Auto Technisches Spezialzubehör
Fondateur : Gunter Schmidt (1933-2005)
Nation : Allemagne
Premier Grand Prix :
Argentine 1978
Dernier Grand Prix :
Portugal 1984
Meilleur classement :
5e
Meilleure qualification :
4e
Classement en Championnat du Monde
1978
nc
1979
11
1980
nc
1981
13
1982
12
1983
nc
1984
nc
Meilleur classement en Championnat du Monde (Constructeurs) : 11e en 1979
Meilleur classement en Championnat du Monde (Pilotes) : 19e en 1979 (Hans Joachim STUCK)
7 points
0.08 pts / GP
1.00 pts / saison
004 376 tours parcourus
020 606 kms parcourus
1
2
3
1
4
1
5
1
6
4
7
3
8
3
9
1
10
3
11
8
12
6
13
5
14
7
15
7
16
3
17
6
18
2
19
10
20
10
21
6
22
6
23
5
24
9
25
3
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
3
5
2
6
2
7
6
8
4
9
3
10
6
11
7
12
5
13
2
14
1
15
2
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Filiation : Penske (1974-1977) -> ATS (1978-1984)

Gunther Schmidt, fabriquant de jantes en alliage léger décide de se lancer en Formule 1 en 1977.


Pour cela, il reprend les restes de l'écurie défunte Penske et les inscrits au championnat. L'écurie court toujours sous le nom de Penske. Face à une saison médiocre, Schmidt décide de ne pas disputer les dernières courses de la saison et de se concentrer sur 1978.

 

Cette HS1, est pilotée par Jochen Mass et Jean Pierre Jarier. Les quatre premiers Grands Prix vont voir les ATS se débattrent joyeusement dans le peloton mais la suite sera beaucoup plus terne. La voiture montre des faiblesses surtout dans le domaine de la tenue de route. En effet, les non qualifications deviennent courantes et le passage de Keke Rosberg dans l'écurie ne renversera pas grande chose à la situation.

 

On note l'arrivée de la D1, en fin de saison 1978. C'est une voiture à effet de sol mais elle est complètement ratée et l'équipe redessine une voiture pour 1979: la D2. Cette dernière reprends les caractéristiques de la D1 et est très ressemblante à la Lotus 79. Hélas la ressemblance s'arrête la car en course, la D2 se montre très rétive aussi bien au plan performance qu'au plan fiabilité. L'équipe tente de rectifier le tir avec la D3, dessinée par Stroud. Seules les suspensions sont nouvelles et cela ne change pas radicalement la situation d'ATS. Hans Stuck a quand même le mérite de marquer les premiers points de l'équipe à Watkins Glen en terminant 5ème.

Hormis cette performance, ATS ne décolle pas vraiment et une stagnation commence à se faire entrevoir.

 

La saison 1980 voit l'arrivée de Jo Ramirez en tant que Team Manager. En attendant la D4, la D3 continue de courir en Grand Prix. Marc Surer et Jan Lammers rejoignent l'équipe. Rien de probant ne se produit avec la D3 et les choses restent en plan avec l'arrivée de la D4.

 

En 1981, l'équipe reprend la D4 pour commencer la saison. Slim Boggurd, pilote payant ramène un sponsor peu conventionnel puisqu'il s'agit du groupe ABBA. Malheureusement pour lui il n'est pas assez rapide et ATS ne marque qu'un point en 1981 à Silverstone. L'équipe décide de le remplacer pour 1982 par Manfried Winkelhock. En outre, ATS aligne à nouveau deux voitures en piste, la seconde ATS étant pilotée par Eliseo Salazar. Disposant d'un matériel réduit au minimum, les deux pilotes vont faire du bon travailler et décrocher tout deux une cinquième place ! Le reste du temps, ils abandonneront à cause d'une voiture peu fiable.

 

Gustav Brunner revient chez ATS en 1982 pour dessiner la D6. L'écurie allemande réussi en outre à séduire BMW pour la fourniture moteur (La course aux moteurs turbo étant lancée, le Ford Cosworth ne convient plus). Manfried Winkelhock garde son baquet mais Salazar le perds car ATS ne place plus qu'une voiture en course. Les performances sont en progrès et les qualifications sont souvent assez bonne mais des erreurs assez bête comme en Hollande où Winkelhock dépasse dans le tour de formation un concurrent, ce qui lui vaut une disqualification, vont faire perdre des occasions de marquer des points à l'équipe. De plus ATS a du mal à se familiariser avec le moteur BMW.

 

La D7 et le dernier espoir de Schmidt. Elle est dessinée par Gustav Brunner toujours et le bloc BMW, dont l'équipe espère mieux en tirer le potentiel, est toujours présent sous le capot. Winkelhock en reste toujours le pilote et effectue de belle performance, notamment en Belgique où il se qualifie brillamment en 6ème position.  La voiture va effectuer une série impressionnante de casse de boîte de vitesse et quand la voiture est fiable c'est Winkelhock lui-même qui se charge de l'achever avec un accident ou une sortie de piste.

 

En outre, l'arrivée de Gerhardt Berger dans l'écurie va finir de convaincre Schmidt et Winkelhock voit son contrat cassé au soir du Grand Prix d'Italie, Grand Prix où Berger fini 6ème mais se voit retiré son point pour de sombres raisons d'inscription. Berger fini la saison seul. ATS n'a plus aucune notoriété et l'arrivée prochaine de Zakspeed va projeter directement l'équipe aux oubliettes. Devant un tel insuccès, Gunther Schmidt jette l'éponge en fin de saison.

Alicia