l'Albert Park, puisqu'il ne peut là non plus pas prendre le départ. Il marque six points à Bahreïn, puis obtient son deuxième podium à Shanghai, malgré quelques frictions avec Vettel. En Russie, sa course à domicile est une catastrophe : au premier freinage, il percute le même Vettel, puis le fait partir dans le mur quelques mètres plus loin après un deuxième contact. C'en est trop pour la direction de Red Bull, qui prend la fringante décision de le renvoyer chez Toro Rosso pour le reste de la saison, et qui en profite au passage pour faire monter le jeune Max Verstappen dans l'écurie mère.

Tony / Paolo