Bernie ECCLESTONE
...
Bernard Charles Ecclestone
Nation : Royaume-Uni
Né le 28 octobre 1930 - St-Peters - 85 ans
Premier Grand Prix :
-
Dernier Grand Prix :
-
Meilleur classement :
-
Meilleure qualification :
-
Jamais classé en Championnat du Monde

Avant d'être le grand argentier de la F1, pour ne pas dire le "dictateur", Bernie Ecclestone a eu ses moments de pilotage.

 

Né à Ipswich, Bernard était d'abord passionné par la compétition motocycliste, et il commença à courir dans l'immédiate après-guerre. Puis il passa au commerce de pièces détachées de moto et fonda avec Fred Compton la Compton & Ecclestone motorcycle dealership. Une entreprise qui grandit jusqu'à devenir l'une des plus importantes d'Angleterre.

 

En 1949, il s'essaye sur quatre roues, dans des courses de Formule 3 500cc. Mais après un accident à Silverstone, il quitte le pilotage et retourne à ses affaires. Il effectue son retour en 1957, comme manager d'un jeune prodige gallois, Stuart Lewis-Evans. Et l'année suivante, il achète l'écurie Connaught. Bernie s'engage à participer au GP de Monaco, mais en qualifications, il ne réalise aucun temps, et ne peut courir. En Grande-Bretagne, il sera pilote-essayeur. Ce seront les seules sorties de Bernie Ecclestone en F1 en tant que pilote. A la fin de l'année, coup dur pour lui, Lewis-Evans se tue pendant la course marocaine. Bernie quitte la F1.

 

Mais au début des années 60, il fait son come-back. Son ami et pilote pour Cooper Roy Salvadori le fait entrer en contact avec l'autrichien Jochen Rindt. Bernie va devenir le manager de Rindt. Et durant les saisons 1968 et 1969, il est très impliqué au sein de l'équipe de F2 Lotus. En 1970, Jochen réalise un début de saison magnifique, jusqu'à cette tragique séance d'essais à Monza, où le pilote autrichien décède après une sortie de route. Bernie ramènera péniblement jusqu'aux stands sous le bras le casque de celui qui sera un mois plus tard sacré champion du monde à titre posthume.

 

Bernie quitte de nouveau la Formule 1 pour effectuer de nouveau son come-back en 1972, quand il rachète toutes les parts de Jack Brabham au sein de l'écurie qui porte son nom, puis celle de Ron Tauranac pour devenir le patron de Brabham. En 1974, en compagnie de Colin Chapman, Teddy Mayer, Max Mosley, Ken Tyrrell et Frank Williams, il fonde la FOCA, l'association des constructeurs. C'est le début d'un grande bataille face à la FIA, qui commence en 1975 pour l'attribution de l'argent et des droits TV.

 

En 1978, il est nommé Chef exécutif de la FOCA et une nouvelle bataille s'engage face à Jean-Marie Balestre, président de la FISA, pour le contrôle commercial de la F1. Combat de nouveau gagné en mars 1981 lorsque les accords Concorde donnent à la FOCA le droit de négocier les contrats télévisuels. Cette même année, l'équipe Brabham remporte son premier titre pilote grâce à Nelson Piquet, performance qui sera réitérée en 1983. Lorsque les accords Concorde prennent fin en 1987, Bernie passe de l'autre côté de la bataille en prenant le poste de vice-président de la FIA chargés des affaires promotionnelles. Il sera donc moins actif au sein de l'écurie Brabham et en 1988, après la perte de son principal sponsor, l'écurie s'absente pendant une année de la F1. Ecclestone vend l'équipe à Alfa Romeo dans la préparation du championnat Procar, projet qui flanchera et contraindra Alfa Romeo à vendre Brabham à un businessman suisse, Joachim Lutti.

 

En 1995, la FIA attribue les droits commerciaux à Formula One Management pour une période de 14 ans. Bernie a fait perdre aux écuries ce pour quoi elles s'étaient battues auparavant sous le contrôle de Bernie lui-même ! En 1997, de nouveaux accords Concorde sont signés, jusqu'en 2007.

 

Malgré un opération cardiaque en 1999, Bernie Ecclestone, qui pèse plus de 3 milliards de livres, reste plus que jamais actif dans la Formule 1, au grand dam de nombreux supporters.

Julien