Brian HENTON
...
Nation : Royaume-Uni
Né le 19 septembre 1946 - Spondon - 70 ans
Premier Grand Prix :
Grande-Bretagne 1975
Dernier Grand Prix :
Las Vegas 1982
Meilleur classement :
7e
Meilleure qualification :
11e
Jamais classé en Championnat du Monde
1975
nc
1977
nc
1981
nc
1982
nc
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
11
12
13
14
15
16
3
17
2
18
3
19
5
20
1
21
22
3
23
24
25
1
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
5
6
1
7
3
8
1
9
3
10
1
11
12
13
14
15
1
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Ce pilote naît à Donington et paraît être, du coup, prédestiné pour la course automobile. Il fait ses débuts en 1970 au volant d'une Austin Healey avant d'enchaîner rapidement et brillamment les échelons de le Formule Super Vée et de la Formule 3 en 1973 & 74. Il y remporte de nombreuses victoires et Lotus lui offre une première chance de débuter en F1 dès le GP de Grande Bretagne 75. Bien que qualifié en 21è position, il ne verra pas la ligne d'arrivée suite à un accident peu avant l'arrivée. En Autriche, il est non partant suite à un accident aux essais et aux Etats-Unis il n'est pas classé, finissant à 10 tours de Niki Lauda.

En 1976, Brian se retrouve sans le moindre volant disponible en F1... Les seules places disponibles en F2 ne lui permettant pas de viser le titre, Henton choisit de ne pas courir et de reporter ses espoirs sur 1977.

Avec une certaine réussite, Brian est choisi pour piloter la March 761 du British Formula One Racing Team. Bien qu'ayant révélé un bon coup de volant, le bilan chiffré est catastrophique puisqu'en 4 tentatives, il ne se qualifie qu'une seule fois. Il préfère même conduire la Boro en fin d'année, sans guère plus de réussite.

En 1978, Brian choisit de redescendre en F2, au volant d'une March – Hart avec laquelle il ne connaît pas la réussite. A mi-saison, il échoue même à l'occasion des qualifications du GP de Formule 1 d'Autriche, au volant d'une Surtees. Mais la saison suivante permet à Brian de briller de nouveau. Deux victoires, acquises au Mugello et à Misano, lui permettent de finir second du championnat européen, derrière Marc Surer. C'est en 1980, au volant d'une Toleman que Brian remporte enfin le titre de champion d'Europe de F2. Et lorsque l'écurie Toleman choisit de monter en F1 c'est tout naturellement Henton et Warwick, les deux pilotes de l'écurie en F2 qui sont choisis.

Mais la première saison complète de Brian en F1 est un vrai désastre... Arrivé avec de gros espoirs, Brian déchante vite devant le manque de performance de la monoplace et du moteur Hart Turbo. Il ne se qualifie qu'une seule fois, en Italie, où il finit péniblement 10è. La sanction en fin de saison est inévitable, Henton est remercié au profit de l'espoir italien Teo Fabi.

A nouveau sans volant début 82, Brian est sauvé une première fois par la blessure de Marc Surer, qui doit abandonner le baquet de l'Arrows pour les trois premiers GP de la saison. Mais Brian ne se qualifie qu'une fois, à Long Beach, où il est contraint à l'abandon pour une nouvelle sortie de route.
Mais la chance sourit une fois de plus à Brian. Chez Tyrrell, Slim Borgudd ne parvient pas à payer les traites qu'il doit à l'écurie, et, à quelques jours du GP de San Marin, il est remercié, au profit de Brian. Celui-ci tient la chance de sa vie, disposant enfin d'une monoplace lui permettant de se battre pour les points, voir le podium, comme son coéquipier Michele Alboreto. Mais là encore, c'est la déception, il se qualifie la plupart du temps en seconde partie de grille et ne parvient pas à marquer le moindre point. Il finit bien 7è en Allemagne, mais cela est insuffisant pour se faire remarquer. Pourtant, si Henton ne restera pas gravé dans les tablettes de la F1 pour les points qu'il aura marqué, il le sera pour son exploit à Silverstone. Ce jour-là, il ne finit que 8è, mais il profite de l'occasion pour signer le meilleur tour en course devant Derek Daly et Alain Prost.

Néanmoins, les performances globales de l'anglais ne lui permettent pas de retrouver un volant en F1 pour 1983. Il devra se contenter de participer à la Course des Champions, hors championnat donc, au volant d'une Théodore. Sa dernière sortie au volant d'une F1 se soldera par une 4è place, le meilleur résultat de sa carrière, mais obtenu lors d'une course sans enjeux et où seulement 7 voitures verront l'arrivée.

Depuis, Brian participe à quelques épreuves historiques et s'est reconverti dans l'organisation d'épreuves équestres en Grande Bretagne.
Axlex